Le Bateleur

La première Lame majeure du Tarot. Ayant traversé les 56 Arcanes mineurs, il a déjà derrière lui un long parcours où il a beaucoup expérimenté, souffert souvent, donc il aborde le chemin de transformation et d’initiation avec des nombreuses questions.

Pourtant, il a déjà toutes les réponses en lui, bien qu’il ne le sache pas encore, il dispose de tous les outils mais il lui faut apprendre à s’en servir.

Sa table est bancale et c’est sa jambe qui fait office du quatrième pied. Ceux là sont des couleurs différentes, il n’est pas en équilibre car il commence son parcours, c’est le début, le démarrage. L’ancrage à la Terre lui fait défaut.

Déposés devant lui, les outils, symboles de quatre éléments. Dans sa main, la baguette représente le
bâton : élément Feu, énergie vitale, contenue dans toutes les cellules, chaque atome de notre corps, ainsi que l’énergie créatrice.
Le Bateleur a fait toutes les expériences de trop ou pas assez dans ce domaine.

Sur sa table, la coupe : élément Eau, représentation du monde affectif.
Les émotions, destinées à être transformées en Amour, à condition d’être acceptées, vécues en conscience. Or il s’est souvent noyé dans ses sentiments, voire en a manqué.

Épée : élément Air, pensée, communication, expression.
Destinée à représenter la justesse de la pensée, le discernement. S’est-il souvent dispersé, ce jongleur, bonimenteur, amuseur des foules, guidé par un désir de plaire ?

Les deniers : élément Terre, la matière.
Le Bateleur a connu une grande richesse, ainsi que le dénuement extrême.

Ces quatre éléments sont à rassembler dans la quête de l’unité, de l’identité, pour répondre à la question : « qui suis je ? ».
Le devenir qui ne peut rester mental mais exige de  poser des actes, en suivant la voix de son Âme.

« Les grandes âmes ont des buts, les petites, les désirs ».

Le Bateleur représente aussi l’enfant intérieur qui peut fournir la réponse, si on le laisse s’exprimer.

Les coiffes des Arcanes sont importantes, celle du Bateleur a la forme de lemniscate, le 8 couché, symbole de l’infini.

Les couleurs, en asymétrie, donnent l’impression du chaos : tout est là mais rien n’a encore pris sa place. D’où la nécessité de s’avancer sur le chemin de manière consciente, s’engager, démarrer une nouvelle vie, pour répondre à la question essentielle : « est ce que je sais ce que je cherche ? » Et même si je le sais, la question peut avoir plusieurs réponses…

Dans le mal vécu de cette Lame, on trouve des personnes qui ne veulent pas être uniques mais s’efforcent à ressembler à tout le monde ou bien ceux qui désirent « être quelqu’un ». Mais être quelqu’un, n’est pas être Soi…

La naïveté, l’immaturité, l’infantilisme, besoin d’être assisté, ne pas assumer les conséquences de ses actes, demeurer dans l’illusion, l’ignorance.

Ce ne sont que quelques généralités de cette Lame qui ne sera jamais vécue de la même façon par plusieurs personnes différentes.
La place qu’elle occupera dans un thème, comme ses interactions avec d’autres Arcanes déterminera aussi ma manière de l’interpréter.

9 réflexions sur “Le Bateleur

  1. Bons jours heureux Elisabeth,
    en compagnie du jeune enfant.
    Tout est équilibré chez lui en damier rouge ( vie ), bleu ( sens du sacré ), jaune ( contemplation ) en surfaces identiques. Bien sûr qu’il complète sa table de travail avec son pied gauche habillé de bleu sur pied rouge !! C’est ce désir de D. que tant de mystiques ont exprimé ; sans ce désir il n’aurait pas cherché, ne se serait pas engagé. Constatation de mon incomplétude. Désir de retourner vers la céleste source vive. Cheveux blancs et boucles d’or, ce désir est un juste désir. Premier désir d’homme adulte, debout ;
    ( je me réveille enfin je sors de l’enfance et je quitte ma famille naturelle pour parcourir le monde en compagnie de ma famille spirituelle ). Désir qui vient de la poitrine, pas de l’abdomen. Il s’accomplira en esprit, à … l’infini en haut. Désir d’adolescent, les émotions sont les moteurs …
    Ses aînés, il a encore besoin de leurs regards aimants pour grandir, ont déposé sur sa table de chair la panoplie du chercheur en herbe. Le bâton d’autorité deviendra grand tout en jaune, la coiffe promet l’éternité, circoncise dans la chair, éternité de l’œuf cosmique.. Le « un » en devenir du « deux », du « trois », du « quatre », tous contenus dans le germe du « un ». Saltimbanque le bateleur ? Surtout néophyte, équilibriste parce qu’il na pas encore le savoir-faire, ses mises en scène sont destinées à tester le bien, le bien fondé. Il a toutes les qualités de la jeunesse à sa disposition, en sus des outils offerts par les aînés. Le « un » , le « verbe », Thot pas encore tout à fait Hermès mais il s’extasie devant le lever du soleil.
    Le bâton feu de vigueur et de l’action, les couteaux, le gobelet qui n’est pas encore coupe, prêt à recevoir la psyché ( un rouge, un d’or ), les deniers pour la chair ( pas encore les pièces d’argent et d’or ), les couteaux, future épée pour trancher le vrai du faux, un qui ressemble à une plume ( l’expression ?) , les « gland-noix » ( fruits ?? ) rouges, fruits de la terre, le panier d’or et la cordelière, réserve , rangement, futur temple ? Le bateleur aspire à sa prochaine étape. Les dés, les dés du hasard et les noix ( nourriture ) de la nécessité. L’espace de liberté, l’espace du jeu et de la liberté. 6 et 1 sur les dés ? Peut être …Cela ne promet-il pas le 7 si cher aux initiés, symbole de leur cheminement et assis sur le quatre ? Oser , agir( le feu, l’est, le maître ), vouloir avec son cœur, désirer aussi, ou plutôt « ASPIRER à » ( l’eau , l’ouest, la materia,), savoir , étudier, travailler( l’air, le sud, l’invocation ), se taire comme Marie qui « gardait tout cela en son cœur » ( la terre, le nord, le gardien protecteur )
    Mon Bateleur m’a un jour retenu lorsque j’ai voulu ne pas affronter. Il m’a dit « regarde malheureux, regarde la Colombe et regarde la Mort, toutes deux en pile et face. Regarde n’aie pas peur, tu ne le regretteras pas. »
    Mon Bateleur me rappelle en période de disette qu’il y a toujours une raison de s’extasier, d’oser un autre pas et d’oser lui sourire de tendresse, d’émotion. Même si parfois il joue avec mes illusions, il n’a pas tout à fait tort : chaque pas accompli peut s’avérer une illusion. Je veux grâce à lui m’émerveiller encore, désirer, m’engager. Il est tout aussi précieux que le Pape ou l’Empereur. Si le plus humble manque rien ne peut se passer.
    Mon Bateleur me rappelle que je suis un petit aspirant,, le chemin sera long,, il est long. Il vaut mieux sourire aux anges, à la vie, aux maladresses attendrissantes et aux oiseaux. Il me permet de dire « oui » spontanément en écoutant autant que faire se peut, mon intuition, sans avoir à soupeser, il me permet de remettre à plus tard les regrets s’il doit y en avoir, il me permet donc de vivre l’expérience avant de revenir dessus..
    Ce n’est pas un hasard si petits enfants et grands-parents sont si complices : le jeune recherche d’emblée la sagesse ancestrale ( le Verbe ??? ), l’ancêtre sait qu’il n’en est lui-même qu’au début du chemin à la vue de ses tout petits pas. Cet amour, selon moi, est le plus désintéressé, le plus spontané qui soit. Ouroboros et nœud de l’infini.
    Merci beaucoup Elisabeth pour cette lame qui est devenue pour moi si riche, grâce à toi. Je t’embrasse très fort. j’ai l’impression que je suis de plus en plus longue. Pardon

    J'aime

    • Il est magnifique, ton Bateleur, Prunelles. Ravie que tu sois longue car, même si tu as commencé le parcours des Lames d’une manière très inhabituelle, la première a tant profité des enseignements de toutes les autres. Le Bateleur contient tous les possibles en lui, et surtout ce désir de se mettre en route vers Soi, si clairement exprimé. C’est une nécessité vitale, sans laquelle l’existence n’aurait pas de sens.
      Il est le fondement de la quête et, comme tu dis, il est aussi précieux que les autres Lames. Tout est lié et tout fait sens, même nos égarements et nos hésitations. Et, encore une fois, ne me remercie pas, tes descriptions des Arcanes et de tout ce qu’ils t’évoquent, sont les fruits de tes propres réflexions et de ton cheminement, long et consciencieux. Cela se sent à cette capacité de ta lecture si profonde et éclairée.
      Merci à toi, d’avoir bien voulu la partager avec nous.

      J'aime

  2. Comme je vous l’expliquais plus haut, j’ai lu un ouvrage cet été sut le Tarot.
    La lame dont vous parlez ici, et bien, j’ai l’impression d’être bloquée dessus.
    C’est une sensation.
    J’ai l’impression d’avoir effectivement des outils et un travail a accomplir mais j’ai du mal à définir ce que c’est.
    Certes je me sus remise à écrire un peu, chose que j’avais du mal à faire depuis quelques mois.
    Mais mon ancrage dans le passé et que je crois bénéfique puisque j’en suis essence, me bloque aussi.
    En fait je n’ai pas l’impression de vivre dans le passé, de simplement ressasser des souvenirs, mais d’être ce passé. Voire un passé antérieur. C’est confus tout ça.
    Puisse les outils de ce bateleur m’aider dans ma quête.

    J'aime

    • Alors il me semble bon d’écouter cette sensation car si elle s’exprime par le corps, c’est un message précieux.
      Vous portez ce passé, dans le sens exprimé dans les articles sur la psychogénéalogie, nous le faisons tous mais vous ne l’êtes pas, il fait partie de vous mais s’il vous alourdit et empêche de vivre le présent, alors il serait bon de faire un travail de libération.
      Le Bateleur représente aussi l’enfant intérieur et le retrouver et lui rendre sa force d’amour et d’émerveillement est essentiel.
      Vous savez, nous passons tous par des moments de confusion et de perte de repères et souvent, en acceptant cela, nous arrivons à redéfinir le sens de nos priorités et trouver nos véritables valeurs.
      Je vous encourage à poursuivre cette belle quête, certes pas facile du tout mais si bénéfique car, quand nous arrivons, après avoir laissé tout ce qui ne nous appartient pas, à apercevoir notre « moi » véritable, les brumes de la confusion se dissipent.
      Nous sommes toujours grandement aidés, par les thérapeutes, si nous éprouvons le besoin d’y faire appel et toujours par nos Guides.
      Merci pour ce beau témoignage et continuez… vous en avez le courage

      J'aime

  3. pour moi le bateleur est devant quelque chose de nouveau qu’il a à apprendre, et comme tu le dis il a tous les outils pour ça.
    mais devant cette nouveauté, ce qu’il a déjà vécu ne lui sert pas, pas dans l’immédiat. tout est à découvrir, rien ne lui semble impossible.
    un nouveau projet, une nouvelle façon d’aborder la vie, que sais-je, tout cela le met dans la position de l’enfant : insouciant mais avide d’apprendre, il touche à tout, essaye tout sans savoir ce dont il a vraiment besoin.
    et à ce moment-là, la personne qu’il sera est en devenir, comme un enfant imagine sa vie d’adulte et quand il le devient s’aperçoit que ce n’est pas exactement comme il l’avait rêvé.
    s’il y a de la naïveté, il y a aussi de la confiance : regarde-le se tenir au bord du précipice où il était il n’y a pas si longtemps, quand il était encore le mat…

    ps : j’ai vu, tu n’es pas encore arrivée à la lune !

    J'aime

    • Après l’Arcane Sans Non, encore une très belle interprétation du Bateleur, j’aime ta façon de t’approprier les Lames et les rendre vivantes et opératives.
      Car elles sont vivantes, jamais figées et chaque personne les voit et les vit à sa manière.
      Oui, c’est un enfant, notre enfant intérieur aussi, celui qui se souvient du but de son âme. Et l’essentiel est de garder cette part de rêve pour ne pas aboutir à ce triste constat dont tu parles.
      Comme toi, qui gardes toujours ton sourire et ta joie et les partages tous les jours avec nous.
      Merci, belle Marie…
      PS. Non, je ne suis pas sur la Lune :D, juste par moments 😀
      J’espère que je pourrais écrire quelque chose qui te rendra cette Lame plus sympathique

      J'aime

  4. Le Bateleur est parfaitement expliqué. Mais lui-même ne semble pas savoir comment se définir. Peut-être n’est-il pas nécessaire qu’il le fasse… et peut-être a-t-il peur de le faire.
    Ou peut-être a-t-il besoin de ne pas le faire, tout en ayant besoin de vouloir le faire.
    Ambiguïté de sa condition humaine.

    J'aime

    • Merci pour ce commentaire si pertinent. Oui, cela touche bien à l’ambiguïté de la condition humaine mais aussi à la notion de l’engagement personnel de chacun. La plupart des gens vivent, sans se poser trop de questions. D’autres, cherchent à s’améliorer, s’engagent sur le chemin du développement personnel, voire psycho-spirituel.
      Avec des motivations et des objectifs différents.
      Poussés par des raisons qui leur sont propres. Et bien souvent, comme c’est le cas du Bateleur, c’est la souffrance, le sentiment de manque, le besoin de croire à l’existence de quelque chose « plus grand que nous » ou tout simplement, le besoin de s’améliorer, tirer des leçons des expériences de la vie, la vivre en conscience. Ne pas jouer des victimes, en accusant la famille, le destin, voire Dieu mais prendre son existence en main, afin de lui donner un sens.
      Chacun est libre de ses choix mais personne n’échappe à des crises, les remises en question. A lui de voir, ce qu’il veut ou peut en faire. Avancer sur son chemin ou bien, subir sa vie.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s