Une semaine sans ma femme

LUNDI
Seul à la maison. Ma femme est partie pour la semaine. Génial ! Je sens qu’on va vivre des instants inoubliables, le chien et moi. Je me suis concocté un emploi du temps réglé comme du papier à musique.

Je sais exactement à quelle heure je vais me lever et le temps que je passerai dans la salle de bains ou dans la cuisine, à préparer le déjeuner. J’ai également compté les heures qu’il me faudra pour liquider la vaisselle, le ménage, les promenades du chien, les courses et la cuisine.

Et là, surprise : il me restera plein de temps libre ! Pourquoi les femmes se font-elles une montagne de toutes ces tâches alors qu’elles peuvent être expédiées si rapidement ? Tout est une question d’organisation. Pour le souper, le chien et moi avons un steak chacun. J’ai disposé une jolie nappe, une bougie et un bouquet de roses pour faire plus intime.

Le chien a mangé de la mousse de canard en hors-d’œuvre et aussi en plat principal, mais accompagnée d’une farandole de petits légumes. Et, comme dessert, des biscuits. Moi, je me suis octroyé du vin et un cigare. Cela faisait des lustres que je ne m’étais pas senti aussi bien.

MARDI
Je dois revoir mon emploi du temps : apparemment, quelques aménagements s’imposent. J’ai expliqué au chien que, bien entendu, ce n’est pas tous les jours fête; il ne doit donc pas s’attendre à des hors-d’œuvre et à un service dans trois bols différents, vu que le préposé à la vaisselle, c’est moi !

En prenant mon déjeuner, j’ai noté les inconvénients du jus d’orange pressé : ça vous oblige à nettoyer chaque fois le presse-agrumes. A moins d’en prévoir suffisamment pour deux jours, et dans ce cas, vous avez moitié moins de vaisselle.

Ma femme a insisté pour que je passe l’aspirateur tous les jours. Pas question ! Une fois tous les deux jours suffira amplement. Il n’y a qu’à enfiler des pantoufles et à nettoyer les pattes du chien… A part ça, je suis en pleine forme.

MERCREDI
J’ai le sentiment que le ménage prend plus de temps que prévu. Il va falloir affiner ma stratégie. D’abord, acheter des repas tout préparés. Cela me fera gagner quelques minutes en cuisine. La préparation du dîner ne devrait jamais être plus longue que sa consommation.

En revanche, la chambre reste un problème. Il faut s’extraire des couvertures, aérer et enfin faire le lit. Trop compliqué ! D’ailleurs, je ne vois pas l’intérêt de faire le lit tous les jours dans la mesure ou on se recouche le soir même.

Pour le chien, fini les préparations culinaires élaborées. Au menu : pâtée en boite. Il boude, mais tant pis. Si je peux me contenter de plats cuisinés, pourquoi pas lui ?

chien_penard

JEUDI
Plus de jus d’orange ! Comment un fruit d’aspect si anodin peut-il provoquer une telle pagaille ? Désormais, j’achèterai du jus en bouteille.

Découverte n° 1 : j’ai réussi à m’extirper du lit en défaisant à peine les couvertures. Comme ça, il n’y a plus qu’à les retaper un peu. Bien sûr, cela nécessite un certain entraînement et on a intérêt à ne pas trop gigoter pendant la nuit. J’ai un peu mal au dos, mais une bonne douche chaude et il n’y paraîtra plus. J’ai cessé de me raser tous les jours. Je gagne ainsi de précieuses minutes.

Découverte n° 2 : changer d’assiette à chaque repas est une hérésie. Les vaisselles à répétition commencent à m’énerver. Le chien, lui aussi, peut manger dans le même bol. Ce n’est qu’un animal après tout !

Note : je suis parvenu à la conclusion que le passage de l’aspirateur ne s’imposait qu’une fois par semaine… maximum. Saucisses au déjeuner et au dîner.

VENDREDI
Terminé le jus de fruit en bouteille ! Trop lourd à porter. J’ai observé un curieux phénomène : les saucisses sont excellentes le matin, un peu moins bonnes le midi et carrément infectes le soir. Si un homme en mange plus de deux jours de suite, elles risquent même de lui occasionner de légères nausées. Le chien a eu des croquettes.

C’est tout aussi nutritif et le bol reste propre. J’ai découvert qu’on pouvait boire la soupe directement à la casserole. Elle a exactement le même goût. Plus de bol, plus de louche ! Désormais j’ai moins l’impression d’être réincarné en lave-vaisselle. J’ai cessé de passer le balai dans la cuisine. Cela me tapait autant sur les nerfs que de faire le lit.

Note : laisser tomber les conserves. Ça salit l’ouvre-boîtes.

SAMEDI
A quoi bon se déshabiller le soir pour se rhabiller le lendemain matin ? Je préfère occuper ce temps à me reposer un peu. Pas la peine non plus d’utiliser les couvertures : comme ça, le lit reste impeccable. Le chien a laissé des miettes partout. Il s’est fait gronder. Je ne suis pas sa bonne !

Étrange : c’est exactement la réflexion que ma femme me fait parfois. Aujourd’hui, rasage. Mais je n’en ai vraiment pas envie. Je suis à bout de nerfs. Pour le déjeuner, proscrire ce qui doit être déballé, ouvert, coupé en tranches, étalé, cuit ou passé au mélangeur. Toutes ces corvées m’exaspèrent. Pour le dîner, manger à même l’emballage.

Sans assiette, ni couverts, ni nappe, ni rien de toutes ces choses superflues. Mes gencives sont un peu sensibles. Peut-être parce que je ne mange pas de fruits : ils sont trop lourds à transporter. C’est sans doute un début de scorbut. Ma femme a appelé dans l’après-midi pour savoir si j’avais fait les vitres et la lessive. Je suis parti d’un éclat de rire hystérique.

Comme si j’avais le temps ! Malaise dans la baignoire : le siphon est bouché par des spaghettis. Ce n’est pas si grave, puisque, de toute façon, je ne me douche plus.

Note : Le chien et moi mangeons ensemble, directement au frigo. Il faut faire vite pour ne pas laisser la porte ouverte trop longtemps.

DIMANCHE
Le chien et moi sommes restés au lit, à regarder la télévision. Nous avons salivé tous deux en voyant des gens faire des agapes. Nous sommes épuises et grognons autant l’un que l’autre. Ce matin, j’ai mangé quelque chose dans son bol. Aucun de nous deux n’a aimé. Je devrais vraiment me laver. Me raser. Me peigner. Lui préparer sa pâtée. Le sortir. Faire la vaisselle. Ranger. Penser aux courses. Et tout le reste…

Mais, je n’en ai vraiment pas la force. J’ai l’impression d’avoir des problèmes d’équilibre et de vision. Le chien ne remue même plus la queue. Seul l’instinct de conservation nous a permis de nous traîner jusqu’au restaurant, où nous avons passé plus d’une heure à manger des tas de bonnes choses dans de multiples assiettes… avant d’aller à l’hôtel. La chambre est propre, bien rangée et douillette. J’ai trouvé la solution idéale… Je me demande pourquoi ma femme n’ y a jamais pensé.

Un conseil si vous devez vous absenter, Mesdames : réservez deux places au chenil…

Trouvé sur le beau et instructif blog : www.rentrer.fr

42 réflexions sur “Une semaine sans ma femme

  1. J’aime cet humour déjanté!. Ça me fait penser à Reiser qui dessinait une grande famille qui, pour ne pas salir casseroles, assiettes et couverts cuisaient les repas et les mangeaient dans le vide-ordures ! Génial Raiser !

    J'aime

  2. Ho lala que c’est drôle tout sa et comme je voudrais que ça passe au journal télévisé de 20h, que les hommes comprennent une fois pour toute que le ménage c’est pas facile. Je t’ai nominée pour the versatile blogger award

    J'aime

    • Chère Pandora,
      Je suis touchée et honorée d’avoir été choisie mais ces derniers temps les invitations pleuvent et j’ai un peu de mal, d’autant que j’ai déjà joué.
      Les questions/réponses sont dans l’onglet Tag.
      Merci encore, j’aime beaucoup ce que tu as répondu…

      J'aime

          • encore une fois dear Cappy lady je suis complètement d’accord et sur la même longueur d’ondes avec toi: gardons notre bonne humeur et les pieds sur terre…🙂 je l’ai bien précisé @ « about »: NO awards, please!🙂 and NO fake « like(s) » générés automatiquement par l’option-WP choisie par les « chasseurs de circulation »(traffic hunters, LOL!) qui coche aussitôt un post qui vient d’être affiché sans qu’on lise même pas son titre!😀 idem pour ceux qui ne lisent/ne comprennent le français (ou l’anglais)…
            – – –
            bonne santé et un weekend serein… poutous toulousains, Mélanie

            J'aime

            • Quelle joie de te revoir, Mélanie, j’adore ton expression les « chasseurs de circulation ». Je m’amuse souvent de voir apparaître le « like »
              5 secondes après la parution d’un long article mais je ne savais pas qu’il existait une fonction pour le générer automatiquement…
              Quant aux Awards, j’ai participé une fois, juste au début de mon blog, c’était amusant mais à force…
              Je t’embrasse et te souhaite un week-end paisible et serein

              J'aime

              • avec joie et amitié, ma chère Elżbieta…🙂 chez toi, comme chez moi, il y a des personnages identiques, je les ai dépistés dès les début et je les ignore, ainsi que leurs « blogues »(avé l’assent, of course!)…🙂 tu sais, j’ai déjà eu mes 15′ de « gloire réelle »(I’m serious!), la gloire virtuelle n’est que vent et vanité… je n’ai rien à prouver ou à démontrer, j’écris par plaisir et pour m’amuser, souvent inspirée par une image, un film, une chanson, un paysage, etc… et si « ça » plaît, tant mieux, si non, ce n’est point mon souci, j’aime bien une phrase-US: »like me or leave me… but if you leave me, it’s gonna be your loss, not mine! »🙂 à bon(s) entendeur(s), salut!😉
                – – –
                bonne santé et lots of hugs, ma jumelle astralo-galactique…🙂

                J'aime

                • Très chère jumelle astralo-galactique😀
                  J’adore ton sens de l’humour et je sais que tu n’as rien à prouver et tant pis pour ceux qui te quittent, ils ne savent pas ce qu’ils perdent😀
                  Alors, nous avons les mêmes suiveurs compulsifs, comme c’est drôle…
                  Par contre, je suis vraiment attachée aux amis fidèles avec qui nous entretenons de riches échanges.
                  Très touchée que tu saches écrire mon prénom polonais, je n’ai pas trouvé le tien en roumain…
                  Merci, tu as illuminé ma soirée… and lots of hugs

                  J'aime

                  • oui, Elżbieta… j’aime bien « suiveurs compulsifs »(compulsive followers, LOL!)… je viens de publier 2 posts et ils ont été « likés » aussitôt, alors qu’il y a un peu de texte quand même…🙂
                    – – –
                    pour la fidélité, la constance et le dévouement en amitié, same here: à la vie, à la mort… il semble que c’est l’un des traits principaux de notre signe…🙂
                    – – –
                    mon seul prénom est Melania, comme la femme de Donald Trump…🙂 – francisé sur tous mes papiers français, car on le confondait avec… Mélina qui est grecque, of course!🙂
                    – – –
                    merci à toi, bon we et lots of poutous back, ma chère Elżbieta…🙂

                    J'aime

                    • Oui, Melania, les Capricornes se lient difficilement mais quand ils aiment, c’est comme tu dis : « à la vie, à la mort ».
                      Ton prénom se prononce exactement pareil en polonais😀 J’ai aussi francisé le mien, pour plus de facilité et puis j’adore sa vibration en numérologie.
                      La femme de Donald Trump… euh, je suis restée à son divorce d’avec Ivana, ne suis pas « people » du tout😀
                      Gros bisous et beau dimanche

                      J'aime

  3. Bonsoir Elisabeth !
    Quel bonheur, le rire est de rigueur😉
    Un peu, beaucoup caricatural, mais pas tant que cela !
    Bon je l’admets j’en rajoute un peu, mdr, mais qu’en même en y réfléchissant bien, lol !
    Ah les femmes est leur humour…🙂
    Merci Elisabeth pour ce bon moment, bonne fin de dimanche, plein de bisous tendres

    J'aime

      • Ah, je t’ai répondu sur une note d’humour, nous étions dimanche !😉
        Il est une réalité Elisabeth, nous avons en grande majorité un sens aigue de la propreté, du rangement et de l’organisation, ce qui souvent exaspère les hommes. J’ai pu constater à de multiples occasions quoi que ces messieurs en disent, qu’ils n’en demeurent pas mécontent et apprécie fortement de vivre dans un lieu accueillant et agréable. Je crois qu’il faudrait juste faire un petit effort, afin d’être moins pointilleuse.
        Cela me rappelle une petite anecdote. Il y a quelques années, je suis allée passer 2 jours chez un ami de Lyon, à mon retour, mon dieu, c’était un peu le bazar, je n’en suis pas revenu…Ah là là, sans vouloir nous donner de fleurs, nous sommes belle et bien le pilier d’une maison !

        Avec le sourire, quoi qu’il en soit, c’est mieux non ? !
        Bonne semaine Elisabeth !
        Bisous tendresses

        J'aime

        • Chère Fanfan, ta vidéo est un vrai bonheur et c’est une excellente idée, je suis la première à avoir besoin d’être encouragée😀
          Bien que je déteste le ménage, je le fais, parce que j’ai besoin de vivre dans une maison propre et accueillante, sans toutefois virer à la maniaquerie, ce qui était le cas auparavant.
          Oui, nous sommes les piliers de nos foyers mais ne crois tu pas que « mon mec à moi » pourrait effectivement vider les poubelles et repasser ses chemises ? Pourquoi serions nous les seules à faire les efforts et payer nos absences par le bazar que tu as retrouvé en revenant ?
          Tendres bisous et belle semaine à toi…

          J'aime

          • Je suis en accord avec toi Elisabeth🙂
            Moi aussi j’étais un peu maniaque, mdr ! J’ai mis de l’eau dans mon vin avec le temps…😉
            Pour nos hommes cela sera compliqué, mais je crois aux nouvelles générations. Mon constat étant positif en la matière, je trouve même que ces jeunes femmes sont plus femmes d’extérieur que d’intérieur, ah là là je remarque qu’il est complexe encore une fois de trouver le juste milieu.
            Personnellement j’y travaille Elisabeth, refusant que mes futurs beaux enfants soient dans la même perspective, mes 2 fils et mes 2 filles sont appris à tout faire, repas, ménage et repassage, jardinage, leur expliquant qu’il n’est pas normal qu’un des deux fasse tout dans un couple, car maintenant homme et femme ont un emploi😉🙂
            Un futur meilleur ne passe t’il pas par les enfants ? ! Je le pense fortement ils sont l’espoir !
            Belle journée Elisabeth, plein de bisous tendres

            J'aime

            • Félicitations, Fanfan, tu as bien éduqué tes enfants, vu que la femme travaille, il est nécessaire que l’homme se mette aux tâches ménagères.
              Et les futur passe effectivement par les enfants mais surtout par leurs parents car il y a trop d’enfants-rois.
              Mais bon, restons optimistes et tâchons de garder ce juste milieu, si difficile en chaque chose.
              Belle soirée à toi, ma douce, tendresses

              J'aime

  4. Mon Dieu que j’ai aimé …( rire ) ….
    Tu es impayable Elisabeth ….tes trouvailles sont géniales ….

    Merci pour tous ces moments d’humour que tu nous offres et que j’accueille avec grand intérêt, à chaque semaine ….

    Belle soirée
    Tendresse

    Manouchka

    J'aime

  5. Pourquoi les femmes se font-elles une montagne de toutes ces tâches alors qu’elles peuvent être expédiées si rapidement ?
    peut être elles commenceront enfin à vivre.ou du moins laisser les hommes vivre.
    Une question que j’ai relevée dans ton texte mais que je me la pose tjrs sans qcque souci de chien ni de calendrier.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s