Croire permet de se savoir exister

Une belle, profonde et très personnelle réflexion d’un lecteur, suite aux articles récemment publiés. Je le remercie très sincèrement et vous rappelle que l’espace de partage de ce blog est ouvert à tous.

Chercher EST un chemin dans LE chemin. Mais pourquoi chercher si la réponse est déjà fournie?
Ainsi, celui qui trouve sans chercher est-il trompé ou trahi ? Est-il égaré par quelque malfaisance ou est-il encouragé dans une voie qu’il n’a pas choisie ?
Est-il secouru sans le désirer, ou protégé sans l’exiger ?

Qui peut lui certifier que la grâce reçue est nécessaire ou même favorable? Est-ce un allègement ou un fardeau?
Eh bien, chaque fois que le temps se réchauffe, je me réjouis de nous savoir quelque peu rassasiés, bien qu’encore avides de plus de chaleur de lumière. Finalement, c’est un peu comme la foi: ressentir le besoin de croire, croire sans preuve; vivre sa foi, rend la vie acceptable, presque supportable, et prélude à l’approfondissement de sa croyance. Croire permet de se savoir exister. Croire permet de penser mériter d’exister. Je crois donc je suis.


On peut vivre sans croyance, mais on vit tellement mieux en croyant ! A défaut de croire, il est permis de s’inventer une croyance, à partir de rien ou de tout. Certains n’autorisent la foi que religieuse, envers une divinité, voire plusieurs. D’autres ont la foi en des personnes, des idées ou des cultures; ce sont d’authentiques croyances qui méritent autant d’exister que d’être vécues, même si elles peuvent sembler comme des gourmandises autorisées et bénéfiques dont on se nourrit voluptueusement. L’intolérance serait d’interdire à ces croyances de mériter le nom de foi.

 Et pourtant, elles permettent de vivre une plénitude et une richesse intérieure qui comblent une vie entière. Les croyances sont d’ailleurs souvent créées et modelées par des groupes particuliers dans l’histoire des sociétés. La fierté nationale ou culturelle, la passion artistique ou technique, l’adoration personnifiée sont autant de convictions voire de catéchismes qui peuvent remplacer le singulier du catéchisme.

Comme c’est étrange mais pratique: ces croyances ont le concret que les religions n’ont pas : elles sont basées sur des éléments clairs, sans mystère, facilement explorables si parfois difficiles à pratiquer.
Cela n’est cependant pas suffisant pour beaucoup : il leur manque justement ce mystère, cet inconnu, ce surnaturel et cette distance nécessaire exigée par ceux qui, avides de puissance et d’omniprésence supra-terrestre ne peuvent supporter que la vérité soit apportée par un simple humain ou une simple idée. Alors, la logique n’a plus cours et est même bannie; ainsi, « Dieu n’existe pas, je le prie tous les jours », « je crois parce que c’est absurde de croire »…

Je laisse volontiers et avec sympathie ces approches autant profondes que respectables. Personne ne peut d’octroyer le droit de les interdire, cette intolérance étant en soi une autre croyance, mais infiniment négative, telle une inquisition. Si la filiation divine est pour certains une évidence et une nécessité, elle ne peut remonter au-delà d’une certaine limite qui me gêne et qui m’est un obstacle fondamental que je veux bien accepter comme une faiblesse ou une insuffisance….

Y. D.

Publicités

2 réflexions sur “Croire permet de se savoir exister

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s