Ce n’est pas très catholique

Un rabbin et un prêtre entrent en collision. Les deux voitures sont complètement démolies mais, curieusement, aucun des deux hommes n’est blessé.  Après que chacun se soit extirpé de son véhicule, le rabbin voit la petite croix argentée sur le revers de la veste du prêtre et lui dit :
– Ah vous êtes prêtre. Je suis rabbin. Regardez nos voitures. Il n’en reste rien, mais nous ne sommes pas blessés. Ce doit être un signe du tout-puissant. Dieu a du vouloir que nous nous rencontrions, devenions amis et vivions en paix pour le reste de nos jours.
– Je suis entièrement d’accord avec vous. Ce doit être un signe de Dieu.
Le rabbin poursuit :
– Regardez. C’est encore un miracle. Ma voiture est en morceaux, mais cette excellente bouteille de vin d’Israël est intacte. Dieu veut certainement que nous buvions ce vin et célébrions notre bonne chance.
Il ouvre la bouteille et la tend au prêtre. Le prêtre en boit quelques grosses gorgées, puis rend la bouteille au rabbin. Le rabbin la prend, la rebouche puis la redonne au prêtre, qui demande :
– Vous n’en buvez pas ?
Le rabbin répond :
– Non… Je crois que je vais attendre la police.

AneAprès une catastrophe, une centaine de couples se retrouvent au ciel devant Saint-Pierre.
Il leur dit :

– SVP, veuillez faire trois lignes. Une ligne pour les femmes, une ligne pour les hommes qui se sont toujours fait mener par le bout du nez par leurs femmes, et une ligne pour les hommes qui ont su imposer leur volonté à leur femme.
Sur ce, trois lignes se forment. Un seul monsieur se retrouve dans la ligne des hommes qui ont su imposer leur volonté à leur femme. Saint-Pierre s’approche de lui et demande :
– Monsieur, il y a des années que je n’ai vu personne dans cette ligne, êtes-vous sûr que vous êtes dans la bonne ligne?
– Je ne sais pas, c’est ma femme qui m’a dit de me mettre ici !

Une femme décède et arrive au paradis. Elle se retrouve devant Saint Pierre et lui demande :
– Pouvez vous me dire ou je peux trouver mon époux. Il est décédé il y a trois ans et s’appelle Roger.
Saint Pierre lui répond :
– Vous savez ma petite dame, des Roger, il y en a beaucoup ici. Vous n’auriez pas autre chose pour que je le retrouve ?
La femme réfléchit puis s’exclame :
– Si j’ai trouvé ! Avant sa mort, nous sommes convenus  qu’à chaque fois que je le tromperai, il se retournerai dans sa tombe.
Saint Pierre lui répond:
– Et bien vous voyez qu’on y arrive. Il prend alors son interphone et annonce : « On demande Roger, Roger la toupie ! »

Un vieux Juif meurt et rencontre Dieu en arrivant au paradis. Il fait le bilan de sa vie :
– La pire chose qui me soit arrivée, c’est quand mon fils s’est converti au catholicisme…, dit-il.
– Moi aussi ça m’est arrivé… lui répond Dieu.
– Et qu’est-ce que vous avez fait ?
– Un Nouveau Testament…

Un mendiant sonne à la porte d’un prêtre.
– Vous auriez pas un petit quelque chose pour moi ?
– Oui, vous aimez la soupe de la veille ?
– Ho oui, ho oui !
– Ben repassez demain !

Un homme se décide à rentrer dans les ordres. Le novice se rend à l’abbaye et est accueilli dans une communauté réputée pour son vœu de silence. En fait, chaque moine n’est autorisé qu’à prononcer deux mots tous les dix ans. Après une décennie de silence complet, il est appelé chez l’abbé qui l’invite à prononcer ses deux premiers mots.
– Nourriture froide dit-il. Il retourne à sa vie contemplative, et dix autres années se passent. A nouveau convié chez l’abbé, il prononce ses deux nouveaux mots après vingt ans de vie recluse.
– Lit dur soupire-t-il.
Dix autres années passent.
Après trente ans de vie monastique, il est appelé par l’abbé pour prononcer ses deux nouveaux mots.
– Je pars annonce-t-il.
– Ça ne m’étonne pas, réplique l’abbé, vous n’avez pas arrêté pas de vous plaindre depuis que vous êtes ici.

Deux anges font la causette :
– Quel temps fera-t-il demain ?
– Nuageux.
– Ah ! Tant mieux, on pourra s’asseoir.

Il fait nuit et un cambrioleur s’introduit sans bruit dans une maison qu’il croit vide. A peine à l’intérieur, il entend derrière lui une voix qui lui dit :
– Tu devrais faire attention, Dieu et Jésus t’observent.
Terrifié le cambrioleur se retourne et voit une cage avec un perroquet à l’intérieur. Soulagé il dit :
– Alors comme ça Dieu et Jésus me surveillent !
– Oui ils te surveillent en ce moment même !
– Et toi comment t’appelles-tu ?
– Nazareth répond le volatile.
– Mais quel est l’idiot qui a bien pu te donner un nom pareil !
– C’est le même qui a baptisé le pitbull Dieu et le rottweiller Jésus….

CochonUn Juif sur son lit de mort, convoque sa famille :
– Rachel, ma femme, ma confidente… tu es là ?
– oui, mon mari, je suis là
– David, mon fils aîné, mon héritier, tu es là ?
– oui papa, je suis là
– Eli, mon fils cadet, tu es là ?
– oui papa, je suis là aussi
– Alors qui n’a pas éteint la lumière dans la cuisine ?

Le curé d’un petit village breton perdu, décède. Il arrive devant Saint-Pierre qui examine ses états de service.
Tout a l’air parfait, une vie tranquille, aucun péché. On lui accorde l’entrée au paradis. Saint-Pierre lui explique qu’il disposera d’un petit nuage motorisé pour se déplacer vers les nuages d’attraction : celui du buffet, celui de la musique, celui des plaisirs charnels.
Le curé profite pleinement de ses premières journées au paradis, mais il se rend rapidement compte que d’autres sont mieux lotis que lui. Son nuage motorisé n’est qu’une mobylette et il voit régulièrement un black le dépasser sur un nuage très rapide avec femmes et orchestre.
Il retourne chez Saint-Pierre et lui dit :
– Toute ma vie, j’ai résisté aux tentations, j’ai servi Dieu le mieux qu’il était possible et arrivé ici, je n’ai toujours pas un sort enviable. Qu’a fait, par exemple ce black pour recevoir un nuage rapide et si bien équipé ?
– Vous étiez, lui dit Saint-Pierre, prêtre d’un petit village breton perdu, chaque dimanche, dix fidèles dormaient dans votre église. Lui était pilote à Air Afrique, chaque jour, 350 passagers derrière lui priaient Dieu au décollage et à l’atterrissage.

Après quelques années de vie commune, un jeune homme décide de se marier avec sa petite amie. Comme il n’est pas du tout au courant des traditions, à la fin de la messe, il s’approche du curé et lui demande :
– Excusez-moi mon père, je sais qu’il est dans la tradition que les jeunes mariés fassent une offrande au prêtre qui a célébré le mariage, mais je ne sais pas ce que les gens donnent en général.
Le prêtre lui répond dans le creux de l’oreille :
– En général, c’est en fonction de la beauté de la mariée. Plus elle est belle, plus la somme est élevée.
A ces mots, le jeune marié se tourne vers sa femme. Il hésite quelques instants, plonge la main dans sa poche et tend une pièce d’un euro au curé.
Le prêtre, compatissant, lui dit :
– Ne bougez pas, je vais vous rendre la monnaie…

Un prêtre dit à son copain rabbin :
– J’ai un truc pour dîner gratuitement…
– Super ! Dis-moi comment tu fais ?
– Je vais au restaurant, assez tard, je commande entrée, plat de résistance, fromages, dessert, et ensuite je prends mon temps avec un café, un cognac et un bon cigare, et j’attends la fermeture. Comme je ne bouge pas, quand presque toutes les chaises sont déjà sur les tables, le garçon vient vers moi pour me demander s’il peut encaisser; alors je lui réponds que j’ai déjà payé à son collègue qui est parti ! Et le tour est joué !
Le rabbin :
– Génial ! On essaie demain ?
– Ok
Le lendemain les deux compères vont au restaurant : entrée, plat de résistance fromage etc… Le moment de la fermeture arrive, le garçon demande s’il peut encaisser, le prêtre lui répond :
– Désolé, mais on a déjà payé l’addition à votre collègue qui est parti…
et le rabbin rajoute :
– Et puis d’ailleurs j’aimerais bien qu’on nous rende la monnaie.

42 réflexions sur “Ce n’est pas très catholique

  1. De belle histoire drôle.
    Je suis contente car les animaux mon attirer sans….et j`ai lu toute les histoires pour voir le lien avec les animaux .. Mais j`ai tellement rit…
    Des fois les images d`animaux m`attirent
    Merci pour ce moment drôle

    Damoiseau56

    J'aime

  2. j’en ajoute une :
    Un curé est intercepté en voiture par un barrage des douanes.
    « Rien à déclarer?
    – Non, je reviens de Lourdes, j’ai rempli quelques bonbonnes d’eau de la source miraculeuse.
    – Ouvrez quand même le coffre. »
    Le curé ouvre le coffre, qui est rempli à ras bord de bouteilles d’alcool de toutes sortes.
    Alors il lève les deux bras au ciel en s’écriant avec conviction: « O miracle! »

    merci pour mon rire dominical

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s