Jacques Salomé : L’art de se mettre en veilleuse

Écouter est peut-être le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu’un. D’une certaine façon, c’est lui dire : « Tu es important pour moi, tu es intéressant, je suis heureux que tu sois là. Je suis disponible à ta présence. Je me sens touché par ce que tu es, parce que tu dis. »

Écouter, c’est commencer par se taire. Avez-vous remarqué combien de tentatives d’échange ou de pseudo – dialogues sont remplis d’expression du genre : « Ah oui, c’est comme moi ! » ou
« Moi aussi, j’ai eu affaire à telle situation. » Cette pseudo – compréhension, qui s’approprie le dit de l’autre pour mieux le phagocyter, n’est qu’une occasion pour parler de soi, pour s’emparer du discours de l’autre et développer le sien.

Écouter, c’est commencer par arrêter son petit cinéma intérieur, son monologue portatif, pour se laisser rejoindre et peut-être transformer l’autre. C’est accepter qu’autrui entre dans notre intimité et mette en veilleuse nos pensées, nos ressentis comme il entrerait dans notre maison et s’y installerait un instant, s’asseyant dans notre fauteuil et prenant ses aises, en sollicitant notre attention pour lui seul.

promenade

Écouter, c’est accepter. C’est laisser tomber, ce qui nous occupe pour donner son temps à l’autre. L’écoute ouverte est semblable à une promenade avec un ami. On marche à son pas, proche mais sans gêner, on se laisse conduire par lui, on s’arrête à sa discrétion, on repart avec lui, on est là pour lui. Cela s’appelle cheminer en compagnie.

Écouter, ce n’est pas chercher à répondre à celui qui se cherche, se dit ou résonne devant nous.
Il convient surtout de lui permettre de s’entendre, de se reconnaître, de se retrouver dans les errances ou le labyrinthe de ses pensées. C’est refuser de penser à sa place, de donner des conseils, et même vouloir comprendre. C’est simplement entendre.

Écouter, c’est accueillir l’autre, le reconnaître tel qu’il se définit sans se substituer à lui pour lui dire ce qu’il doit être. Bien sûr il y a différents niveaux d’écoute. L’écoute active sera celle qui permet à celui qui parle d’entendre ce qu’il dit. L’écoute miroir, la plus rare et donc la plus recherchée sera inconditionnelle ; elle permet de vider les trop-pleins d’amertume et de regrets.

L’écoute résonance sera celle qui amplifie le dit de l’autre en restant ouvert et positif à toutes les idées, à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions sans interpréter, sans juger, laissant à celui qui s’exprime le temps et l’espace de trouver sa voie.

Écouter, c’est ne pas vouloir que quelqu’un soit comme ceci ou comme cela, c’est apprendre à se positionner silencieusement dans léger décalage entre ce qui est dit et qui est entendu.

Être attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son chemin pour s’en libérer ou continuer à la porter.

Apprendre à écouter dans cette liberté d’être, c’est l’exercice le plus utile que nous puissions faire pour nous libérer de nos détresses en retrouvant la part d’universel dans l’unité de chacun.

Écouter, c’est donner à l’autre ce que l’on ne nous a peut-être jamais donné : de l’attention, du temps, une présence bienveillante. C’est en apprenant à écouter les autres que nous arrivons à nous écouter nous- mêmes, dans notre corps, dans nos émotions. C’est le chemin pour apprendre à écouter la terre et la vie ardente. C’est devenir un poète de l’« humanitude » qui sent le cœur et voit l’âme des choses. « A celui qui sait écouter est donné de ne plus vivre à la surface : il communie à la vibration intérieure du vivant. »

Advertisements

43 réflexions sur “Jacques Salomé : L’art de se mettre en veilleuse

  1. Pingback: Et si on s’écoutait ? « larevolutioninterieure

  2. À défaut d’écouter, j’ai lu ton article avec la plus grande attention.
    Merci, merci, merci de dire si clairement…..si simplement et avec une telle évidence ce que l’on sait déjà tout en l’ignorant .

    Bien amicalement

    J'aime

    • Chère Marie,
      Heureuse de ton passage ici. Tu as trouvé une merveilleuse formule, qui reflète parfaitement l’esprit de l’article: « dire si clairement…..si simplement et avec une telle évidence ce que l’on sait déjà tout en l’ignorant ».
      Merci à toi et toutes mes amitiés

      J'aime

  3. Re-moi Elisabeth,
    Jacques Salomé un auteur dont j’ai quelques livres dans ma bibliothèques, tous aussi passionnants que cet article que tu mets en avant et qui tombe à pic en ces derniers jours. Écouter ? Vaste sujet. Je ne sais pas dire si je puis écouter, étant une grande bavarde. Toi seule peut y répondre ayant eu avec toi tant de contacts. L’écoute une remise en question perpétuelle. Que cela soit dans notre vie de solitude choisie, en couple ou dans un dialogue familial, tant d’embûches sur les chemins de la communication, tant d’impasses, de questionnements. Le « je » est-il permis dans la réponse ? « grin » ou « jeu » comme je le lis si souvent chez des auteurs d’articles totalement hors de cet environnement et du mien.
    Jacques Salomé permet avec des mots simples à faire réfléchir et reprendre bien souvent des pensées laissées au bord de la route.
    Je t’embrasse affectueusement
    Genevieve

    J'aime

    • Si, Geneviève, tu sais très bien écouter et nos conversations ont toujours été des riches échanges. En plus, tu sais te soucier de l’autre et surtout l’aider, d’une manière totalement désintéressée. Mieux, tu continues à le faire, même si parfois cela s’est retourné contre toi et t’a causé des gros désagréments de la part de ceux qui n’ont pas su apprécier ton secours.
      L’écoute est difficile et tu le sais aussi car parfois, les gens n’ont envie ni de se confier ni d’instaurer un dialogue véritable.
      Le « je » est non seulement permis mais recommandé car tu parles de ton ressenti au lieu d’accuser l’autre.
      D’ailleurs, Jacques Salomé évoque souvent le « tu » qui « tue ».

      Oui, cet homme sait parler si simplement des choses compliquées et dévoile les problèmes profonds dans les petits détails qui nous empoisonnent la vie. Je t’embrasse aussi avec tendresse

      J'aime

      • Je viens d’écouter attentivement ce qu’il dit et ce que je pratique en effet. J’exprime en utilisant le « je » et il m’est reproché de par ce langage de ne parler que de moi et d’être egoîste. Je suis en ce moment totalement déstabilisée et pas du tout bien, ce qui se ressent physiquement.
        Je me posais des questions quant à l’anonymat utilisation de ce « tu » Jacques Salomé me rassure un tout petit peu tant est grand mon désarroi. Merci Elisabeth d’avoir mis cet extrait. Il vient à point nommé, en ce moment où j’ai si mal au plexus solaire. Je sais quoi faire et m’en vais lire tes autres réponses.

        J'aime

        • Vraiment désolée, chère Geneviève que ces soucis te rendent malade. Mais au moins tu sais que tu agis correctement et que la personne qui te fait ces reproches est plutôt de mauvaise foi, si je puis me permettre ce jugement.
          Tien bon et tâche de ne pas prendre les choses trop à cœur. Le plexus solaire, c’est ton rayonnement que tu étouffes…
          Tu me rassures tout de même, en disant que tu sais comment agir. Courage, ce n’est pas facile mais au moins tu as eu une partie de la réponse.
          Je t’embrasse fort.

          J'aime

          • Bonjour Elisabeth,
            Merci pour ta gentille réponse.
            Plexus solaire = rayonnement.
            J’avais entendu parler du centre des émotions. Cette comparaison m’interpelle aussi et je vais y réfléchir. Rayonner c’est donner de la chaleur et si je continue je vais digresser en blaguant 😀
            Je te souhaite une bonne journée.
            Bisous. Geneviève

            J'aime

            • Chère Geneviève,
              J’ai mis cette explication pour le plexus solaire en résumé car, comme son nom l’indique c’est notre Soleil intérieur et la couleur du chacra correspondant est le jaune, comme sur ton gravatar 😀
              Et nos émotions se situent dedans, ainsi que dans le ventre et sont assimilées à l’élément eau, souvent perturbée.
              Parfois on peut confondre le plexus solaire avec le cardiaque, que je décris dans l’article :
              https://tarotpsychologique.wordpress.com/2013/01/08/lannee-2013-sous-linfluence-du-nombre-6/
              Rayonner, c’est aussi exprimer sans entraves ce que nous sommes à l’intérieur de nous, ce que tu fais, notamment sur ton blog.
              Mais dans l’entourage hostile, tu peux étouffer ce rayonnement ou permettre que les autres le fassent.
              Je t’embrasse et te souhaite une belle soirée.

              J'aime

              • Bonsoir Elisabeth,
                Merci pour cette explication complémentaire. Pour le gravatar, c’est amusant cette association. Elle est celle du freesia, pseudo que j’utilise depuis si longtemps sur la toile. Je ne fais que rester dans le jaune de cette continuité 🙂 Pour ce qui concerne le côté cardiaque, je me suis un jour rendue aux urgences croyant avoir quelque chose au coeur, tant cela me faisait mal. J’en ignorais tout à l’époque. Depuis lors j’ai eu des informations complémentaires à ce sujet. En tout cas mes rêves que je fais parfois, et dont je puis donner l’explication, qui pour moi est bien claire, c’est de rêver que je n’arrive plus à parler. Ce sont des rêves très angoissant. Essayer de parler, alors qu’aucun son ne sort, elle est bien belle et à portée de main l’explication. Je fais ainsi le lien de ce rêve avec le mot « étouffement ». Ce qui expliquerait peut être aussi, d’autres faits plus anciens qui ne se répètent plus, mais qui reviennent de manière physique au moment de l’endormissement, lorsque j’ai vécu la veille un très grand stress. Le corps parle à notre place comme le dirait mon fils 🙂 Merci pour ta gentille réponse, en espérant que tu ailles bien. J’espère un jour pouvoir te parler un peu plus longuement;
                Je t’embrasse affectueusement.
                Geneviève

                J'aime

                • Oui Geneviève et je la nommerai synchronicité 😀
                  Il est bien sage ton fils, le corps parle de ses maux et l’endroit concerné a une grande importance. Même le mot de la mal-a-dit, traduit en langage des oiseaux donne souvent une belle piste.
                  Je suppose que tu comprends bien la signification de tes somatisations, sinon il y a beaucoup de bons livres à ce sujet.
                  Oui, nous nous parlerons bientôt 😀
                  Je t’embrasse aussi fort, garde ton courage…

                  J'aime

  4. C’est vrai que l’écoute doit être attentive,
    pour ne pas préparer sa réponse
    avant la fin de la phrase de l’autre…

    Notre grande chanteuse Ginette Reno a interprété la belle chanson:
    « J’ai besoin de parler… »
    c’est très beau aussi.

    J'aime

    • Très juste remarque car en faisant cela, nous ne sommes plus dans l’écoute mais dans le besoin de donner notre avis.
      Ginette Reno chante si bien ce besoin que nous éprouvons tous.
      Merci Floray pour ton passage et ce beau commentaire

      J'aime

  5. L’écoute et pas seulement entendre des mots de là une très grande différence à mes yeux. Comprendre les mots sortant de la bouche de celui que nous écoutons.

    Ton article est des plus intéressants, des plus sages également.

    Je suis ravie de pouvoir lire ici.

    Douce soirée
    Marie

    J'aime

  6. Entendre ce que l’Autre vous dit, dans sa langue, langue que vous ne maîtrisez pas, par exemple…. Alors on observe les postures, les mimiques, la gestuelle, la tonalité de la voix (ça aide) et voici que la communication s’établit, par les yeux, les mains, la ride ou la respiration. Vous avez du temps à consacrer à ce monologue qui aboutira à un dialogue, une musique, une partition non codifiée, une danse, peut-être, où le corps exprime tout ce que l’ETRE a à vous dire.

    J'aime

    • Merci, Frédérique d’aborder la communication sous cet angle. Effectivement, dans tout l’échange, la parole n’est pas ce qui compte véritablement, le plus important passe par le langage du corps. Et votre exemple où les deux personnes qui ne parlent pas la même langue finissent par se comprendre est précieux car effectivement, pas delà les paroles : « un dialogue, une musique, une partition non codifiée, une danse, peut-être, où le corps exprime tout ce que l’ETRE a à vous dire ».

      J'aime

  7. Merci Elisabeth,quel sujet important! Et si bien développé, concret et clair comme sait si bien le faire Jacques Salomé. Je constate que j’ai beaucoup de travail à faire sur l’écoute!…en prendre conscience est déjà un petit pas! Notre société ne nous aide pas beaucoup. On est continuellement en réaction face à de nombreux stimuli extérieurs (télé, ordi, portable,dans la rue),on ne sait plus s’arrêter pour écouter l’autre. La nature est une aide précieuse par son calme et sa sérénité, elle me fait miroir. J’aime d’ailleurs son expression « cheminer en compagnie ». C’est une belle image. Pour bien écouter l’autre, il faut être calme, serein, en paix, on revient aux autres articles : s’aimer soi-même, pour pouvoir accueillir l’autre…et en écoutant l’autre on apprend à s’écouter…

    J'aime

    • Merci, Marylaure pour cette belle interprétation de l’article. Comme tu dis, nous sommes continuellement sollicités de toute part et, comme je viens de l’écrire, dans cette société où les moyens de communication abondent, nous avons perdu la capacité de l’échange et du partage véritable.
      Souvent, les gens sont ensemble mais chacun collé à son portable… quelle absurdité…
      Tu as tellement raison pour la nature qui nous reconnecte vraiment avec nos ressentis, dans le calme et la sérénité.
      J’aime beaucoup le lien que tu fais avec les autres sujets : « s’aimer soi-même, pour pouvoir accueillir l’autre…et en écoutant l’autre on apprend à s’écouter…  » C’est merveilleusement bien dit et renvoie à cette notion de miroir.

      J'aime

  8. Personnellement ça ne me gêne pas d’écouter, ça m’évite de parler et il y a tellement de gens qui on besoin de se libérer par la parole, et je les remarque facilement, il suife de leurs dire quelque mots et la machine se met en route, le plus dur c’est de les arrêtait.

    J'aime

    • Alors bravo à toi, pour savoir être cette oreille attentive et savoir donner de ton temps et de ton attention à celui qui en a besoin.
      Attention toutefois car, comme tu le dis, une fois lancés, les gens ne s’arrêtent plus et finissent par abuser de ta gentillesse.
      Écouter, oui mais pas se laisser trop envahir car là, tu perds ta patience et tu peux te sentir instrumentalisé.
      Merci pour ton témoignage, Orepuk, je suppose que tu préfères t’exprimer à travers ton art.

      J'aime

  9. Peu de gens savent écouter de nos jours….. alors qu’il suffit de faire la plupart chambre d’écho !
    Je crois que peu de gens savent aussi parler et confier de nos jours….. !

    Bon week-end Eliza, Fait encore super froid ici, neige toujours pas fondue en forêt = expédition ratée ce matin avec Maxou ! Nous sommes vite rentrés à la maison bien au chaud !

    Des gros bisous – Lili

    J'aime

    • Oui, Lili, à notre époque où les moyens de communication sont de plus en plus nombreux, nous avons de moins en moins de vrais échanges.
      Effectivement, il fait un froid de canard et même Maxou ne peut plus se rouler dans la neige…
      Excellent week-end à toi, reste bien au chaud. Gros bisous

      J'aime

  10. Mince,j’ai du travail devant moi. Cet article tombe à point nommé car j’ai réalisé cela il y a peu: je racontais une longue histoire à une amie,besoin juste de parler et d’être entendue. Et elle n’a pas arrêté de m’interrompre! Ah mais qu’elle horreur!
    Cela m’a fait du bien finalement car je me suis rendue compte qu’écouter vraiment n’était pas si facile. Je vais me pencher de près la-dessus.
    Merci beaucoup Elizabeth.

    J'aime

    • Merci à toi Lys blanc car tu nous apportes un témoignage vécu, très précieux pour montrer, qu’effectivement, nous avons tous vécu cette frustration de ne pas être écoutés et entendus.
      Et en plus, cela à éveillé un désir de faire davantage attention à ta capacité de l’attention à l’autre, ce qui est vraiment à ton honneur car peu de gens savent se remettre en question.

      J'aime

  11. Oui un article encore passionnant à lire et qui a fait écho avec celui que j’avais écrit sur Mercure le symbole de la communication autant par l’écrit que le parlé …
    Écouter l’autre ça s’apprend , il faut parfois faire l’effort d’écouter ce que l’autre peut nous dire . Recevoir peut autant être gratifiant que de donner et celui qui ne laisse pas la parole ou qui cherche trop a envahir l’autre peut se perdre lui-même dans la quête d’un non sens ….

    J'aime

    • La communication est difficile, Lune car pour cela, il nous faut être disponible, ainsi que de savoir décrypter le langage, non seulement verbal mais aussi corporel. Et celui qui cherche à envahir l’autre a souvent du mal à trouver son propre « territoire », sa place, alors il vient « squatter » le nôtre pour attirer l’attention sur lui

      J'aime

  12. Merci bcp pour cet article. Qu’est ce je suis d’accord avec Jacque S alomé qd il dit qu-on écoute l’autre pour s’emparer de son discours et développer le sien. C’est très fréquent chez bon nbre de gens. Mais plus on s’exerce dans « l’art de se mettre en veilleuse » plus on se rend compte combien on ne s’écoute pas, combien on est dans l’errance de pensées égotiques, combien faute de l’art d’écouter, notre attention est en fait furtive ne permettant donc pas un regard vrai et jugement impartial. Que de jugements hâtifs à cause du besoin « pressant » de passer son numéro.
    Dans l’écoute avec une attention soutenue, je vois plus que devenir un poète de l’« humanitude » comme a dit JS, mais bcp d’action sur soi et donc de bons offices envers l’autre.

    J'aime

    • Merci à vous, Hassan pour ce très beau décryptage de l’article et cet élargissement vers l’art de regard attentif, que nous posons sur les gens.
      Il est vrai que nos pensées dispersées ne sont propices ni à l’attention ni au développement personnel, qui nous donne la capacité d’une présence véritable à soi et à l’autre.

      J'aime

  13. Tellement important cet article Elisabeth …
    J’ai lu avec beaucoup d’attention les outils d’écoute que monsieur Salome propose …
    Des outils utiles dans ma vie professionnelle et personnelle; mes élèves, ma famille, mes enfants …mes ami(e)s…
    En même temps, je dirais qu’il faut prendre soin de soi-même …et ne pas subir….

    Bonne soirée amie,
    Tendresse

    Manouchka

    J'aime

    • Oui, chère Manouchka, tu as si bien interprété l’article. Savoir développer l’écoute vraie, sans toutefois se perdre de vue car la première personne à entendre c’est nous-même.
      Belle soirée à toi, tendre et si sage amie.

      J'aime

  14. Je suis en train de redécouvrir le vrai sens de l’écoute, en regardant en arrière, je me suis aperçue qu’enfant, je savais parfaitement écouter, puis, j’ai grandi, j’ai imité la façon de faire des autres et j’ai perdu cette capacité, c’est vrai que quand on y prend pas garde, on a vite fait de ramener la discussion sur soi et les bonnes idées que l’on peut transmettre ! Sans arrière pensée bien sur et en voulant bien faire mais au final, ce n’est pas ça qui est attendu et cela peut laisser un goût d’incompréhension à l’autre …

    J'aime

    • Merci, Élodie, tu évoques un vrai problèmes de notre époque. Enfants, nous possédons une grande sensibilité et des capacités diverses, que nous perdons, en vouloir ressembler aux grands. Et ensuite, il nous faut faire tout un travail sur soi, pour les retrouver, si nous le désirons car nombreux sont ceux qui ont perdu définitivement cet enfant en route.
      Et souvent, dans la volonté de bien faire, nous donnons des conseils, alors que la personne a juste besoin que l’on l’écoute, sans jugement, sans vouloir résoudre ses problèmes, juste dire ce qui lui pèse. Si nous devenons cette oreille attentive, en nous effaçant, pour laisser à l’autre la place d’exister, il se sentira compris et soulagé, sinon, comme tu dis, l’incompréhension et la frustration s’installent.

      J'aime

  15. Ecouter ce que beaucoup ne font pas des appel SOS dans des billets parfois simple (mot) mais qu’il faut analyser , parler de soit sans intensifier le problême si petit soit-il peut cacher un grand désarroi
    le detecter n’est pas du ,a tous faut-il déja avoir une écoute de l’autre ne pas passer , bonjour bonsoir et souvent nous aboutissons a un dénouement concret , pour aider au mieux , une personne qui a besoin du concours , intervention de quelqu’un d’autre ,
    bisous Elisabeth bon sujet que j’ai eu autrefois en Fac Psycho

    J'aime

    • Oui, Étoile, comme tu le dis, trop souvent nous passons à côté de l’autre, dans des rapports superficiels, et n’entendons pas les appels au secours que la personne lance d’une manière silencieuse.
      Alors cet article t’a fait retourner sur les bancs de la fac ? 😀

      J'aime

  16. Pingback: Astrologiquement votre ou Mercure quand tu me prends le chou « L'actualité de Lunesoleil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s