La Communication Non Violente

La Communication NonViolente ou CNV est selon son créateur, Marshall B. Rosenberg, « Le langage et les interactions qui renforcent notre aptitude à donner avec bienveillance et à inspirer aux autres le désir d’en faire autant »

Nous avons tous expérimenté des manières joyeuses et authentiques d’être en relation avec nous-mêmes et avec les autres. Nous vivons également des situations moins satisfaisantes où nous sommes en conflit, où nous n’arrivons pas à nous exprimer clairement, où nous doutons de notre capacité à créer du lien et à trouver avec l’autre une relation harmonieuse et constructive. Le processus de la Communication NonViolente mis au point par Marshall B. Rosenberg, nous permet de :

  •  repérer ce qui, dans notre manière de penser et de communiquer, bloque et génère la violence ou, au contraire facilite la communication et désamorce les conflits
  •  développer nos capacités à clarifier ce que nous vivons et à exprimer des demandes claires
  •  apprendre à « décoder » l’agressivité de manière à rétablir ou instaurer un dialogue où chacun se sent reconnu La CNV propose une manière de communiquer simple et concrète par laquelle chacun prend soin de ses besoins et trouve aussi plaisir à satisfaire les besoins des autres. Elle réveille le plaisir naturel de coopérer, que ce soit en milieu professionnel, social ou familial.

La CNV nous aide à nous mettre en lien avec ce qui est vivant en nous et dans les autres, instant par instant ; avec ce que nous ou les autres pourrions faire pour nous rendre la vie plus belle, tout en ayant conscience de ce qui peut faire obstacle à notre façon naturelle de donner et de recevoir.

La CNV nous invite à reconsidérer notre façon de nous exprimer, d’écouter et de résoudre les conflits, en plaçant notre conscience sur ce que nous observons, sur ce que nous ressentons, sur ce dont nous avons besoin et sur ce que nous demandons. Le langage de la Communication NonViolente éveille notre capacité à nous montrer empathiques et vrais, on l’appelle parfois « la langue du cœur ».

La CNV est plus qu’un processus ou un langage : c’est une invitation permanente à concentrer notre attention là où nous avons le plus de chances de trouver ce que nous recherchons. Grâce au processus enseigné dans la CNV, il devient possible de développer une attitude susceptible de faciliter le rétablissement d’une relation bienveillante envers nous-même, et envers autrui.

La Communication NonViolente est une démarche fondée sur la prise de conscience de ce qui facilite ou entrave la communication. Par l’apprentissage et l’intégration d’un processus qui permet de repérer et transformer ce qui suscite la violence, elle donne à chacun la possibilité de vivre des relations solidaires et épanouissantes. La CNV est un excellent moyen pour débroussailler une situation confuse, conflictuelle ou tout simplement douloureuse.

En pratiquant la CNV nous retrouvons le chemin de nos aspirations profondes et cela nous aide à mieux percevoir nos besoins, et à établir nos priorités parmi eux.

La CNV nous propose dans des situations de désaccord et de conflit une trame pour maintenir le dialogue et pour rechercher ensemble une solution créative de coopération.

L’intention de la Communication NonViolente est de créer une qualité de relation et d’empathie, avec soi et avec les autres, qui permet de satisfaire les besoins fondamentaux de chacun, de manière harmonieuse et pacifique.

Ce processus, mis au point et proposé par Marshall B. Rosenberg, psychologue clinicien collaborateur de Carl Rogers, vise à rappeler ce qui essentiel dans les interactions humaines, et nous aide à améliorer la qualité de nos échanges et de nos vies.

Fillette éléphants

La Communication NonViolente nous invite à être davantage conscients de nos perceptions, à accueillir et gérer nos émotions, à nous relier à nos besoins et nos motivations. Elle permet de « décoder » dans les messages des autres ce qu’ils veulent vraiment dire, derrière des propos ou des comportements qui nous dérangent au premier abord. Sa force est d’apporter de la clarté par rapport à ce que nous vivons, nous voulons et nous disons.

Ce processus ouvre un dialogue sincère, authentique et respectueux. Il nous amène à nous exprimer de façon claire et cohérente, et à écouter l’autre avec une plus grande conscience, une ouverture et une compréhension, dans la qualité de présence et de cœur que nous souhaitons.

Cette démarche insiste aussi sur le fait de formuler avec précision ce que nous souhaitons. Et c’est justement cette demande, exprimée clairement, qui devient l’amorce d’une solution ou d’un dialogue réellement constructif. Cette approche nous propose d’aller vers de réels échanges, vers plus de coopération et de co-création, vers le dépassement des conflits dans le respect et la reconnaissance de chacun.

Elle nous permet de nous réapproprier la confiance et les ressources intérieures nécessaires pour agir sur notre environnement et reprendre du pouvoir sur nos vies, en interdépendance avec les autres.

La Communication NonViolente est plus qu’un processus ou un langage, c’est une invitation à concentrer notre attention là où nous avons le plus de chances de trouver ce que nous cherchons et qui nous fait du bien.

La CNV permet de développer la capacité de :

  •  énoncer des observations rigoureuses, que nous distinguons et séparons de nos jugements et de nos évaluations
  •  différencier nos sentiments de nos interprétations et de nos jugements
  •  découvrir et exprimer nos besoins profonds (aspirations, motivations…)
  •  présenter nos demandes de façon positive, concrète et réalisable

La CNV s’adresse à toute personne, de tout âge, désireuse d’améliorer sa relation avec elle-même et avec les autres. Elle est applicable dans différents contextes : personnels, professionnels ou politiques.

Marshall B. Rosenberg en a donné la définition suivante à Lausanne en septembre 2003

« La Communication NonViolente est la combinaison

  •  d’un langage, d’une façon de penser
  •  d’un savoir-faire en communication et de moyens d’influence qui servent mon désir de faire trois choses :
    •  me libérer du conditionnement culturel qui est en désaccord avec la manière dont je veux vivre ma vie ;
    •  accroître le pouvoir de me mettre en lien avec moi-même et autrui d’une façon qui permet au don du cœur de devenir naturel ;
    •  accroître mon pouvoir de créer des structures qui soutiennent cette façon de donner. »

Comment s’initier à la CNV ?

La Communication NonViolente est un processus abordable par tous. Cependant, son application bouleverse souvent nos modes habituels de communication. C’est pourquoi l’apprentissage en groupe facilite l’expérimentation en toute confiance de cette démarche. La formation à la CNV est essentiellement un enseignement pratique.

Si la structure du procédé est simple, pour en faire un art de vivre, son intégration nécessite du temps, de la répétition et l’accompagnement entre pairs. Tant il est vrai qu’il est plus facile de voir ce qui se passe chez l’autre que dans notre propre vécu… en effet, l’apprentissage se fait grâce à l’interaction avec les autres autant que par un cheminement personnel. Comme il s’agit de modifier nos façons habituelles de fonctionner, c’est avec des mises en situations, des simulations, que progressivement de nouveaux réflexes peuvent alors devenir naturels.

L’enseignement de la CNV se fait comme une introduction à une nouvelle langue. Avec quelques règles simples pour commencer. C’est en s’exerçant à les appliquer dans des situations réelles du vécu quotidien que nous découvrons la clarté que cet art du dialogue nous permet d’acquérir.

Qui est Marshall B. Rosenberg ?

«  La violence, quelle que soit sa forme, est une expression tragique de nos besoins insatisfaits »

Marshall Rosenberg, docteur en psychologie clinique, a créé et développé le processus de la Communication NonViolente il y a plus de 35 ans.

Il a énormément voyagé aux Etats-Unis et dans de nombreux pays du monde, en faisant connaître le processus de la CNV et en contribuant à la construction de la paix et aux efforts de réconciliation dans des régions déchirées par la guerre.

Depuis son enfance, Marshall a cherché une réponse à deux questions fondamentales :  si nous, les êtres humains, aimons tellement prendre soin les uns des autres, pourquoi certaines personnes génèrent-elles tant de violence et de souffrance dans leurs interactions, même avec ceux qu’elles aiment ? Et, inversement, comment cela se fait-il que des personnes parviennent à rester bienveillantes, même dans des circonstances horribles et violentes ?

C’est à partir des réponses qu’il trouva à ces deux questions que Marshall développa la Communication NonViolente, une autre façon de penser, de s’exprimer et d’exercer son pouvoir, qui se différencie nettement de celle dont la plupart des gens dans le monde ont été éduqués à communiquer et à interagir.

Marshall et ses associés enseignent et appliquent la CNV depuis plus de 35 ans dans différents lieux du monde, y compris des zones de conflit et de violence : en Afrique, au Moyen-Orient, en Europe de l’est, en Irlande, dans le Sud-est asiatique, en Amérique du sud, et aussi aux Etats-Unis, au Canada, en Europe occidentale et en Australie.

La CNV est utilisée pour résoudre les conflits, améliorer les relations et accroître les performances dans virtuellement tous les domaines de l’activité humaine, que ce soient les écoles, les entreprises, les prisons, les hôpitaux et les gouvernements, la police, les bandes organisées, les militaires, les militants, les parents, les enfants et les couples.

Isabelle Padovani

http://nvc-europe.org/SPIP/-La-CNV-

http://nvc-europe.org/SPIP/IMG/pdf/LE-MONDE-CNV-14_12_09.pdf

 

19 réflexions sur “La Communication Non Violente

  1. re-moi Elisabeth,
    Je vais approfondir cela. Quant au livre les mots sont des fenêtres j’avais écouté ce dont il s’agissait, et il me tentait bien ce bouquin. Alors je vais me l’acheter, il m’apportera certainement du positif.
    Bisous
    Geneviève

    J'aime

  2. il y a deux ans j ai eu la chance de faire un stage de 3 jours pour m initier à la CNV
    malheureusement la « formatrice » n avait pas testé ce qu’elle enseignait et ça a été un peu bancal.

    la CNV, pour moi, c’est le bon sens appliqué par des coeurs sereins : )

    J'aime

  3. J’adore vraiment je trouve cette méthode géniale, mais je vois comment il y a de chemin a parcourir dans la communication , dans la non violence . j’ai vu dans cette vidéo de Marshall comme nous sommes éduqués depuis des siècles dans des façon de dire. Dans des systèmes de pensées,
    Je me suis souvenu en écoutant la vidéo quand que dans le système d’éducation dans lequel j’ai grandit il y avait toujours un coupable.
    donc si cela n’était pas ta faute c’était la mienne (culpabilité)
    Et avec la culpabilité venait la punition.
    ce qui que j’ai découvert aussi c’est quand je cesse de vouloir avoir raison , combien je m’épargne des conflits : un jour quelqu’un m’as dit veux tu avoir raison ou être heureuse .
    ce fût pour moi une vrai révélation.
    Dès que je me vois vouloir avoir raison au point de perdre ma sérénité , il y a en moi un déclic , et le lâcher prise se fait.
    J’aime aussi Thomas d’Ansembourg, il y a des choses écrites dans son livre , que j’ai apprises a mettre en pratique dans mes expériences de vie.
    J’ai du apprendre a reconnaître mes besoins et mes limites.
    J’ai du aussi apprendre a prendre soin de mes propres besoins,
    Quand j’écoutais son livre beaucoup des choses dites je ressentais un oui en moi.
    Ces deux vidéos sont des cheminements de toute une vie et encore nous n’aurons peut-être pas assez d’une vie .
    merci pour tous ces partages
    amitié
    Jeanne

    J'aime

    • J’ai aimé la Communication Non violente dès sa découverte, il y a plusieurs années. Certes, au début il vaut mieux s’exercer car, comme tu le dis, des générations entières nous ont conditionné dans nos échanges.
      J’aime beaucoup cette question, effectivement, quand nous ne cherchons plus à avoir raison, une sorte de sérénité s’installe et les conflits sont désamorcés à la base. Un véritable lâcher-prise s’opère, nous communiquons tellement mieux nos besoins et nous mettons à écouter l’autre, avec empathie et sans jugement. Certes, le travail est long mais il contribue tellement à notre évolution et notre bien être.
      De plus, la CNV trouve son application partout, dans la vie courante, en thérapie, à l’école, partout où il y a un conflit et surtout elle possède un véritable fondement spirituel dont il est question dans l’interview de Marchall B. Rosenberg.
      Merci d’avoir apporté ta contribution, Jeanne, toutes mes amitiés.

      J'aime

  4. zut………. lol ! J’ai à chaque fois ce même problème sur ton blog, ça bug !
    Bref, je voulais dire, que le monde a de plus en plus peur, donc, de plus en plus violent.
    bonne soirée – des bisous – moi pas violente – lol ! plutôt le contraire –
    As-tu vu ou lu les articles de http://oasien.wordpress.com/ – j’en suis encore malade ! tu vas comprendre très vite pourquoi !

    J'aime

    • Certes, la violence est partout mais justement, on cherche les moyens pour la diminuer. Bien sûr, il y en aura toujours qui seront réfractaires mais les consciences se réveillent aussi. Désolée pour le bug, je sais que tu es une non-violente et justement, j’aime ton blog, parce que l’on y trouve de la beauté et de la bonne humeur.
      Je suis consciente de toutes les horreurs qui se passent quotidiennement sur la terre, l’article en lien est à la limite du supportable, donc je ne fais pas l’autruche, j’ai juste choisi de parler plutôt de solutions, non des problèmes.
      Bonne fin de semaine et gros bisous

      J'aime

  5. J’ai regardé avec plaisir cette vidéo (et il y a même l’audio de cessez d’être gentil soyez vrai à la fin ! je reviendrais l’écouter ! ). Cela m’a donné envie de relire son livre … Le mode Girafe s’oublie si facilement si nous ne pratiquons pas et nous semble si difficile à mettre en oeuvre ! Un petit rappel ne me fera pas de mal ! Et je suis d’accord qu’un stage ou une formation doit être beaucoup plus efficace pour se l’approprier …

    J'aime

    • Merci, Élodie, moi aussi je suis contente que ces supports existent car si nous n’avons pas toujours le temps de lire, nous pouvons écouter en faisant autre chose. La découverte de la CNV m’a beaucoup apporté et effectivement, sans la pratique tout se perd et s’oublie.
      Mais la multitude d’approches mises à notre disposition est très enrichissante, il n’y a que l’embarras du choix.

      J'aime

    • J’aime aussi cette séries de vidéos, effectivement le passage où il joue de la guitare, puis montre les marionnettes sont amusants et nous apprenons mieux de cette façon.
      Merci, douce Manouchka, toute ma tendresse

      J'aime

  6. Bonjour,

    Au début je me suis tourné vers la communication non violente car je cherchais une manière de communiquer autrement. Plus j’ai appris à la connaître et plus je me suis rendu compte de ses difficultés d’application. J’ai aussi eu cette impression de communication artificiel, c’est-à-dire non naturelle tellement la communication dans la violence fait partie de ce que je pratique et ce que je perçois autour de moi. La communication dite violente n’est pas forcément violente en soi, mais elle est susceptible d’engendre de la violence ( souvent psychologique ), des blessures qui, à force, pourront se transformer en violence physique. Pour moi, le langage déresponsabilisant est une forme de violence, parler indirectement peut mener à la violence. Ce langage indirect est souvent employé autour de moi. Encore hier une amie m’a dit avoir eu un comportement pour me faire comprendre une chose, je lui réponds  » pourquoi adopter un comportement pour faire passer un message quand on peut exprimer le message clairement ? « .

    Je pensais apprendre une manière de communiquer, avec les livres de Rosemberg, mais en fait j’ai été surpris de voir l’ampleur des dégâts : je ne savais presque pas communiquer, du tout ! J’ai pu aussi constater que peu de personnes, que je lisais et que je considérais être de bons communicants l’étaient.

    J’ai bien aimé le point de vue que cette démarche donne, grâce à elle on peut constater que la communication est à la base des conflits qui nous entoure, c’est encore plus flagrant sur le net.

    Le livre  » les mots sont des fenêtres…  » nous permet d’apprendre surtout à,voir une situation sans jugement, à identifier nos besoins et à les exprimer clairement. C’est une communication bienveillante qui relie les hommes entre eux, ou plutôt nous rappelle que le lien a toujours été là, même si parfois nous l’oublions. C’est un bon complément à une démarche spirituel, de développement personnel et hautement favorisant à la paix.

    J’ajoute que Thomas Ansembourg est dans la même lignée.

    J'aime

    • Bonsoir Samuel,
      Je vois que tu connais bien ce mode de communication et que tu es allé loin dans la pratique. Comme toute chose nouvelle, qui inverse les schémas auxquels nous sommes habitués, effectivement, ce n’est pas facile au début et nous rencontrons toutes sortes de résistances, aussi bien chez nous que chez nos interlocuteurs.
      Quelques-uns adoptent naturellement la communication bienveillante, d’autres auront du mal car même s’ils apprennent les techniques il y a encore les choses qu’ils n’ont pas résolues et qui prennent le dessus.
      Et comme tu dis, CNV complète bien une démarche spirituelle, du développement personnel ou tout simplement une envie de mieux être avec soi et les autres.
      Merci pour ton commentaire et toutes mes amitiés.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s