Chantal Rialland : « Être à l’écoute »

Libre

En premier lieu, vous bénéficiez, en tant qu’être humain, de quatre énergies vitales à votre disposition.

La première de ces énergies vitales est l’énergie matérielle qui vous permet d’être en vie, concrètement, sur cette planète. Vous avez un corps. C’est extrêmement précieux ! C’est votre « véhicule », c’est votre « temple ». Trop souvent, vous n’êtes pas à son écoute et vous ne respectez pas ses besoins. Vous le malmenez, vous le fatiguez, vous l’épuisez. De plus, vous le critiquez et vous le comparez.

En résumé, vous ne l’aimez pas comme il le mérite. Ici et maintenant, qu’est ce que vous pouvez décider de changer pour traiter votre corps avec gentillesse, enfin ? L’énergie matérielle comprend également d’autres aspects qui se composent de tout ce qui vous protège physiquement, comme vos vêtements et votre habitat, et ce qui facilite vos échanges, comme les moyens de transport et l’argent qui a remplacé le troc.

La notion de notre « place », très importante pour notre bonheur, est également reliée à l’énergie matérielle. Nous avons besoin de trouver la « place » adéquate par rapport à nous-même, celle où nous nous sentons bien et épanoui, et la « place » adéquate par rapport aux autres, celle où nous nous sentons respecté et pris en compte.

Si vous y réfléchissiez bien, lorsque vous souffrez, il s’agit, la plupart du temps, d’un problème de place. Par exemple, vous n’êtes pas épanoui à votre travail. Ce peut être parce que vous n’exercez pas l’activité qui vous convient ou n’occupez pas le poste qui vous correspond. Ou vous avez des difficultés relationnelles avec votre patron, ou vous ne vous entendez pas avec vos collègues, ou vous craignez d’être licencié pour raison économique.

Dans les cinq situations envisagées, il s’agit d’un problème de place. Autre exemple, votre vie affective vous rend malheureux ou malheureuse. Soit vous êtes seul et le regrettez. Soit la personne que vous aimez ne vous considère pas et ne vous traite pas comme vous le souhaitez. Soit vous êtes en plein divorce et cela se passe difficilement. De même, il s’agit, dans les trois cas, d’un problème de place.

Une autre de vos énergies vitales est l’énergie sexuelle et créative. Beaucoup de personnes ne sont pas conscientes de leur créativité, pensant que c’est réservé aux autres, aux artistes, aux inventeurs, aux personnes célèbres. Vous êtes artiste car vous créez, chaque jour, votre art de vivre.

Une autre énergie vitale est l’énergie affective qui se manifeste au travers de vos émotions, de vos ressentis, de vos sentiments. Elle colore vos relations avec vous-même et avec les autres.

Enfin, la quatrième de vos énergies vitales est votre énergie intellectuelle qui s’exprime par vos pensées, par vos réflexions, et aussi par votre intuition.

http://www.chantalrialland.com/

 

 

27 réflexions sur “Chantal Rialland : « Être à l’écoute »

  1. Comme toujours avec tes écrits Elisabeth, celui-ci résonne de façon particulière pour moi. Trouver ma place est mon objectif du moment, ainsi que l’expression de ma créativité, oserais-je dire qu’il suffit que je lâche les chevaux maintenant ?🙂

    J'aime

  2. Re bonsoir Elisabeth !
    J’ADHERE complètement à ce billet, il est si parlant !
    Je crois que nous sommes beaucoup a maltraiter notre corps, celui-ci ne nous plaisant pas. Mais quelle erreur, que d’énergie gâché, que de temps perdu et de souffrance pour rien !
    Moi aussi je ne me suis pas accepter pendant beaucoup, beaucoup trop d’années et puis il m’a fallut une rencontre amical masculine pour faire entrer dans ma p’tite tête que j’étais jolie et derrière une psychothérapie pour comprendre et être en paix avec moi-même et de ce faite avec les autres et mon univers car par ce biais, la confiance en soi revient.
    Car il me semble que c’est notre relation à notre corps la clef pour tout le reste.
    Arrêtes moi si je me trompe Elisabeth, mais la vraie beauté est celle du coeur, non ! ?🙂
    Belle soirée Elisabeth !
    Bisous tendres

    J'aime

    • Oui, Fanfan, nous sommes si nombreux à ne pas nous accepter et nous sentir « aimables », dans le sens : dignes d’être aimés…
      Notre éducation, la pression de la société, qui prône un modèle unique, et le manque d’estime de soi font que nous nous maltraitons en essayant d’entrer dans les moules.
      Et souvent, le déclic extérieur est nécessaire pour nous faire prendre conscience de nos qualités et nous donner l’envie d’entreprendre un travail sur nous.
      La relation à notre corps est très importante, aussi, parce que les mémoires y sont inscrites, et que les véritables prises de conscience sont validées à travers lui.
      Bien sûr, la vraie beauté vient de l’intérieur et contrairement au physique, elle ne peut qu’augmenter avec l’âge.
      Mais rares sont ceux qui l’ont compris…
      Belle soirée à toi, avec mes bisous tendres

      J'aime

  3. Que j’aime ces mots….. « Trouver sa place »… cela touche droit au but. Ces quelques mots disent tout!
    J’ai aimé aussi le principe des 4 énergies. Je n’avais jamais abordé le sujet sous cet angle, mais je trouve cette perspective très judicieuses. Cette optique nous permet de mieux comprendre et saisir les idées pré-conçues qu’on a trop souvent. J’aime l’approche de la créativité. Souvent j’évoque la même chose dans des ateliers où je parle de mes romans. J’essaie toujours de démontrer qu’on est tous créatifs. Combien de personnes font par exemple de l’artisanat sans considérer que celui puisse être de l,art ? Combien de personnes ont un talent fou pour la déco?. Pourtant ils ne considèrent pas artistes…pourtant ils sont si créatifs! Tout est une question de perception.

    Et si on était aussi conciliant pour soi-même qu’on l’est souvent pour les autres, on trouverait plus facilement SA place.

    Bravo pour cet autre article. J’y trouve toujours d’intéressantes pistes de réflexion!

    Salutations

    J'aime

    • Je comprends bien pourquoi les mots « Trouver sa place » te touchent, Kleaude, cette quête apparaît souvent dans tes si beaux poèmes…
      J’ignorais que tu écrivais des romans mais je n’en suis nullement étonnée, ta plume est si belle et sensible.
      Et oui, la créativité peut s’exprimer dans tous les domaines et elle n’est nullement réservée aux artistes, même la cuisine c’est de la création, sans parler des projets ou autres domaines de la vie.
      Comme tu dis, tout est question de perception et reconnaître et valider ses talents nous donne tant de joie. Nous sommes effectivement bien plus durs avec nous mêmes qu’avec les autres et cela nous empêche de trouver cette place, si nécessaire pour exister.
      Merci à toi, tu trouves toujours d’excellents angles de réflexion.
      Amitiés sincères

      J'aime

  4. Elisabeth ! Je pense saisir là la définition même du bonheur, « trouver sa place », justement et ce à toutes les échelles.

    Cela dit, une question me turlupine, peut-être pourras-tu m’éclairer. Trouver sa place s’avère facile dans des domaines qui dépendent exclusivement de l’individu, intellectuel, créatif et professionnel notamment. Par contre, pour ce qui est du rapport au corps par exemple (le plus facile semblerait-il au premier abord!) s’avère plus difficile car il ne reflète pas toujours l’image qu’on souhaiterait en avoir, ou en projeter. On en hérite, on a pas le choix. Combien de personnes se malmènent (en y prenant un certain plaisir) pour voir leur corps se transformer, maigrir le plus souvent, tout en se rendant compte du difficile sacrifice que cela leur nécessite au quotidien. A défaut de créer un mal être, la situation handicape le quotidien.

    Comment atteindre l’harmonie en ce sens dans des domaines sur lesquels nous n’avons pas toujours la main mise ? Sachant qu’abandonner le dit « contrôle » n’apporte pas toujours le résultat escompté. Ca pourrait alimenter un futur article ou billet d’humeur, j’attends ta réponse avec impatience !

    J'aime

    • Tu me touches beaucoup, Polina, autant par la justesse de tes réflexions, que par la confiance que tu m’accordes, en me posant cette question.
      Fort difficile, d’ailleurs, j’avoue car si je suis totalement d’accord avec ton constat, la seule réponse qui me semble juste, est toujours la même : s’accepter et s’aimer, tels que nous sommes.
      Je le dis en pleine conscience, que c’est la chose la plus facile à dire mais la plus difficile à atteindre par un long et patient travail.
      Déjà, arriver à sortir de tous les schémas imposés, et Dieu sait, que notre époque prône un idéal inaccessible. Face à toutes ces jeunes filles des magazines, sur des photos retouchées, même celles, avantagées par la nature se trouvent toujours imparfaites.
      Et le processus malsain s’enclenche, avec tout son cortège du mal-être qui peut conduire à des extrêmes.
      Pour moi (qui ai aussi été victime de cette course à l’impossible), le changement vient toujours de l’intérieur. Si nous arrivons à refuser le bourrage des crânes et trouvons l’estime de soi, le regard des autres ne nous atteint plus de la même façon car nous misons sur d’autres valeurs.
      Même les plus beaux corps vieillissent et rien de pire et de plus triste, que de voir ces femmes, qui ont toujours compté sur leur physique, s’accrocher aux apparences de la jeunesse à tout prix.
      Et quelle beauté dans les regards des vieux, dont le visage est illuminé par un sourire qui vient du cœur, ils rayonnent et sont si précieux car ils reflètent la joie de la vie bien vécue, dans l’amour, l’acceptation et le non jugement.
      Une beauté froide et inhumaine ne fait pas le poids contre une fille moins jolie mais dont tous recherchent la compagnie pour sa joie, sa richesse intérieure et la bonté qu’elle sait manifester envers ceux qui la côtoient.
      Une bonne façon de se réconcilier avec son corps est de pratiquer les activités que nous aimons et qui nous font nous sentir vivants, la danse, le sport ou mieux encore, le yoga ou les autres disciplines qui relient le corps et le mental.
      Pour résumer, sortons du règne de l’apparence et misons sur les vraies valeurs, ne soyons plus les esclaves de l’image et du jugement de l’autre.
      Cela peut paraître utopique mais j’aperçois un changement et je crois que de plus en plus de gens désirent instaurer les rapports authentiques.
      Voilà, je te laisse le soin de faire ton billet, tu as certainement ta propre réponse et tout ce que j’ai lu de toi me confirme que tu écriras quelque chose d’original et de beau. Donc, c’est moi, qui l’attends avec impatience😀

      J'aime

  5. Encore une fois nous touchons la relation avec les autres et sa qualité. La qualité du partage est d’une importance capitale. Nous ne vivons que par ce que nous tissons autour de nous et l’aspect affectif est pour moi primordial… l’amour, la tolérance , le respect que nous avons pour les autres feront que nous trouverons une place.
    gros bisous😛

    J'aime

  6. Mon Dieu que ce texte laisse à réfléchir… Je trouve que certaines phrases sont si vraies…

    Comme ton espace m’avais manqué. Bien sûr, je peux lire dans mon courriel étant abonnée mais bien que je lisais, je ne pouvais te laisser mes commentaires en étant pas connecté. Alors, je reprends ce temps en y lisant ceux que je n’ai eu encore la chance de lire.

    Je te souhaite une agréable semaine.

    Amitiés
    Marie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s