Jean Klein : L’insondable silence

 Qu’est-ce qui vous a poussé à vous rendre en Inde ?

Une mise en demeure intérieure de trouver la paix, d’arriver à ce centre d’autonomie où l’on est simplement soi, libre de toute stimulation. Mon voyage n’avait pas pour but la recherche d’une nouvelle croyance. Dès le début, j’étais persuadé qu’il existait un noyau de l’être indépendant de toute société, de tout contexte extérieur et je sentais l’urgence d’aller jusqu’au bout de ma conviction.

Une fois en Inde, dans un environnement complètement nouveau, toute référence à un état antérieur disparut. Privé de tout critère de jugement, je fus amené à une ouverture, une disponibilité à toute chose et je fus surpris de rencontrer si vite l’homme qui allait devenir mon maître. C’est le maître qui vous trouve, dans la conscience de vous-même.

Rencontre avec mon maître

Chaque fois que je vous rencontre, je suis étonné de votre joie. Est-ce que ce bonheur provient des circonstances extérieures ? – Il ne dépend de rien d’extérieur. Il brille de lui-même. – Pouvez-vous m’y conduire ? – Oui.

L’Éveil

La soif de liberté doit être dévorante. Seulement, cela ne s’apprend ni ne s’acquiert, cela surgit de l’investigation de soi-même. Dans cette investigation, s’élève un pré-sentiment. C’est la réalité qui vous interpelle et c’est ce pressentiment qui vous dote d’une extraordinaire ardeur, au point d’en perdre le sommeil. Le pré-sentiment vient de ce qui est pré-senti. C’est le reflet de la vérité. C’est une orientation spontanée qui se produit quand la dispersion se résorbe en un point.

L’ego devient plus transparent et dans cette transparence, l’énergie investie sur quantité de sujet se trouve orientée. Ce qui fut important pour moi, ce furent ces moments où, face à moi-même, je me percevais comme non comblé. Ceci me poussa à intensifier mes investigations.

Indes

Quand vous percevez ce manque directement sans le conceptualiser, c’est un vrai tourment. Ces épreuves vous sortent d’une espèce de confort complaisant de votre mode de vie habituel. L’enseignement pointe directement vers ce qui ne peut s’enseigner. Les mots, les actions sont des béquilles et ce support perd graduellement de sa consistance, jusqu’à ce que vous vous trouviez soudain dans le non-état qui ne peut-être enseigné.

Les vieux schémas de pensée, d’action, d’identification erronée avec le corps avaient perdu leur consistance. Ce fut le passage de la dispersion à l’orientation, un accroissement du prés-sentiment de la vérité. Cela devient une présence de plus en plus forte et de moins en moins un concept.

Cette compréhension de l’Être donna une nouvelle direction à ma vie. Tout était perçu d’une manière nouvelle, je devins plus clairvoyant. Bien que ce changement n’ait pas été le fruit de la volonté, une bonne part de ce qui avait occupé ma vie disparut. Les objets, l’avoir et le devenir avaient perdu leur attrait. Je n’avais fait ni ajout, ni rejet. J’étais seulement devenu conscient d’une clarté et de cette prise de conscience s’ensuivit une transformation spontanée.

Mon maître m’expliqua que cette clarté qui semblait avoir une raison extérieure était réellement une lumière reflétée par le Soi. Dans mes méditations, j’étais visité par cette lumière, attirée par elle, et cela me donna une autre compréhension de mes actions, de mes pensées et de mes perceptions. Mon écoute devient libre de projection. Cette écoute non-orientée me rendit réceptif, alerte, en dehors de toute anticipation.

Un changement complet survient un soir, sur Marine Drive à Bombay. Je regardais les oiseaux et soudain, je fus entièrement saisi par eux, comme si tout cela se passait en moi. J’eu réellement connaissance, conscience de moi-même. Le matin suivant, face à la variété de la vie quotidienne, je sus que ma compréhension de l’Être était une réalité. La vie coulait sans interférence de l’ego. Je me trouvais dans une paix incomparable.

Toute séparation entre vous et moi disparut dans l’Unité. Je me connus dans l’immédiat de l’instant présent, dans une liberté, plénitude, une joie pure. Je ressentais une totale gratitude et non un sentiment traversé d’affectivité. Mon maître m’avait donné la compréhension de la vérité, j’en vivais la lumineuse réalité.

Extraits de L’insondable silence – Éditions Les Deux Océans.

La vidéo est en anglais mais facile à comprendre

Publicités

24 réflexions sur “Jean Klein : L’insondable silence

    • Quelle joie de te revoir, Sasha, un grand merci pour tes partages et pour l’info, je la rajouterai dans l’article. J’ai essayé de les activer mais ça ne doit marcher que sur Youtube. Gros bisous et un excellent week-end à toi.

      J'aime

        • Alors, tu es bien plus douée que moi 😀 Je n’ai pas réussi mais si tu l’as fait, ce que cela doit marcher.
          Merci pour tes fleurs, cela m’évoque le printemps, gros bisous et à bientôt, je passe sur ton blog mais je vais laisser un commentaire la prochaine fois.

          J'aime

  1. Je me reprochais le fait d’oublier de méditer.
    Il a suffi que je mette ton blog dans mes favoris pour retrouver au quotidien …la mémoire.
    Merci Elisabeth

    J'aime

    • J’en suis très touchée, Hassan mais ne vous culpabilisez pas, il est plutôt question d’envie, même si sans une bonne discipline au début, il est difficile d’y arriver, effectivement. Après, cela devient un besoin, alors, on le fait naturellement.
      Vous avez sûrement une pratique spirituelle quelconque qui vous aide, cela se sent.
      Merci pour cette attention

      J'aime

  2. Bonsoir Elisabeth,
    Enfin le weekend! J’espère que tu vas bien. Je vais enfin pouvoir me promener sur ton blog.
    Merci pour ce partage. J’aime beaucoup le témoignage de Marylaure…et ne saurais dire mieux. Juste lire et essayer d’atteindre cette plénitude.

    J'aime

    • Bonsoir Yveline,
      J’espère surtout que tu vas pouvoir te reposer mais c’est adorable de penser à venir ici.
      Moi non plus, je ne peux mieux m’exprimer que Marylaure, juste comme toi, tenter d’atteindre cette plénitude.

      J'aime

  3. Après lecture, j’ai fermé les yeux, …
    et j’ai suivi tes pas dans ce voyage lointain,
    tu en fais une si belle description.

    Bonne fin de semaine!
    Bonne Journée de la Femme !

    J'aime

  4. J’aimerais atteindre cet état de conscience, mais je crains d’être avalé par les soucis et par la peur de ce qui risque de nous arriver dans cette société de « suconsommation » où il est très difficile de ne pas être esclave de la pensée unique pour laquelle les seules valeurs sont l’avoir et la performance au servir de la toute-puissance des marchés financiers.

    J'aime

    • C’est étonnant de vous voir écrire cela, Jean-Michel, vous qui consacrez votre vie à la recherche de son sens…
      Déjà, par cette quête, vous êtes bien loin de cette société. Certes, le pire peut nous arriver mais pourquoi pas aussi le meilleur : le changement de consciences auquel vous contribuez largement.

      J'aime

        • Oui, Jean-Michel, même les saints passent par leurs « nuits noires de l’âme », selon l’expression de Saint Jean de la Croix, alors que dire de nous, humains…
          Et s’il y a quelqu’un qui sait voir le sacré et le Divin, c’est bien vous, puisque vous y consacrez tant de votre temps

          J'aime

    • Oui, Manouchka, c’est une loi immuable, quand l’élève est prêt, le maître arrive toujours…
      Il arrive parfois à certains de frôler cet état de grâce et ces moments sont inoubliables.
      Merci à toi et toute ma tendresse

      J'aime

  5. Très égoïstement, je cherche toujours qui je suis, j’avoue ! Mais je cherche de moins en moins souvent !
    Trop de vies différentes dans ma propre vie, pour un jour trouver une réponse, car avec du recul, à chaque fois, j’étais une autre personne !
    Pour la réponse, pas besoin de voyager ! Le seul voyage est le voyage intérieur !
    OOHHHHHHHHHH, je suis bien trop sérieuse d’un coup, je file……….. lol !
    Des gros bisous – Lili

    J'aime

    • Il est loin d’être égoïste de chercher qui nous sommes, Lili et tu as pleinement raison quant au seul vrai voyage.
      C’est aussi une grande richesse d’avoir vécu plusieurs vie en une seule…
      Plein de bisous à toi et bon week-end

      J'aime

  6. Quel magnifique texte! Chaque mot est à sa juste place, avec clarté et une vibration particulière, pour exprimer l’Unité, l’inexprimable, cette totale fusion avec toute chose pour ne former qu’un, à travers l’illumination de son être intérieur. Merci Elisabeth pour cette belle transmission, qui par sa pureté touche mon coeur et donne une vraie compréhension ( pour peu qu’il puisse y en avoir une) de ce qu’est le chemin sur soi, le centrage, la transparence de l’ego qui mène à l’Unité, où la volonté n’a pas sa place, juste l’accueil de ce qu’il vit…et trouver la paix. Quel beau chemin et quel homme béni!

    J'aime

    • Effectivement, Marylaure, Jean Klein était un être très éclairé qui a beaucoup contribué à la transmission de la sagesse orientale.
      Quant à son écrit, cela se sent que tu as côtoyé de très prés ce magnifique chemin de l’Unité.
      Merci pour ton commentaire, émouvant, comme toujours

      J'aime

      • Merci Elisabeth, mais je n’ai malheureusement pas côtoyé ce chemin qui mène à l’Unité (peut -être dans une autre vie!)… Je ressens très profondément le désir de l’atteindre ( la volonté n’y a pas sa place!) mais le quotidien me met encore très souvent à l’épreuve. Et celles-ci sont bien là pour me faire travailler et grandir… J’ai beaucoup de travail à faire sur le centrage et la no- réactivité…Et tenter d’atteindre cette plénitude……..
        Passe une douce soirée.

        J'aime

        • Chère Marylaure,
          Personne au monde ne vit cet état en permanence, peut-être les grands maîtres et encore…
          Et justement, le fait qu’il soit si fugitif, fait partie de sa valeur.
          Tu sais certainement mieux ce que tu as vécue mais je ne suis pas la seule à trouver ton commentaire si juste, qu’il donne l’impression que tu l’a côtoyé de suffisamment près pour savoir si bien le décrire.
          Nous avons tout en nous et ne pouvons nous souvenir que des choses que nous avons connues…
          Certes, le chemin pour retrouver cette mémoire est long, la Vie nous teste en permanence mais déjà tu a conscience sur quoi tu dois travailler pour arriver à ce fugace sentiment d’Unité et de Plénitude.
          Douce soirée à toi

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s