Michel Odoul : « Notre corps parle, encore faut-il savoir l’entendre… »

Nos maladies ne sont pas le fait du hasard ni de la fatalité, mais un message de notre être intérieur, assure Michel Odoul dans Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi. Des années après sa première édition, ce guide qui nous invite à décoder nous-même le langage du corps caracole en tête des meilleures ventes.

Un parcours atypique pour ce grand spécialiste en shiatsu : diplômé de Sup. de Co, il est, depuis dix-huit ans, consultant en entreprises et formateur aux techniques énergétiques. Depuis 1996, il dirige l’Institut français du shiatsu, à Paris.

Paru en 1994, vendu à plus de cent soixante-cinq mille exemplaires à ce jour, réédité neuf fois : Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi est un best-seller. Son succès tient à ce qu’il nous parle de nous, de nos petites douleurs et de nos grandes souffrances, et propose d’en finir avec nos problèmes de santé.

S’appuyant sur le lien intime qui existe entre notre système immunitaire et le psychisme, il nous aide à mettre des mots sur nos maux. Michel Odoul, son auteur, l’a écrit à la demande de ses patients. Fondateur de la psycho-énergétique, il a pris deux ans pour le rédiger en s’aidant des sept mille consultations qu’il a données. Son objectif ? Susciter, à travers son livre, les prises de conscience : « Lorsqu’il m’arrive quelque chose, maladie ou accident, que se passe-t-il à ce moment-là dans ma vie ? »

Psychologies : Comment expliquez-vous ce succès ?

Michel Odoul : La vision mécaniste que l’Occident et sa médecine traditionnelle se font de l’être humain ne suffit plus à nombre d’entre nous. Aujourd’hui, chacun veut comprendre ce qui lui arrive et pourquoi, et entendre parler « autrement ».

Comment utiliser votre ouvrage ?

Ce livre n’a d’autre prétention que de donner à réfléchir à ceux qui se posent des questions. Mais tous les bobos ne sont pas forcément interprétables : une constipation passagère qui s’améliore avec un régime alimentaire plus équilibré ne prête pas à une interprétation particulière.

Même si, dans une certaine mesure, sa prise en charge a modifié votre mode de vie. En revanche, un symptôme attire l’attention, quand il est récurrent, intense ou inhabituel : maux de tête, sciatiques, tendinites, allergies, spasmophilie, boulimie, kystes, etc.

Vous ne faites pas de différence entre un problème physique, un problème psychosomatique et même un accident… Vous n’allez pas trop loin ?

Pour moi, il n’y a aucune différence ! Je pense que nous sommes en interdépendance avec tout ce qui nous entoure. Qu’on les appelle « traumatismes », « maladies » ou « accidents », nos pathologies ont toujours du sens, même si l’on ne parvient pas à le décoder.

Prenons le cas d’un accident. Si ma voiture dérape sous la pluie, c’est que j’ai commis une erreur de conduite. Et c’est peut-être en réfléchissant à ce qui m’a absorbé à ce moment-là que je peux trouver une amorce d’explication à mon accident.

Admettons que j’aie mal au genou. J’ouvre votre livre et je découvre que « les douleurs au genou signifient que nous avons du mal à intégrer une émotion ». Cela ne peut-il pas simplement s’expliquer par le fait que je porte des talons trop hauts ?

Bien sûr ! Mais la raison mécanique n’est pas suffisante. La question que vous devriez vous poser, c’est pourquoi vous portez des talons aussi hauts, ce que cela représente pour vous. Peut-être que les hauts talons, signes de féminité chez les Occidentaux, sont à rapprocher du rituel des pieds bandés des Chinoises : dans les deux cas, on contraint les femmes à une difficulté de mouvement.

Et si je ne me reconnais pas dans cette explication ?

C’est très possible ! Cela signifie sûrement que la véritable raison n’est pas encore acceptable pour vous à ce moment-là : elle est occultée par votre inconscient, parce que vous n’êtes pas prête à lui faire face. Et c’est très respectable.

Qu’est-ce que la psycho-énergétique ?

yin yang

J’ai fondé cette méthode à la fin des années 80. Elle se sert à la fois de la psychologie occidentale – celle de Jung en particulier – et de techniques orientales – tao, médecine chinoise, yin et yang – pour donner un sens à nos souffrances. Par exemple, à travers la symbolique que les Chinois attribuent aux méridiens d’acupuncture, on peut donner un sens à chaque organe. Ainsi, la vessie représente la phase finale de transformation des énergies et permet d’évacuer les « vieilles mémoires » que nous portons en nous.

Sur le plan psychologique, son méridien est associé à la fécondité, à la rigueur et au sens de l’écoute. On travaille aussi sur la latéralité du corps : le yin représente le côté droit, les valeurs féminines, familiales, l’entreprise, la mère. Le yang recouvre le côté gauche et incarne les valeurs masculines, l’autorité, le père.

Pour en revenir à votre genou, il est important de savoir lequel vous fait souffrir : si c’est le droit, vous vous interrogerez sur votre rapport à la féminité, à la mère, à la famille, aux émotions. Si c’est le gauche, essayez de trouver la source de votre problème dans vos liens avec le masculin et le père.

Quelle est l’originalité de votre méthode par rapport à certains dictionnaires américains qui compilent les maux du corps et leurs interprétations ?

D’abord, elle est antérieure. Ensuite, elle est sérieuse : les professionnels qui l’exercent sont tous des enseignants en shiatsu, des médecins ou des ostéopathes, qui connaissent précisément le corps humain. Enfin, le rapport du praticien avec son patient est particulier.

Au cours de sa formation, on lui apprend à ne jamais nommer son problème à un patient : le praticien doit l’aider à le trouver par lui-même, parce que la prise de conscience personnelle est primordiale. En général, tout se règle en trois ou en quatre séances.

Ce faisant, ne vous opposez-vous pas à la médecine traditionnelle ?

De plus en plus de médecins ont conscience que, derrière toute maladie, une tension psychologique souvent inconsciente prépare le terrain à la pathologie. Mais attention, ce livre ne prétend pas guérir ! Il invite les gens à écouter leurs maux pour décoder leurs vrais problèmes.

D’ailleurs, cette approche n’est pas incompatible avec la médecine traditionnelle, au contraire. Il nous arrive d’aiguiller des patients vers des médecins. Seulement, le « malade » ne doit pas s’en remettre à l’omnipotence du médecin, et se laisser soigner passivement : il est l’acteur de son problème et non la victime. Des médecins, des psychologues, différents thérapeutes peuvent nous soigner, mais nous sommes les seuls à pouvoir nous guérir.

Karine Papillaud pour le magazine Psychologies

 

 

A lire aussi sur ce blog : https://tarotpsychologique.wordpress.com/2013/05/02/le-chemin-de-vie-ou-la-legende-personnelle/

avec les liens vers les exemples extrais du livre de Michel Odoul

Publicités

56 réflexions sur “Michel Odoul : « Notre corps parle, encore faut-il savoir l’entendre… »

  1. Le corps nous parle, effectivement, aussi bien à travers la maladie qu’à travers les accidents. J’en parle en connaissance de cause car mes problèmes de santé autant que les accidents que j’ai eu (une avec côtes brisées, une autre avec cheville brisée) concernent le plus souvent le côté gauche du corps. J’ai d’ailleurs eu confirmation par un maître reiki que j’avais un déséquilibre énergétique important à ce niveau. D’autres part, selon les témoignages de plusieurs thérapeutes ayant une longue expérience, ils constatent des traits de caractères communs chez les patients etteints de telle ou telle pathologie. Il est tout à fait logique qu’il en soi ainsi puisque, de toute manière, notre réalité personnelle est un dialogue entre conscient et inconscient. Tout nous parle que l’on en soit conscient ou non.

    Merci pour cette tranmission, Loup blanc!

    J'aime

    • Merci pour la grande justesse de votre commentaire, étayée par vos propres expériences.
      Le seul « souci » que je n’ai pas résolu à ce jour, est que traditionnellement, on associe le côté gauche au yin, tandis que la médecine énergétique chinoise fait le contraire. Bon, l’essentiel est d’arriver à une conclusion juste…

      J'aime

      • Dans mon cas, le Yang est complètement refoulé (histoire familiale). Ce qui fait que le Yin parait hypertrophié. Comment cela ce traduit-il dans la réalité et dans mon corps, je n’ai pas vraiment compris. Il y a un « patern » récurant tel que je l’ai mentionné, mais il me semble à l’opposé de ce qu’Il devrait être. En effet, le côté gauche, tel que je l’ai appris, est associé au féminin. Or étant donné que j’ai refoulé le Yang en moi, pourquoi serait-ce le côté Yin qui sollicite constamment mon attention? Il y a également la résultante karmique qui n’est pas à négliger. J’ai pu, à travers la pansémiotique et les rêves, comprendre une partie de mon karma, mais cette compréhension faite, je n’ai pas vraiment saisi les correctifs à apporter puisque dans les faits j’ai été une victime.

        J’espère ne pas trop vous encombrer avec mon histoire personnelle.

        J'aime

        • Non seulement vous ne m’encombrez pas, Musael mais bien au contraire, les témoignages personnels, comme le vôtre sont très précieux car il ancrent dans le concret les exemples théoriques. J’avoue ne pas être la mieux placée pour vous répondre car effectivement, si en général le côté gauche du corps est lié au féminin, dans la médecine énergétique chinoise c’est le contraire.
          Certes, il y a le karma, le vôtre, voire celui de votre lignée et apparemment vous avez fait un travail pour conscientiser les choses. Je voudrais juste souligner que si la prise de conscience est indispensable, tout travail doit passer par le corps pour être « validé ».
          Dans l’article précédent, j’ai mis les liens vers les extraits du livre de Michel Odoul, peut-être vous y trouverez une partie de la réponse…
          Il me vient aussi que peut-être votre yin est si prédominent que cela se répercute dans le corps.
          Il m’est difficile de vous répondre, surtout vu le peu d’élément dont je dispose, d’autres lecteurs auront peut-être une idée, d’ailleurs j’ignore si vous êtes venu pour chercher une réponse ou juste partager votre histoire, dont je vous remercie encore.

          J'aime

  2. Je suis convaincu et très intéressé. J’essaye d’écouter mon corps, mais sur un point j’ai peu de résultats. J’ai eu un AVE et en même temps une opération pour le cancer du colon. Depuis j’ai un reste qui ne disparaît pas? Je pense que les suites du choc opératoire et des sondes qu’on m’a mis dans la gorge sont toujours présentes en moi. J’ai des raclements de gorge qui se sont amplifiés et se traduisent maintenant par un genre de glande qui produis des remontées gastriques acides. Depuis 3 ans les médecins m’on donné tout une suite de médicaments qui pour le moment n’on aucun effet. L’hôpital a même diagnostiqué une hernie hiatale, mais le traitement n’a eu aucun effet.
    Je suis persuadé que mon corps me dit quelque chose. Mon épouse me dit que je suis sujet à un TOC.. Je pense que ce que dit le Dr Odoul est véridique, mais je n’arrive pas à appliquer pratiquement la méthode et à être en harmonie avec mon corps. Les croyances et les habitudes sont tellement tenaces, que je ne peux me libérer et respecter ce que me demande mon corps.

    J'aime

    • Désolée pour tous ces soucis de santé que vous avez eu. Mais vous avez raison d’écouter votre corps et croire qu’il vous envoie des messages, d’autant que même après le diagnostic et les traitements les symptômes persistent.
      Écoutez votre intuition, vous avez un esprit ouvert, alors vous arriverez à dépasser vos croyances et habitudes.
      J’ignore si vous possédez le livre de Michel Odoul, dans l’article précédent il y a plusieurs liens vers les extraits.
      Sinon, j’ai la version livre mais aussi un e-book et je peux facilement vous l’envoyer.

      J'aime

    • Non, il serait abusif de vous demander des réponses. Ce sont davantage des questions que je me pose à moi-même et une manière de corroborer cet article. Mais si vos lecteurs ont des témoignages similaires ou des commentaires, je serais heureux de les lire. Pour le reste, au cours des dix dernières années, j’ai bien progressé tant au niveau de ma compréhension qu’au niveau des déblocages et processus de guérison mais il semble que j’atteigne une sorte de plateau du moins en apparence car je n’ignore pas que souvent les choses évoluent lentement à notre insu et qu’en ce domaine il y a parfois des sauts quantiques qui se préparent en sourdine. D’ailleurs, en ce qui me concerne, les prises de conscience se font toujours de cette manière ou presque. J’ai noté également qu’il n’est pas toujours nécessaire de tout comprendre pour qu’un nœud karmique se dénoue.

      J'aime

      • Et bien voilà, vous vous donnez vous-même une réponse parfaite, qui témoigne d’une grande lucidité et dénote un long et solide travail sur soi.
        J’espère que d’autres témoigneront, sinon, quant à mon expérience personnelle, je sais aussi que souvent j’ai l’impression de stagner, alors que c’est juste un travail de maturation qui se fait.
        Parfois, confrontée aux mêmes épreuves, je crois n’avoir rien appris et dans ce cas, c’est le regard extérieur qui aide à remettre les idées en place… vos proches et les vrais amis en témoignent.
        Je me représente ainsi mon parcours telle une spirale ascendante, la « leçon » est la même mais je ne la vis plus au même niveau de conscience.
        J’aime beaucoup votre image du « saut quantique » et pour finir sur une note d’humour, je dis qu’il n’est pas nécessaire de regarder ce qu’il y a dans la poubelle pour la jeter 😀
        C’est un véritable plaisir d’échanger avec vous, merci

        J'aime

  3. J’en suis convaincue depuis pas mal de temps,depuis qu’une amie en fait m’a emmené à une conférence de ce monsieur. Je reconnais qu’il m’a fallu un peu de temps pour en arriver là.
    J’ai tellement cru, » gobé » tout ce que l’on m’avait appris à l’école d’infirmière. Cette amie est infirmière aussi. Nous ne sommes pas des cas particuliers,mais ce n’est pas facile. Quand je reprendrai le travail,il faudra presque que je me  » coupe en deux »?

    Je ne sais pas ce qui s’est passé,je croyais qu’il n’y avait pas eu d’article depuis un moment. J’ai dû les rater dans les mails,pas mal de lecture à rattraper.
    Bonne journée.

    J'aime

    • Merci infiniment, Lys Blanc, tu es un merveilleux exemple de cette éducation que nous avons reçue, d’autant que tu es infirmière, donc il t’a fallu du temps et du courage pour dépasser l’enseignement classique.
      Certes, il n’est pas facile de pouvoir travailler dans cet état d’esprit car si tu exprimes tes convictions tu risques d’être prise pour une « allumée ». Mais je crois aussi, que de plus en plus de gens, que ce soit des scientifiques, des médecins ou des infirmières osent manifester cette manière de penser et que les consciences s’ouvrent.
      Je crois aussi, que tout en restant dans le système, nous pouvons essayer de le changer de l’intérieur… et que ton intuition te dira à qui tu peux en parler. D’ailleurs, tu fais un si beau métier, malheureusement si mal reconnu mais ce sont les infirmières qui sont les plus proches de malades.
      Vraiment si heureuse de ton témoignage, j’ignore pourquoi tu n’as pas reçu de notifications mais ravie de ton retour. Tu liras ce que tu as envie…:D
      Amitiés sincères

      J'aime

  4. « De plus en plus de médecins ont conscience que, derrière toute maladie, une tension psychologique souvent inconsciente prépare le terrain à la pathologie »
    Ca me parle beaucoup cette réflexion parce que j’écoute constamment les signes de mon corps pour les comprendre. Avant de lire cet article ce qui est étonnant, hier dans « la foire aux livres » j’ai trouvé un livre sur le Shiatsu collection Marabout. Et encore en lisant cet article, je ne peux pas m’empêcher de penser au livre que je possède de Lise Bourbeau « QUI ES TU » qui a été aussi un Best seller et réédité plusieurs fois….

    J'aime

  5. J’adhère tout à fait a ce papier, mais la médecine en France n’est pas ouverte aux idées nouvelles, elle commence seulement par endroits a admettre l’hypnose pour soigner.

    J'aime

    • Malheureusement, tu as raison, Orepuk, la France est particulièrement fermée à ce genre de raisonnement et elle réfute les médecines parallèles, ce qui n’empêche pas les gens d’y avoir recours de plus en plus souvent.

      J'aime

  6. aie aie
    une phrase me dérange « Cela signifie sûrement que la véritable raison n’est pas encore acceptable pour vous à ce moment-là : elle est occultée par votre inconscient, parce que vous n’êtes pas prête à lui faire face. »
    non non, parfois le ma, la cause est purement mécanique
    tout ne s’explique pas (« pourquoi y a t il qqchose et non rien? » s’interrogeait Leibniz)
    Odoul gagnerait à être plus mesuré (je suis en mode équilibre en ce moment)

    sinon, je possède deux ouvrages de Claudia Rainville sur le thème de la métamédecine et je me rappelle y avoir trouvé des pistes pas fumeuses du tout 😉

    J'aime

    • Alors, si tu ramènes la discussion à la philosophie, effectivement, nous pouvons y rester toute la nuit 😀
      Bien que je sois de l’avis de Michel Odoul sur les causes cachées de nos maladies, je respecte entièrement ton point de vue et les ouvrages qui te parlent davantage…

      J'aime

  7. Bonjour Elisabeth,
    Je crois aussi que le corps et le psychisme sont étroitement liés et qu’ils s’influencent mutuellement. Selon moi, une place prépondérante au domaine du psychisme et de la psychologie.
    Très bonne fin de journée. J’espère que ton 1er mai a été agréable. Bises.

    J'aime

    • Entièrement d’accord avec toi, Yveline, le psychisme joue un rôle si important, ce qui a souvent été prouvé par les malades incurables, qui ont guéri grâce à leur volonté de vivre.
      J’ai passé une excellente journée, malgré la pluie, toi aussi, j’espère…
      Bisous et belle soirée

      J'aime

  8. Bonjour Elisabeth,
    Avant d’écouter mon corps pour savoir si j’ai une crise de foie, c’est parce que j’ai mangé trop de biscuits et que si j’ai mangé trop de biscuits, c’est parce que je manque de douceurs, je t’offre ces quelques brins pour qu’ils t’apportent 365 jours de brins de petits bonheurs pour chaque jour qui passent :
    http://filamots.wordpress.com/2013/05/01/premier-mai/
    Merci pour tes visites régulières. Elles me font toujours autant plaisir. 🙂
    Je connaissais le livre « dis-moi où tu as mal….. » par mon fils qui m’en avait parlé. Et puis par toi aussi, pour d’autres maux.
    Je te souhaite une bonne fin de journée. Ici il ne fait pas chaud comme dans toute la France.
    Je t’embrasse affectueusement.
    Geneviève

    J'aime

    • Merci, chère Geneviève, très touchée par ton passage et ce magnifique muguet, dont je te renvoie toutes les clochettes du bonheur, pour que tu ne manges plus trop de biscuits 😀
      Tu sais bien que j’aime ton beau blog, on ne s’y ennuie jamais…
      Ce temps de novembre est triste mais bon, mettons de la joie dans nos cœurs.
      Je t’embrasse affectueusement, prend bien soin de toi

      J'aime

      • Re-moi Elisabeth, temps de novembre ? Un lapsus ? 😀 aïe, aïe, presque, déjà passé. Ce temps est pour moi totalement comme dans mon pays, même en cette période, car nous entrons bientôt dans la période des saints de glace. Et ce n’est pas fini mdr !!! Et dire qu’après nous allons…..peut-être….avoir la canicule….les météorologues n’ayant nullement pour moi la science infuse prévoient tout de même ces modifications de temps notables.
        Chez toi, il y a toujours des histoires intéressantes. J’ai encore un article que j’avais commencé à lire….il y a un moment….de toute manière ce n’est pas le choix qui manque 🙂
        En ce moment je suis assez prolixe au niveau de l’écriture, un regain d’inspiration. Cela fait du bien, avec les photos aussi 🙂
        Aujourd’hui une journée que positive, qu’est ce que cela fait du bien. Mon fils, mon petit-fils trop mignon via skype, qui grandit tellement, et je suis invitée par ma belle-fille pour l’Ascension. J’essaierai d’avoir un vol Ryanair, c’est à l’heure actuelle le moins cher. Tu as pu voir la bonne bouille du fils de ma petite-fille sur facebook. N’est-il pas adorable ? Il vient d’avoir un an. Et ici nous avons eu une bonne nouvelle du côté de mon mari chez son fils, mais nous attendons encore un peu pour propager cette information.
        Tient Elisabeth, j’ai rêvé que je voyais au-travers d’un arbre et à l’intérieur, il y avait un foetus. N’est-ce pas beau comme rêve cela ? Je ne sais pas, l’arbre, la vie, je trouve cela si positif. Et puis c’était si magique, pouvoir regarder au-travers des plantes.
        Comme quoi, j’espère que tous ce blabla illustre un petit peu ce que ton article nous raconte. 🙂
        Bonne fin de soirée et portes-toi bien.
        Je t’embrasse.
        Geneviève

        J'aime

        • Non, pas de lapsus, Geneviève, juste un temps pourri 😀 En plus j’avais oublié les saints de glace…
          Je n’ai absolument rien contre la canicule mais je ne le dis pas trop fort car je dois être la seule à aimer 😀
          Merci pour toutes ces bonnes nouvelles, cela fait du bien après la période si difficile que tu as vécue.
          Effectivement, c’est un rêve de vie et de nouvelle naissance. Je te souhaite plein de bonheur et je t’embrasse fort

          J'aime

  9. Cet article est passionnant, c’est la façon pour moi de voir nos maux, le rapport avec la médecin chinoise, les méridiens et les organes, une image holistique du corps et en relation les saisons et la nature. « Un sens à chaque organe » résume bien son approche. Je ne connaissais pas son livre, je vais le conseiller à ma belle-fille qui est thérapeute shiatsu! J’ai celui de Jacques Martel que je consulte toujours et qui donne des pistes… Dans le même genre, j’avais acquis il y a plus de 20 ans celui de Grainvile, une canadienne encore…mais le premier qui a fait écho en moi est Jacques Salomé avec ses mots, les maux…Oui, notre corps nous parle, écoutons nous…
    Merci, Elisabeth pour ton partage, tendresses.

    J'aime

    • Après un passage chez « lemergencedesoi »… Comme le veut la tradition française ou du midi(?), je t’envoie par la pensée le parfum d’un brin de muguet pour t’offrir du bonheur,selon ta définition, pour toute l’année. De coeur à coeur.

      J'aime

    • Cette image holistique du corps est de plus en plus demandée et pratiquée car les gens ne supportent plus d’être traités comme un organe malade et pas comme un être entier, lié à la Nature.
      J’adore la médecine énergétique chinoise, je me fais soigner par acupuncture et suis encore ébahie, après tant d’années que rien qu’à écouter les pouls, le médecin est renseigné sur mes organes et ma vitalité.
      Cela dit, c’est un art si complexe et ce qui me perturbe un peu, ce que contrairement aux approches occidentales, le côté gauche représente le yang mais bon, les résultats sont là et c’est cela qui compte.
      J’ai parcouru aussi celui de Jacques Martel, d’ailleurs, de nos jours nous n’avons que l’embarras du choix…
      Merci à toi, bisous et beau premier mai

      J'aime

  10. c’est vrai que quand on fait « fausse route » il nous arrive tout un tas de « pépins »… Des fois on peut rester longtemps « sourd » à ces alarmes pourtant parfois si violentes. Nos habitudes, notre train de vie souvent absurde ( comme Sisyphe)…C’est fou tout ce qu’on supporte jusqu’au jour ou ça craque. Le corps malade nous oblige à la prise de conscience…Mais c’est un mal pour un bien…
    J’aime aussi sa manière de nous sensibiliser à la souffrance des animaux… Si après l’avoir écouté on a pas reçu un choc!…
    Bon Dimanche Elisabeth
    PS Tu as le bonjour de ma chienne et de mon chat!

    J'aime

    • Comme tu dis, Myriam, nous forçons si souvent notre corps, indifférents aux signaux qu’il nous envoie, jusqu’à parfois une maladie grave qui nous oblige à lui accorder du repos et de l’attention. Autant donc ne pas en arriver là car il y en a qui n’en tiennent pas compte, considérant la maladie comme une malchance et non pas un signe d’alarme.
      Je suis végétarienne depuis longtemps et une de raisons est justement cette horrible façon dont nous traitons les animaux.
      Nous sommes mercredi, ma chère, tu as du renifler trop de muguet 😀
      Embrasse tes animaux de ma part, c’est chouette d’en avoir deux et je suppose qu’ils s’entendent bien.
      Belle Fête du 1er mai, plein de bonheur…

      J'aime

      • Ce matin de bonne heure
        Est arrivée la fleur
        Qui sent bon le bonheur
        Elle s’offre à tous les cœurs
        L’enfance à sa blancheur
        Son parfum d’innocence
        Sa joie, sa bonne humeur…
        Elle renait tous les ans
        Célébrant le printemps
        Elle nous dit en riant
        Dans la langue des fleurs
        Voyez comme je reviens
        Après un long voyage
        Dans l’ombre de la terre…
        Je chante l’espérance
        Le soleil, la lumière
        Et mes clochettes dansent
        Parfumées de mystère
        Entendez comme elles tintent
        Sous la fraîcheur du vent
        Le souffle de la vie
        Voyez comme je vais bien
        Après ma longue nuit

        Merci Elisabeth!
        Il est bientôt minuit et j’espère que tu as passé un beau premier Mai.
        Moi aussi je suis végétalienne. Ma chienne et mon chat sont trop mignons ensemble.

        J'aime

    • Bonsoir Patrick,
      Ravie de connaître ton prénom, c’est plus facile pour communiquer. J’étais quasiment sûre que tu le connaissais et la version audio est fort pratique car on peut écouter en faisant autre chose en même temps.
      Joyeux Premier Mai

      J'aime

    • Cher Samuel,
      Quelle joie de te revoir et constater que tu continues à suivre ce blog, j’en suis si touchée.
      J’espère que tout va bien pour toi, toujours pas trouvé le temps d’aller sur le forum mais je viendrai, promis.
      Merci pour le lien, effectivement, c’est très drôle.
      Porte toi au mieux et bon Premier Mai…

      J'aime

  11. Je trouve fascinant les mots ici. Je trouve fascinant ce que le corps peut nous dire également sur notre vie. Notre façon de voir celle-ci peut changer si l’on prend le temps d’écouter les signes en nous. Merci

    J'aime

    • Notre corps s’exprime en permanence et l’essentiel est d’apprendre à entendre ses messages, d’autant que nous avons tous été élevés avec l’injonction : « ne t’écoute pas ». Il est grand temps de changer cela pour notre plus grand bien.
      Merci, Marie…

      J'aime

  12. Bonjour,
    les mots « hygiène mentale » et soins ( préventifs ) prennent toute leur signification ici. J’entre à l’envers ( tout est possible ) : mon corps va plus que souvent bien. Le mental doit donc bien aller aussi. Je me sens tout à coup aussi forte qu’un roc. Il nous arrive parfois de puiser ce qui nous manque dans des endroits qui peuvent paraître incongrus à d’autres et l’on peut aussi purifier ( nos mains et nos pensées sont bien utiles alors, je crois ) toutes ces circulations d’énergie, mais ce n’est qu’un avis. A chacun sa façon.
    Je te remercie encore ce soir pour tous ces sujets importants et pour les recherches que tu partages. Merci.
    Je te souhaite une excellente soirée Elisabeth et je ne t’oublie pas.

    J'aime

    • Oui, Prunelles, cela me fait toujours penser aux Chinois qui payent leur médecin pour rester en bonne santé et quand ils tombent malades, il ne le rémunèrent plus car il a mal fait son travail 😀
      Cette vision de prévenir au lieu de guérir est tellement étrangère à la médecine occidentale et les gens ont de plus en plus de mal à se voir traités comme des organes malades et non pas comme des personnes à part entière.
      Le corps influence le mental et l’inverse et je suis pleinement d’accord sur la nécessité de les purifier. Après, comme tu dis, à chacun sa méthode… La tienne doit être excellente, puisque tu te sens si solide.
      Ne me remercie pas, tu fais bien plus de recherches sur ton blog et j’adore tes partages.
      Beau premier mai et à très bientôt…
      Bisous, Prunelles

      J'aime

  13. Super intéressant ….
    Voilà plusieurs années, je me suis procuré le livre de Lise Bourbeau :  » Qui es-tu ?  » …qui traite du même sujet que ton article …
    Je trouve que les explications face aux malaises sont très pertinentes, en ce qui me concerne et les personnes qui m’entourent …
    J’ai même porté une attention particulière à la cause d’un malaise et ce dernier a complètement disparu …
    Quand je lis tout ça …je me dis que le plus grand remède à tous les maux, quels qu’ils soient …c’est l’Amour…envers soi-même…les autres …

    Tendresse
    Manouchka

    J'aime

    • Je connais les livres de Lise Bourbeau et effectivement, ils sont très intéressants… En plus, tu as pu entendre le message de ton corps, qui se sentant écouté, n’était plus obligé de se manifester par des malaises.
      Et je suis tellement d’accord avec toi, l’Amour est un remède le plus puissant.
      Tendresses, Manouchka

      J'aime

  14. J’aime beaucoup son livre parmi tant d’autres. Ce que j’aime par dessus tout dans ce genre d’ouvrages, le sien ou d’autres, c’est cette ouverture d’esprit, cette recherche de sortie d’un carcan où nous nous sommes enfermés, avec ces murs plein d’interdits et de règles qui nous empêchent de prendre nos vies en main!
    Merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s