Les joies du mariage

Une femme se lève pendant la nuit et constate que son mari n’est pas au lit.

Elle enfile son peignoir et descend voir où il est. Elle le trouve dans la cuisine, assis devant une tasse de café.
Il paraît bouleversé et fixe le mur. Elle le voit essuyer discrètement une larme.

– «  Qu’est-ce qui ne va pas chéri ? »

Le mari lève les yeux de son café et lui demande solennellement :
– «  Tu te souviens il y a 20 ans, quand on s’était donné rendez-vous…
Tu n’avais alors que 16 ans ? »

-« Oui je m’en  souviens »  répond-elle.

ours blanc

Le mari fait une pause, les mots lui viennent difficilement :
– « Te souviens-tu que ton père nous a surpris en train de faire l’amour à l’arrière de la voiture ? »

– «  Oui je m’en souviens » dit la femme en s’asseyant à ses côtés.

Le mari continue :  « Te souviens-tu, quand il a pointé son flingue sur ma tempe et qu’il a dit :
« Ou tu épouses ma fille, ou je t’envoie en tôle pour 20 ans »

– « Je m’en souviens aussi »  répond-elle doucement.

Il essuie une autre larme et dit : « J’aurais été libéré aujourd’hui ! »

28 réflexions sur “Les joies du mariage

  1. Et voilà où peut (pouvait) vous emmener une partie de jambes en l’air ! Je blague. Mais, peut-être que dans cette cuisine, sur un coin de table, les prémices d’une rencontre qui n’avait pas eu lieu… Faut dire qu’une carlingue ça ressemble fort à une cellule à perpète. Je blague encore, désolée, car le fonds de l’histoire est dramatique. Deux individus, en somme, qui ont obtempéré. Et Elle, que dit-elle, l’histoire s’arrête aux pleurs du mari (un homme qui pleure, c’est rare). Elle ne le voit pas au lit, ciel ! Est-ce en ce lieu qu’elle se rend compte de la présence, de l’existence de son homme ? Homme, non, il est vrai qu’on l’appelle « mari ».

    J'aime

    • J’adore vos blagues, Frédérique et même, si cela est censé être une histoire drôle, le fond est dramatique, comme vous le dites…
      Vous avez cette capacité extraordinaire de tisser toute une histoire à partir de quelques éléments épars… belle imagination…
      Auriez vous envie de donner votre version ? Je suis sûre qu’elle serait différente et tellement plus riche

      J'aime

      • L’imagination est le moindre de mes défauts🙂 Ma version ? du mariage ? en anecdote ? Un peu âgée et guère raisonnable, j’ai béni (rétrospectivement) celle (il n’y a qu’une femme pour être aussi « vache ») qui m’a offert ses condoléances lors de mes épousailles, un enterrement joyeux en somme. D’ailleurs, je me suis mariée vêtue de noir, lui de blanc. C’est pas banal. Bref, le mariage c’est une alliance du blanc et noir, non pas une communauté grise, mais un assemblage où l’un vivifie l’autre. Dépourvue de ce blanc, je suis absente, sans ce noir, il devient livide.

        J'aime

        • Vous êtes bien modeste, Frédérique car rien n’est banal chez vous…
          J’adore l’anecdote, effectivement, rien à dire, une vraie remarque vache😀 Que vous bénissez, dans votre sagesse et grand cœur…
          En pleine admiration devant votre description du mariage, si vraie et juste. Une véritable alliance, vécue dans ce beaux ressourcement mutuel.
          Décidément, vous êtes une femme surprenante et vous lire est un bonheur… merci

          J'aime

  2. Et oui, nous sommes vraiment très nombreux à prendre de mauvaises décisions, même sans flingue sur la tempe! Notre flingue est sociétal, amical, familial ou que sais-je encore… Mais à chaque fois, si nous, n’y prenons garde, nous faisons des choix contraires à nos désirs véritables, à nos sentiments profonds, et nous portons cela comme une condamnation notre vie durant!! Quelle tristesse que de n’oser vivre sa vérité!

    J'aime

    • Oui, Maria, quelle tristesse. D’autant que le flingue, cela peut être aussi notre propre lâcheté, indécisions, peurs et c’est nous qui le tenons…
      Merci d’avoir si bien interprété, cela prouve encore, que derrière presque toutes les histoires drôles se cache une sagesse de la vie.

      J'aime

  3. Voila, ça c’est fait. Next…
    Avec une telle histoire, je me demande si je ne vais pas aller prêcher dans le désert. Je suis sûr que le vent m’entendra, lui. Comprendra qui pourra surtout le Commandant en second.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s