Débarrassez-vous des personnes toxiques

Certaines personnes nous stimulent et nous font du bien tandis que d’autres nuisent littéralement à notre bien-être. Pour se dépêtrer de ces relations dites « toxiques », on peut décider de ne s’entourer que de ceux qui nous veulent « vraiment » du bien ! Et si on essayait ?

relations-toxiquesÉgocentriques, envahissants ou carrément méchants, certains ont le don de nous mettre mal à l’aise. Non seulement ils nous pompent notre temps, notre énergie et notre bonne volonté mais ils suscitent en nous un tourbillon d’émotions où se mêlent colère, frustration, culpabilité et impuissance.

« Ma belle-sœur est une vraie peste, explique Josée. Dès qu’elle ouvre la bouche, c’est pour dénigrer ou critiquer. Elle souligne toujours la faille, quel que soit le sujet ou la personne dont on parle, et ne voit jamais l’aspect positif des choses.

Au début, ça ne m’affectait pas, puis comme elle blessait tout le monde par ses sarcasmes, elle a fini par faire le vide autour d’elle. Aujourd’hui, ça fait dix ans que je ne vais plus chez mon frère, son mari, et quand je ne peux vraiment pas éviter ma belle-sœur, je me place le plus loin possible de son champ de tir ! »

Relation « toxique ». C’est ainsi que la psychothérapeute Lilian Glass (*) qualifie le lien particulier qui nous unit à ceux dont la fréquentation nuit à notre bien-être physique et mental. Il peut s’agir d’un collègue de travail, un voisin, un parent, un conjoint, un ami, un client…

Pourquoi une relation est-elle « toxique » ? Parce que notre vie peut être littéralement empoisonnée par ceux qui nous rendent la vie dure ! Au passage, une personne toxique pour quelqu’un ne l’est pas nécessairement pour tout le monde. Et même si notre ego en prend un méchant coup, nous-mêmes (eh oui…) pouvons à l’occasion nuire à nos proches par la répétition de paroles ou de gestes blessants.

Votre père ou votre mère vous donnent-ils depuis toujours l’impression que vous n’êtes jamais à la hauteur de leurs attentes ? Vous sentez-vous régulièrement humilié par un patron autoritaire ou un mari dont le sport favori est de recenser vos imperfections ? Une « amie » envahissante passe le plus clair de son temps à parler d’elle, de sa vie, de ses mésaventures, en omettant systématiquement de prendre de vos nouvelles ?

Êtes-vous incommodé par un voisin qui répand mensonges ou commérages sur les habitants du quartier, dont vous bien sûr ? Si vous avez répondu « oui » à l’une de ces questions, c’est que vous avez été embarqué au moins une fois dans votre vie dans une relation toxique. C’est d’ailleurs normal : nous avons pratiquement tous croisé un jour dans notre vie un être doué pour nous blesser, nous ridiculiser ou nous manipuler.

Une histoire qui commence bien

Comment reconnaît-on une personnalité toxique ? Parfois, c’est assez facile – certains spécimens comme la voisine acariâtre se repèrent de loin ! -, parfois moins. Subtils, manipulateurs, insistants, les êtres toxiques sont souvent démasqués progressivement car il faut parfois des années avant de comprendre que leur fréquentation ne nous réussit vraiment pas.

D’autant plus que ce genre de relation commence souvent par une phase d’attirance et de séduction. « Mon mari a remué ciel et terre pour me séduire, se souvient Sylvie. Il était charmant, toujours aux petits soins… La vie conjugale m’a fait découvrir qu’il piquait des colères monstrueuses, la plupart du temps pour des broutilles.

A chaque fois, j’étais dévastée par ses explosions de violence, d’autant qu’il n’hésitait pas à s’en prendre à moi quand nous étions en public. Entre ses crises, il redevenait l’homme élégant et attentionné dont j’étais tombée amoureuse, ce qui explique que j’ai mis 15 ans avant d’admettre qu’il me détruisait. »

« En écoutant d’innombrables témoignages, j’ai découvert qu’il existe vraiment des gens néfastes pour la santé mentale, affective et physique des autres, confirme la thérapeute Lilian Glass. J’en ai vu certains qui n’avaient plus que la peau sur les os à cause d’une relation conjugale destructrice. Ou encore d’autres qui ont dû être hospitalisés pour des ulcères hémorragiques causés par le comportement hostile d’un patron. »

Fuir ou dialoguer ?

Envahissement, volonté de contrôle, mépris, dénigrement, plaisanteries douteuses, médisances, intimidation et chantage affectif sont quelques-unes des armes utilisées par les personnes malveillantes pour maltraiter leur proie.

Pas toujours consciemment d’ailleurs : « Certains n’arrivent à établir un contact avec d’autres que par le biais de la moquerie ou la méchanceté, observe Christiane Rassaert, psychothérapeute spécialisée dans les dépendances affectives.

Peut-être parce que quand ils étaient enfants, c’était le seul moyen d’attirer l’attention de leurs parents… Quand on continue à fréquenter quelqu’un qui nous fait du tort, qu’on accepte des choses en niant ses valeurs et ses besoins, on est en plein dans une relation toxique. »

C’est votre cas ? Alors, vous vous demandez peut-être comment échapper à ce genre de relation malsaine ? « Beaucoup de psychologues recommandent de tourner la page et de mettre fin à tout contact avec celui ou celle qui vous fait du tort afin de retrouver votre santé mentale et de pouvoir aller de l’avant, précise Lilian Glass. Même si cette approche peut être efficace pour beaucoup, ce n’est qu’une des façons de réagir face à un être toxique. »

Il est en effet plus facile de changer de trottoir quand notre voisine détestée se profile au bout de la rue que de couper définitivement les ponts avec son père, sa femme ou un client chicaneur… Si on n’a pas la possibilité ou la volonté de rompre, il faudra dès lors essayer de diminuer sa vulnérabilité en se « blindant » psychologiquement.

commereÉcouter sa petite voix intérieure

« Pour sortir d’une relation toxique, il faut commencer par s’interroger sur ses propres valeurs, ses croyances, ses besoins, et se réapproprier toutes ces choses oubliées, souligne Christiane Rassaert. C’est parce qu’ils ne connaissent pas leurs limites que certains ont tant de mal à les faire respecter ! Il faut aussi renforcer sa confiance en soi et son estime personnelle pour arriver à se dire : « Je suis quelqu’un de bien et je mérite le respect. »

Enfin, il faut impérativement apprendre à dire non, car ceux qui ne savent pas dire non sont plus susceptibles que d’autres de se laisser embarquer dans une relation qui ne leur convient pas. Parfois, il peut aussi être utile d’aider celui ou celle qui nous fait du mal à prendre conscience de son comportement. »

Terminons enfin en rappelant que l’intuition, ce très sous-estimé « sixième » sens, est un indicateur souvent fiable de nos états d’âme. « Nous savons d’instinct qui nous aimons et qui nous ne supportons pas », insiste Lilian Glass. Écouter plus souvent cette petite voix intérieure quand nous tissons des relations sociales nous permettrait de mieux assumer nos antipathies viscérales : « Je n’aime pas les médisants, les râleurs professionnels, les égoïstes, etc ».

Les profils « toxiques » sont nombreux mais n’ont pas tous le même degré de nocivité. Voici quelques-uns des spécimens les plus courants… A vous de les repérer dans votre entourage !

L’éternelle victime

Au départ, elle séduit parce qu’elle semble apprécier votre compagnie… En réalité, elle a juste besoin d’une oreille car sa vie n’est qu’une longue litanie de malheurs. Égocentrique, plaintive, défaitiste, l’éternelle victime demande beaucoup d’attention et de disponibilité, au point de se montrer intrusive (elle s’impose chez vous).

Si vous avez de l’empathie pour autrui et que vous aimez aider vos proches, vous êtes une cible toute désignée pour ce vampire affectif. Attention : l’éternelle victime vous utilise et ne s’intéresse pas vraiment à vous. Dans sa version soft, elle manque de confiance et a besoin du regard d’autrui pour exister. Dans sa version hard, c’est une sangsue qui vous jettera quand elle aura épuisé toutes vos réserves ou trouvé… une autre victime consentante.

La commère

Curieuse, fouineuse, mêle-tout, la commère est un des personnages les plus colorés et les plus toxiques du spectre relationnel. Comme elle adore colporter des rumeurs, vraies ou fausses, il ne faut jamais lui confier un secret car elle s’empresse de l’éventer à la première occasion.

Rien ne lui fait plus plaisir que de rapporter les malheurs des autres. En comparaison, sa vie à elle semble étonnamment calme (elle n’en raconte d’ailleurs rien !). La commère prospère dans les milieux où se joue une intense vie sociale : bureaux, immeubles à appartements, quartiers où tout le monde se connaît (style Desperate housewives). Un conseil : ne croyez pas que vous êtes le (la) seul(e) à profiter de ses « rapports » et ne baissez jamais la garde devant elle !

fausse amieLe dénigreur

Redoutable observateur du monde qui l’entoure, le dénigreur passe tout son environnement au scanner. Railler et déprécier ceux qu’il croise sur son chemin est son sport favori. Les gros et les minces, les laids et les beaux, … personne ne trouve grâce à ses yeux.  Condescendant, arrogant, méchant, le dénigreur est quelqu’un qui, paradoxalement, a une piètre opinion de lui-même (mais il ne l’avoue jamais bien sûr). Le seul moyen trouvé par cet anxieux pour se valoriser en société est de rabaisser ou écraser les autres (on se sent plus grand quand les autres sont petits). Son seul problème ? A force de tourner les gens en ridicule, il finit par créer le désert autour de lui.

Le fauteur de troubles

Aussi mêle-tout et cancanier que la commère, le fauteur de troubles est bien plus dangereux que cette dernière car il prend plaisir à mettre les gens dans l’embarras. Il n’hésite jamais à vous inciter à faire ou dire quelque chose s’il sait que ça peut se retourner contre vous.

Au bureau, c’est l’employé qui va diffuser « par erreur » un e-mail reprenant les fiches de salaires des collègues par exemple… Quand il peut manipuler les autres à sa guise, il se sent tout puissant. Parce qu’il n’hésite pas à déformer la vérité et à pousser les autres à la faute, c’est un des profils les plus redoutables.

L’hypocrite

Pour Lilian Glass, l’hypocrite est le plus dangereux des personnages toxiques car il perpétue « le crime le plus haïssable : la trahison ». Rien n’est plus dévastateur que d’être trompé par une personne en qui on avait pleinement confiance.

L’hypocrite est quelqu’un qui vous sourit, joue la familiarité avec vous, fait mine de vous comprendre ou de vous soutenir, mais qui n’hésitera pas à vous marcher sur les pieds pour atteindre ses objectifs. Opportuniste, il retourne sa veste au gré du vent et de ses intérêts. On ne sait jamais ce qu’il pense vraiment mais il en sait beaucoup sur vous.

Le tyran

Autoritaire, exigeant, versatile, têtu, le tyran aime mener son petit monde à la baguette. Surtout ne faites pas mine de lui résister, la foudre s’abattrait sur vous ! C’est le patron qui bombarde sa secrétaire de demandes urgentes bien sûr), le chef d’équipe gueulard et injurieux envers ses ouvriers, le père rouge de rage quand un de ses enfants a la témérité de lui tenir tête. Méfiant, le tyran veut tout contrôler autour de lui. Très impopulaire parce que colérique, il tire sa jouissance de voir les autres trembler devant lui.

Karima Amrous

(*) Ces gens qui vous empoisonnent l’existence, par Lilian Glass, éditions Marabout.

76 réflexions sur “Débarrassez-vous des personnes toxiques

  1. Bonjour ,
    Je suis tombée sur ce site par hasard et j’y ai enfin trouvé ce que je recherche depuis un moment … Je vais essayer de faire rapide ( désolé pour la longueur ):
    Voila je me mets en couple , et mon ami , me fait rencontrer ses amis . Parmi eux un homme qui est en couple avec une fille , donc nous commençons a nous côtoyer , elle est sympa , avenante , et me montre qu’elle m’aime bien , ça se passe très bien , les jours , les semaines passent , on les voit tous les week-ends , et elle passe me voir tous les 2/3 jours , ca devient même une habitude , mais rapidement je me rend compte que ca présence ou ses discours me gêne ( si on peut dire ca comme ca ) je ressens du stresse à chaque fois que je sais que je vais la voir ( au début je ne comprend ce que j’ai ) puis le temps passe , et je commence a voir qu’elle raconte des choses , puis des jours après devant d’autres personnes elle dira le contraire , elle est montée sur ressort , saute partout et parle fort , me secoue (gentillement ) et me contredit sans arrêt, me conseil , me dit que je devrais pas faire comme ci mais comme ca etc… puis parfois elle reste et on n’a plus grand chose a ce dire.. souvent je me rend compte qu’elle fait les choses pour elle et pas pour moi , que même quand je ne suis pas disponible elle trouve des solutions pour qu’on se voit , souvent elle s’habille comme moi , mais dès que je reprend le travail et que je ne suis plus dispo je n’ai plus aucunes nouvelles et fait exactement la même chose avec d’autres personne, si cette personne n’est pas dispo alors elle va se tourner vers encore quelqu’un d’autre comme si elle ne supportait pas se retrouver seule . Elle ne digére pas le fait qu’on puisse faire des choses avec d’autres gens sans elle , Et je me suis rendue compte qu’elle me bouffait mon énergie et que je me rendais carrément mal ! je sens qu’elle a une emprise sur moi, je ne serais l’expliquer et lorsqu’elle m’agace je n’arrive jamais a la remettre en place alors que 10 min plus tard je vais me dire, Mais pourquoi je ne lui ai pas répondu ceci ou cela … Et en tombant sur ce site je l’ai reconnu dans plusieurs passage tel que celui ci
     » Au départ, elle séduit parce qu’elle semble apprécier votre compagnie… En réalité, elle a juste besoin d’une oreille car sa vie n’est qu’une longue litanie de malheurs. Égocentrique, plaintive, défaitiste, l’éternelle victime demande beaucoup d’attention et de disponibilité, au point de se montrer intrusive (elle s’impose chez vous).
    Si vous avez de l’empathie pour autrui et que vous aimez aider vos proches, vous êtes une cible toute désignée pour ce vampire affectif. Attention : l’éternelle victime vous utilise et ne s’intéresse pas vraiment à vous. Dans sa version soft, elle manque de confiance et a besoin du regard d’autrui pour exister. Dans sa version hard, c’est une sangsue qui vous jettera quand elle aura épuisé toutes vos réserves ou trouvé… une autre victime consentante. »
    Quelqu’un aurait il vécu quelque chose de similaire ou aurait des conseils pour réussir a m’imposer gentillement .
    Merci de votre lecture
    L.

    J'aime

    • Merci pour votre témoignage, Lara, je crois qu’il y a beaucoup de conseils précieux dans les articles et vidéos sur les relations toxiques, ainsi que dans les commentaires.
      Et s’il y a effectivement des personnes qui « bouffent » notre énergie, qu’il est nécessaire d’apprendre à les identifier et s’en protéger, il serait bon de nous interroger aussi pourquoi nous les attirons ou acceptons, et en quoi ces situations peuvent nous aider à identifier nos propres « failles ».
      Par exemple : qu’est-ce qui vous empêche de vous positionner, gentiment mais fermement ?

      J'aime

  2. Bonjour à tous. Je suis tombée par hasard sur l’article ci-dessus et je me suis reconnue. J’ai une soeur qui peut être très gentille comme désagréable. La situation que je vais vous décrire, est déjà arrivée plusieurs fois. Mais aujourd’hui, j’en parle parce que j’en ai marre. Il y a deux semaines, on allait faire les magasins ensemble. On amusait bien. Puis en rentrant, on parlait en voiture et là elle devient désagréable. Elle dénigre les ouvriers et j’en suis une. Donc indirectement, elle m’attaque. Je ne dis rien. Mais quand elle est partie, je me sens moins que rien. Depuis ce jour, je n’ai plus de nouvelles. Elle fait ça tout le temps. Je sais qu’elle reviendra vers moi le jour où elle s’ennuyera. Le plus frustrant, c’est de ne pas savoir pourquoi elle ne me parle plus. Mais quand elle revient,,je ne dis rien. Donc je ne sais jamais ce qu’elle me reproche. J’espère que vous comprendrez car décrire son personnage est vraiment compliqué.merci

    J'aime

    • C’est compliqué, en effet de comprendre et de décrypter le comportement de votre sœur, qui peut avoir de nombreuses raisons, que n’analyserai pas, faute d’éléments nécessaires.
      Je vous suggérerai juste, au lieu vous interroger là-dessus, de voir plutôt quelles sont les raisons qui font que vous n’arrivez pas à vous positionner face à ces situations qui vous déplaisent, ne pas lui dire quand vous vous sentez attaquée ou blessée, de vous taire et de subir en silence.
      Et si vous tentiez de communiquer avec elle ? Quand elle est dans ces périodes « gentils » de préférence.

      J'aime

  3. Bonjour,
    Je sors d’une relation toxique… avec une Femme qui avait un enfant avant et nous avons eu un enfant ensemble. La relation commence comme un conte de fée sauf qu’il ne dure pas. Sa fait un an que je suis séparé et je suis resté pendant 6ans. 1ans bien le reste la galère mensonge, tromperie, manipulé, incapable de prendre des décisions importante, se repose sur moi… pas d’empathie…. bref la totale je ne vous explique pas tout car elle m’en a fait voir… il faut coupé les ponts. Surtout ne vous fatigués pas à leur faire comprendre, ils ne se remettront pas en questions, peine perdu. Professionnellement Sa n’allait pas, je me sentais englué, je travaillais pour une société de nettoyage et maintenant je suis dans la finance après la separation. C dur, mais le meilleur reste à venir. Lâcher prise!!! Ces personnes sont des vampires, pour nous emotionnellement ces les montagnes Russes… laisser tomber vous n’avancerez pas dans la vie avec ces personnes… c’est sa que vous voulez!!! Car ils choissent bien leur proie qui sont des gens gentils… Ne pas oublier se sont des gens faibles… accrochez vous. J’ai 30 ans sacré expèrience, il faut en tirer une leçon de sa, et rebondir. Courage à ceux qui vivent ce moment la. Apres la tempête viens le Calme!!!

    J'aime

  4. bonjour,
    il me semble que mon petit ami a une personnalité toxique.
    aux yeux de tous, il est le mec gentil et super sociable, toujours en train d’aider et tout le monde l’adore.
    si quelqu’un me manque de respect, il ne réagit jamais sur le moment pour se faire bien voir mais
    dès que nos invités partent, il tente de me monter contre eux « tu as vu comme ton amie t’a parlé ? » ou « ton père ne devrait pas te parler comme ça, tu devrais te rebeller »
    pour moi le + sain serait d’apaiser des tensions (qd il y en a) et non de les attiser.
    j’ai essayé de lui en parler et il ne voit pas le mal.
    je suis fatiguée d’être la seule à voir ce côté sombre de lui et quand j’essaie d’en parler, personne ne me croit car il est vraiment adorable aux yeux de tous, un vrai petit ange.
    et ce qui me fait le + mal c’est que quand on a un désaccord entre nous (souvent lié à ses différences de discours en privé et devant les autres) devant nos familles ou des amis, ceux-ci prennent automatiquement sa défense à lui.
    je passe pour la méchante et lui pour la victime alors qu’il n’est pas franc.
    des fois j’ai envie de hurler « mais arrête de prendre sa défense ! si tu savais tout le venin qu’il crache sur toi ! »
    le problème c’est que son opération séduction opère sur moi également. il est tellement à mes petits soins par moment que j’en oublie momentanément ses travers et j’essaie de comprendre pourquoi il agit ainsi.
    il n’a pas eu une enfance facile alors j’ai tendance à lui pardonner sa façon d’être qui parfois me débecte.
    mes sentiments sont des montagnes russes et ça me fatigue vraiment.

    J'aime

    • Je comprends que cela vous fatigue et vous déstabilise mais, en apparence votre petit ami n’a pas que de mauvais côtés.
      Nous avons tous notre « ombre » et souvent, celle des autres nous renvoie à nos propres contradictions.
      Je ne puis vous répondre plus précisément car, malgré tout ce que vous racontez, je ne me prononce jamais sans bien connaître la situation.
      Vous avez beaucoup de pistes des réponses dans cet article, ainsi que dans tous ceux publiés dans l’onglet « relations toxiques ».
      J’espère qu’elles vous aideront

      J'aime

        • Merci à vous, Erika.
          Vous avez entièrement raison en disant qu’il est bien plus sain de tenter d’apaiser des tensions au lieu de de les attiser.
          Mais peut-être votre révolte contre le comportement de votre ami vous rend un peu vive, voire violente dans vos réactions.
          Vous savez qu’il est impossible de changer quiconque, sans qu’il le désire, et surtout s’il ne voit pas où est le problème…
          Peut-être ses blessures d’enfance font qu’il ressent un besoin de se sentir aimé et accepté, même par les gens dont il dit du mal.
          Je vous suggère de ne pas l’attaquer ni l’accuser, juste de lui exprimer calmement votre ressenti, et toujours en parlant de vous.
          Par exemple : « je me sens… quand tu dis cela ou quand tu réagis ainsi » et non pas « tu devrais… »
          Et si vous arrivez à le mettre en confiance, il se remettra peut-être en question.
          Bon courage

          J'aime

    • Souvent, les personnes hypersensibles et pas méfiantes de nature se font « avoir » par les « toxiques »…
      Alors, il est nécessaire de prendre les mesures qui s’imposent et surtout, apprendre à les reconnaître et ne plus subir.
      Prenez soin de vous, Marie et merci pour le partage

      Aimé par 2 people

  5. J’essaye de sortir d’une relation avec un personnage qui est un peu de tout ça réunit. Aujourd’hui encore j’ai tendance a lui trouver des excuses, a refuser de croire qu’il me fait du mal intentionnellement. Il a fallu que je développe un trouble anxieux pour ouvrir mes yeux et surtout ceux de mon entourage sous le charme de cet individu sournois et hypocrite parfaitement lisse et adorable en société. A côté je suis devenue l’aigrie la méchante qui fait toujours la gueule au yeux de mon entourage. Heureusement quelques amis sincères et parents m’ont vu petit a petit changer et perdre toute confiance en moi et optimisme. L’opposé de ce que j’étais avant de laisser entrer ce malade dans ma vie. Je me sens toujours fautive et coupable d’avoir été aussi aveugle et faible.
    Au delà de tous les discours et descriptions du personnage toxique, un seul conseil d’une amie m’a aidé : te sens tu bien avec cette personne ? 100% du temps ? 60 % ? Ou pas du tout. Au fond de nous nous le savons mais la manipulation laisse des traces durables dans nos fonctionnements. Perso j’en étais arrivée à un stade ou j’avais peur d’être dans lui a la maison alors que j’ai toujours été indépendante . Me rendre compte de ça a été une vraie prise de conscience. Courage, fuyez !

    J'aime

    • Merci pour votre témoignage, je suis heureuse que vous ayez eu cette prise de conscience, et même si vous l’avez cher payé, vous saurez mieux à présent vous préserver de ce type de relation.
      Ce sont toujours les révélateurs de nos blessures et manques, et si nous passons par-là, c’est également pour les guérir.
      Par contre, vous dévaloriser, culpabiliser et vous faire de reproches non seulement ne vous aidera pas mais vous prendra l’énergie dont vous aurez besoin pour vous reconstruire.
      Il n’y pas de faute, nous avons tous nos faiblesses, je vous encouragerais à les accepter, pour mieux les surmonter.

      J'aime

    • J’ai eu moi-même des parents toxiques, je me suis débarrassé d’eux à l’âge de dix ans en leur versant du cyanure dans leur café. Depuis, je suis heureux! (Et en plus j’ai hérité de leur fortune, ce qui m’a permis de mener jusqu’à maintenant une vie totalement à ma guise). Arthur R.

      J'aime

      • Ce que l’on peut nommer « couper le mal à la racine »🙂
        J’adore votre humour, Arthur, merci pour le meilleur commentaire sur les « toxiques » que je n’aie jamais eu, et même si vous passez incognito, je vous ai reconnu… j’ai énormément apprécié votre billet sur l’ego

        Aimé par 2 people

      • Si vous lisez bien les commentaires précédents ils émergent tous de dénigreur (qui se pensent au dessus de ça et rabaissent les personnes portant ces traits), ou d éternelles victimes (jamais de chance, qui tombent toujours sur les mauvaises personnes). Perso, a part les pervers narcissiques qui sont malade psychologiquement et dangereux, il n’y pas les bons et les méchants. Et ces très de caractères ci dessus sont des défauts dans lequels chacun peut se reconnaître. J aime cancaner, raconter des potins, commèrer. Avec certains amis je vais être à l écoute et avec d autre que je trouve de bon conseil et éclairant, je deviens éternelle victime et déverse mes problèmes. Je dénigre certaines personnes, par exemple j ai une basse opinion des électeurs front national et quand quelqu’un me dit qu’il soutient ce parti, je n hésite pas le dénigrer et à déprécier ses idées. Aussi je peux être hypocrite, si quelqu’un me montre une photo de son bébé je vais dire qu il est mignon même si je le trouve laid. Si quelqu’un M invite et fait un gâteau je peux dire que je le trouve bon alors que je le trouvais dégueulasse. Pour le coup si vous ne vous retrouvez dans aucuns de ces traits, vous êtes sacrément hypocrites. Il n y a ni bon ni méchant. Nous sommes tous différents avec nos défauts nos qualités, et plutôt que de nous opposer, il faudrait mieux apprendre à vivre ensemble. Nous sommes malheureusement dans une société où tout est bon pour diviser. Dans cet article on vous dit même de couper les ponts avec vos proches qui présenteraient ces caractéristiques. Si une personne que vous aimez en a une trop prononcée difficilement acceptable, aidez là au lieu de la laisser tomber comme une vieille chaussette. un jour la vie vous jouera des mauvais tours, vous deviendrez peut être cet éternel victime ou se dénigreur et vous serez heureux que vos proches vous tendent la main plutôt que de couper les ponts avec vous

        J'aime

        • Merci encore Ana pour ce témoignage sincère et vrai. Nous possédons tous ces traits de caractère, plus ou moins prononcés et le reconnaître est la moindre de choses.
          D’ailleurs, l’autre est toujours notre miroir et ce que nous n’aimons pas chez lui, nous caractérise aussi.
          Après, il y a des degrés de toxicité et le discernement car nous ne pouvons changer personne et cette aide que vous évoquez ne fonctionne que si l’autre accepte de corriger ses défauts de lui-même. Et si on recommande de rompre les liens, c’est uniquement dans les cas où la relation devient destructrice et ne peut être améliorée car supporter un « toxique » sans réagir est trop préjudiciable à notre équilibre.

          Aimé par 1 personne

  6. Intéressant, la liste des spécimens toxiques les plus courants … on voit qu’il y a vraiment plusieurs profils de personnes toxiques, autrement dit, des parasites😉 On en croise régulièrement dans la vie de tous les jours, alors, apprenons à ouvrir l’œil.
    Cela dit, encore « pire » qu’une éternelle victime ou une commère : un pervers narcissique, car je crois bien que c’est une compilation de ces six profils toxiques, plus encore d’autres profils (paranoïaque, mythomane …), en une seule personne. Un peu comme si le PN empruntait des tendances à chaque profil toxique. Avec le côté pervers en plus. Charmants personnages ^^

    J'aime

    • Effectivement, tous ces « charmants personnages » sont bien inoffensifs comparés au PN, qui lui (elle) est un(e) véritable malade. J’ai posté d’autres articles le concernant mais tu connais si bien le sujet…
      Et s’il est important de les reconnaître et apprendre à les « neutraliser », il ne faut pas non plus oublier la part de « toxicité » en chacun de nous, comme la question pourquoi les attirons nous ou devenons leurs
      « victimes »…

      Aimé par 1 personne

  7. Bonjour voilà nous habiton une maison qui touche nos voisins des amies mais depuis quelque temps il saccapare mon marie tous les jours pour lapero et elle le séduit quand elle boit je n’en peut plus que puis je faire

    J'aime

  8. Bonjour, merci pour cet article j’ai connu beaucoup de personnes toxiques ( famille, amies) j’ai fais beaucoup de tris étant une personne droite j’ai toujours l’impression que les autres le sont, il faut dire que je suis aussi une personne susceptible. je suis très solitaire limite misanthrope mais le soucis est que je me lie d’amitiés rapidement. Parfois je me demande si ce n’est pas moi qui dramatise car je me dis que c’est pas possible qu’il y ait autant de méchancetés.J’en souffre énormément aujourd’hui car j’ai la sensation que chaque relation est source de déception donc j’anticipe et je fuis. j’ai couper contact avec beaucoup, pourtant j’ai du caractère, je sais dire non lorsque quelque chose ne va pas je suis directe. je suis assez perdue.

    J'aime

    • Je comprends que vous soyez perdue car en effet, votre témoignage est complexe et peut paraître contradictoire.
      Il me semble que vous êtes une hypersensible, ce qui fait que l’on peut vous blesser facilement car la capacité de dire « non » devrait vous permettre de mettre les limites, alors que vous optez pour la fuite. Nous avons tous tendance d’attribuer aux autres nos propres valeurs, et pour ne pas être déçue, voire profondément affectée, comme vous l’êtes, il est bon de garder sa capacité de discernement, ce qui ne veut pas dire vous méfier de tout le monde mais juste d’observer et « tester » avant d’accorder votre confiance.
      Un autre point sensible : si notre famille est souvent toxique, vous êtes-vous jamais posée la question ce qui en vous attire ces personnes « méchantes » car très souvent, nous le faisons, inconsciemment, à cause de nos blessures, croyances ou autres schémas de pensée.
      Ma réponse ne peut être plus précise car je ne puis tirer d’autres conclusions trop hâtives, à moins de mieux vous connaître…
      Il y a ici beaucoup d’articles et de vidéos sur les relations toxiques vous y trouverez d’autres pistes. Merci, June et bon courage

      J'aime

      • Oui effectivement c’est très contradictoire, je fais actuellement un travail sur moi-même, j’ai été victime d’abus sexuel dans ma famille j’ai du mal à voir lorsque les gens m’aiment ou non. J’ai conscience que c’est aussi de ma faute car j’accorde trop vite ma confiance,j’ai souvent affaire à des personnes qui disent vouloir me ressembler,une amie m’avait avouer être jalouse de moi d’où ses remarques blessantes, parfois c’est des personnes qui veulent tout savoir de ma vie ou qui m’appellent tout le temps que pour des conseils ou qui sont envahissants une fois que les limites sont dépassées je mets un stop. Peut être plus maintenant qu’avant

        J'aime

        • June, ne dites jamais, s’il vous plaît, « c’est de ma faute ». Vous avez subi un abus grave, et comme c’est toujours le cas, vous vous êtes sentie coupable, alors que c’est vous, celle qui a souffert.
          Et en réagissant ainsi vous continuez à cautionner quelque part cet acte odieux, même si vous le faites inconsciemment.
          Vous cherchez aussi l’amour et l’approbation des autres, et ce faisant, vous attirez des nuisibles. Ces contradictions sont apparentes, comme je l’ai dit car tout a une raison.
          Je suis ravie que vous fassiez un travail sur vous, avec un thérapeute compétant, j’espère, et en attendant de pouvoir mieux discerner ce qui se passe en vous et ce que vous attirez, protégez-vous, n’hésitez pas à mettre des limites et choisissiez bien ceux à qui vous vous confiez. Courage, vous y arriverez.

          J'aime

  9. Je suis très embêtée, je fais équipe avec une personne depuis quelques année, je suis passée « sous sa barre » rapidement car j’ai vu que j’avais affaire à une personne avec un sale caractère qui ne supportait pas de ne pas faire ce qu’elle voulait! je lui ai donné l’ascendant en toute conscience, je me suis rendue compte qu’elle est très hypocrite, qu’elle est capable de sourire et d’appeler une personne qu’elle hait par un diminutif gentil, cela me déstabilise car je vois les deux côtés de la personne, actuellement, une collègue a rejoint notre équipe et elle l’a « hait viscéralement », je tremble qu’il puisse y avoir une dispute violente, elle est excédée et a surtout peur que la venue de cette personne l’empêche de faire ce qu’elle veut! je trouve qu’elle utilise les usagers auprès desquels nous tavaillons pour arriver à ses fins,(sorties, invitations etc), je vais au travail à reculons, nous passons de nombreuses heures ensembles et je fais tout pour éviter qu’elle me parle de cette nouvelle collègue, c’est épuisant! à une période, elle était arrivée à me convaincre de partir en vacances avec elle, bien entendu c’était à des destinations choisies par elle, mais je ne peux m’en plaindre car elle avance très bien la chose « qu’est ce que tu en penses… » si j’avance une idée, elle dit oui c’est une bonne idée mais si ça ne correspond pas à ce qu’elle veut, elle n’en reparle plus et moi bien entendu, je ne dis rien car je sais que cela ne lui plait pas,. J’ai depuis mis fin à toutes relations en dehors du travail, cela me pesait, je me sentais prise en otage, mais le travail, je suis obligée de le « subir »!

    J'aime

    • Vous savez, même si je sais d’expérience qu’il est difficile de vivre de tels rapports dans le monde du travail, la phrase : « je suis obligée de le
      « subir » me met toujours très mal à l’aise.
      Avez-vous conscience que vous vous mettez dans le rôle de victime, et que cette pensée de l’impuissance totale ne fait que renforcer son emprise sur vous ?
      Quoi que l’on dise, nous avons toujours le choix, ne serait-ce celui de nous positionner ferment, à commencer par l’idée que vous n’êtes pas une otage, et désolée de vous le dire, que si oui, c’est un peu aussi de vous-même.
      Dans cet article et vidéos, comme dans d’autres, consacrés aux relations toxiques, il y a beaucoup de conseils très utiles, quant à moi, sans la connaissance plus profonde de votre vécu et de ce qui en vous fait que vous vous positionnez ainsi, je ne puis vous en donner d’autres, juste vous souhaiter bon courage… pour oser dire NON

      J'aime

  10. Bonjour. J’ai une collègue de bureau insupportable (D.). Se mettre en avant constamment, ne parler que de soi en coupant la parole aux autres, se plaindre à longueur de journée, se mêler et intervenir dans le travail des autres alors qu’elle n’est pas concernée, répondre à la place des autres, avoir un avis sur tout et surtout sur ce qui ne la regarde pas, parler méchamment à ceux qu’elle n’apprécie pas…
    Nous sommes 4 dans ce bureau et mes 2 autres collègues sont parfois « malades » à l’idée de venir travailler et de trouver ce comportement. Aucune de nous n’ose remettre les idées en place à D, de peur de dégrader encore un peu l’ambiance du bureau. Quant à la « perturbatrice », elle ne comprend pas pourquoi elle est parfois exclue des conversations ou des moments de complicité. Je ne sais pas quoi faire, je ne voudrais pas un jour « péter les plombs » et prononcer des mots au-delà de ma pensée. Au fond, je suis persuadée d’avoir à faire à une personne qui a un bon fond et ne se rend pas compte de son comportement et je ne veux pas la blesser.

    J'aime

    • Bien que votre description de cette personne « toxique » soit assez complète, Anna, il m’est difficile, sans mieux vous connaître de vous donner d’autres conseils que ceux contenus dans l’article et les vidéos. D’ailleurs, il y a en a plusieurs qui traitent de ce sujet d’une manière assez approfondie, donc si vous voulez les relire, ils vous aideront certainement. La seule chose à ne pas faire est se taire, accumuler les griefs, pour un jour « péter les plombs », ce qui ne fera qu’aggraver la situation. Et même si cela est à votre honneur de ne pas vouloir la blesser, ce n’est pas un service à lui rendre que de vous laisser faire. Réfléchir sur le respect de soi, sa capacité à dire « non » et de mettre les limites est bien plus efficace, sinon, vous continuerez à subir et au nom de quoi ?
      Courage et toutes mes amitiés

      J'aime

    • Bonsoir
      Concernant les personnes toxiques que ce soit au niveau familial professionnel ou entourage le meilleur moyen que j’ai trouvé pour m’en libérer m’en débarrasser est de couper d’avoir coupé définitivement les liens et si je suis parfois amenée à en côtoyer dans des milieux associatifs « ça pullule » ! je les ignore complètement et suis totalement indifférente ce qui blesse le plus !
      Toutes ces personnes commères ou autre créent de mauvaises ambiances sèment la zizanie partout où elles passent sont malsaines négatives et tentent de monter les gens les uns contre les autres.
      Ces gens là devraient se faire soigner car ce sont des comportements maladifs et pas normaux !
      Une règle d’or « les éviter les fuir les ignorer  » !

      J'aime

  11. Bonjour..j’ aime un homme versatil.il me dit des choses ou me propose de faire une sortie ou de venir et le lendemain ,voir dans la journée,il change d avis..par moment,je doute de nous..suis une bonne poire ou a t il besoin que du telephone avec moi..j ai 59 ans et lui64..nous n habitons pas la même région..

    J'aime

  12. C’est exactement ce que je vis avec mon conjoint (famille recomposée), qui est arrivé a détruire les relations avec mes enfants, a force de prendre sur moi, mon dos s’effondre. Matériellement, il m’est difficile de prendre la décision de fuir.

    J'aime

  13. bien décrit le comportement d’une personne toxique. c’est une compagne de mon fils qui nous gâche nos repas de famille. on ne fait plus que les anniversaires regroupés et Noël Mon fils ne veut pas VOIR pourtant parfois on voit qu’il y a quelque chose qui ne va pas. vos écrits vont m’aider à lutter. merci

    J'aime

    • Merci pour votre passage, je suis ravie que ces articles puissent vous apporter de l’aide. Mais, si votre fils est amoureux de cette femme, il lui faudra du temps pour voir sa toxicité, alors, il est difficile de lui imposer de force votre point de vue.
      Vous faites bien de vous protéger mais peut-être, il serait bon d’accepter, au lieu de lutter… et attendre

      J'aime

  14. Merci de votre réponse rapide qui m’a beaucoup aidée , j’ai juste peur du changement je pense , mais je vais prendre mon courage a deux mains🙂
    Bonne continuation❤

    J'aime

    • Alors, j’en suis ravie. Prenez votre courage et pensez à vous, une amie c’est fait pour vous soutenir et vous aider, non pas pour vous dénigrer ou pire, vous manipuler… Le changement nous fait peur à tous mais une fois effectué, nous sommes contents et fiers de l’avoir fait.
      Vous ne perdez rien et avez tout à gagner…

      J'aime

  15. Je cherche a savoir si ma  » meilleure amie  » m’est toxique…
    J’ai du mal a l’admettre même si elle rentre dans de nombreux critères.
    Elle dévoile mes secrets pour se rendre intéressante , fait la gueule quand j ‘ne fait pas ce qu’il lui plait et me critique devant les autres gens. Je ne sait pas comme t je fait pour la supporter surtout que sa va faire 14 ans qu’on se connait.en dehors de sa elle est gentille quand on est toutes les deux … Mais c’est une menteuse manipulatrice complexée méchante et possessive … Je n’arrive plus a la supporter et je ne peut pas couper contact avec elle. Je ne sait plus quoi faire , je suis devenue méfiance envers tout début d’aminitiee et je n’ai confiance qu’en moi même …
    Merci de m’aider ! :c

    J'aime

    • Je crois que vous le savez bien, ce n’est sûrement pas votre meilleure amie, avec ce comportement que vous décrivez. Et si vous n’arrivez plus à la supporter, un constat s’impose… rompre cette relation. Réfléchissez pourquoi vous n’arrivez pas à le faire, qu’est ce qui vous en empêche ?
      Si vous avez confiance en vous, vous arriverez à trouver les mots pour lui signifier que vous devez vous éloigner d’elle, pour votre bien.

      J'aime

  16. Pour avoir été la victime d’une personne toxique… je ne peux qu’adhérer à tout ce qui a été dit ! il faut savoir dire « non » et prendre soin de soi, et pour cela, il faut faire le « ménage » dans son entourage. La première fois que ça arrive, ça fait mal et on est un peu déstabilisé car on ne peut pas imaginer que quelqu’un puisse être « toxique ». On pense toujours que les autres sont comme nous ! et bien non ! il y a des personnes néfastes, hélas ! mais cela sert de leçon, on a davantage de discernement et on ne nous y reprend plus…. ouf !
    Merci pour la description des différents types de « toxiques », c’est bien d’avoir une petite « piqure de rappel ! »

    J'aime

    • Vous avez tiré une excellente leçon de vie de votre expérience, Ladyelle. Il est vrai que nous avons tendance à croire que les gens nous ressemblent, surtout si nous sommes droits et bienveillants. Et pris dans une relations toxique nous apprenons d’abord à nous renforcer, puis à exercer notre discernement. Merci pour ce beau témoignage

      J'aime

  17. moi je suis mitigée, quelque fois je me dis il y a aussi le pardon, la compréhension, se dire qu’une personne n’est pas entièrement mauvaise, et puis tout dépend du degré d’affection, et là c’est hyper difficile pour ma part, de rejeter par exemple une soeur car il y a un lien, et pourtant quelqun de votre famille peut être toxique, mais on a peine à s’en séparer !
    bon je venais car ces sujets sont d’actualités pour ma part

    J'aime

    • Tu as raison, Julie, les personnes toxiques font souvent partie de notre entourage le plus proche et parfois nous sommes obligés de les côtoyer.
      L’essentiel est de les comprendre, pardonner mais surtout fixer les limites et garder sa force et l’estime de soi car ils n’exercent leur emprise que sur ceux qui se laissent faire.
      Je t’embrasse et te souhaite du courage…

      J'aime

    • je comprends la réticence à rejeter quelqu’un, surtout du cercle familial.
      pour minimiser la culpabilité d’abandonner l’autre, personnelement, je me centre plus sur la relation que sur la personne. Ainsi, ce n’est pas l’autre que je rejete mais plus la relation🙂

      J'aime

      • Quelle attitude pleine de sagesse profonde… merci, Lester, vu ainsi, non seulement la culpabilité est moins grande mais surtout, vous gardez vos sentiments envers la personne et rejetez juste la toxicité de vos rapports…

        J'aime

  18. Vous avez raison,. On peut être assez fort pour ne pas subir d’influence. Le Dalaï-Lama n’aurait aucune difficulté pour avoir le bon comportement, mais la protection vis à vis de ces personnes est le plus souvent une bonne règle de prudence.

    J'aime

  19. J’estime que tous nous pouvons être toxiques pour qq’un d’autre sans qu’elle soit notre intention et sans forcément être hypocrite, ou du moins pas autant que notre victime. Une victime qui qd elle ne peut vous éviter, au lieu de nous dire que nous sommes toxiques pour elle, continue à nous sourire, joue la familiarité avec nous (toxique à notre insu), fait mine de vous comprendre ou de vous soutenir …. A cause de son hypocrisie, nous continuons à lui nuire pourtant ce n’est pas notre intention.
    C’est plus grave l’hypocrisie qu’être de nature  » toxique ».

    J'aime

    • Bien sûr, Hassan, si notre toxicité n’est pas voulue et que la personne qui la subit n’a pas le courage de nous le faire comprendre, nous continuons, à moins d’être très lucides et nous en apercevoir.
      En tout cas, la franchise est toujours profitable, sinon nous tournons dans le cercle vicieux de faux semblants.

      J'aime

    • Bonsoir, Slan et soyez le bienvenu ici. Les séquelles sont plus ou moins graves, en fonction de la toxicité de la personne. Si nous pouvons assez facilement nous remettre d’un hypocrite, le pervers narcissique (dont je parlerai vendredi) peut vous conduire au pire

      J'aime

  20. Bonjour Elisabeth,
    Tu nous gâtes ! 🙂
    Lorsque nous sommes en relation avec des personnes toxiques (mais, ne sommes nous pas potentiellement toxique à nos heures), il est plus sage, il me semble de prendre un peu de recul sans pour cela couper les ponts définitivement. Le cas de figure ou il faut fuir immédiatement, étant le pervers narcissique.
    Je dirais que dans ce type de personnalité, il y a ceux qui ne se remettront pas en question du tout et ceux qui trouveront du positif en vous côtoyant et se modifieront a votre contact.
    Il est vrai qu’il faut écouter sa petite voix intérieur, car elle est sagesse et ne se trompe pas, ainsi il nous est possible de venir en aide le cas échéant😉
    Encore une fois même si tu ne fais que transmettre (le faite de faire une telle action n’est pas rien et décline un amour certain, de l’être humain) Elisabeth, ce billet est très formateur, merci à toi car j’ai encore appris ce jour😉
    Très bonne fin de journée, à bientôt avec plaisir

    J'aime

    • Bonsoir Fanfan,
      Tu es encore trop gentille et tu nous gâtes aussi avec tes commentaires, cela se voit que tu as bien étudié la question.
      Nous sommes parfaitement d’accord, seul le pervers narcissique (dont je parlerai vendredi) est à fuir car rien d’autre ne marche mais d’autres peuvent changer, s’ils acceptent de se remettre en question.
      Ils nous est arrivé à tous de jouer ne serait ce qu’un tout petit peu ces rôles et comme tu dis, nous pouvons aussi être toxiques pour d’autres.
      Cela fait partie des expériences de la vie et constitue souvent une belle leçon ou une occasion d’aider ceux qui le désirent.
      Ravie que tu aies appris encore un peu plus, merci pour tes appréciations, belle soirée et gros bisous

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s