Les différents types de personnes « nuisibles »

Voici les principales caractéristiques des différents types de personnes toxiques, leurs motivations et comment leur faire face.

Le Dénigreur

Il ne rate jamais une occasion d’écraser les autres. Il adore tourner les gens en ridicule. Il vous dénigre parce qu’il se sent menacé face à ce vous représentez. Il doit donc vous déprécier pour pouvoir se valoriser.

Utilisez la technique de l’interrogation calme et ce afin de déterminer ce qui le dérange vraiment. Exemple : « Pourquoi t’acharnes-tu ainsi sur moi ? Ai-je fait quelque chose qui ta déplu ? »

Le Critique

Ours

Il se sent oblige de vous trouver des défauts. Il passe son temps au comptoir de réclamations. Il critique tout, même les choses les plus insignifiantes, parce qu’il est constamment frustré. En effet, rien n’est jamais assez parfait à ses yeux, ce qui le rend très insécure. Pour contrer ce sentiment, il cherche donc à avoir raison à tout prix.

La technique du désamorçage, ainsi que celle de l’interrogation calme apparaissent comme les plus efficaces. Exemple : « Tu crois que c’est de ma faute si nous sommes en retard ? » « Chéri ne crois-tu pas que les trois coups de téléphone que tu as donnés juste avant notre départ ont aussi quelque chose à voir avec notre retard ? »

Le Dominateur

Il mène tout le monde à la baguette. Il n’a aucun esprit d’équipe et répugne à déléguer son autorité. C’est parce qu’il souffre d’une profonde insécurité que le dominateur se croit obligé de contrôler tout ce qui gravite autour de lui.

Au moindre signe de comportement dominateur réagissez en utilisant la technique de l’affrontement. Vous devez fixer des limites avec ce type de personne. Quitte à avoir recours à la technique de la furie pour lui faire comprendre que vous n’aimez pas être contrôlé.

Le Compétiteur

Il cherche depuis toujours à être le premier. Il saisit toutes les occasions de se montrer plus malin que vous. Parce que le compétiteur manque d’estime de soi, la seule façon pour lui d’entrer en rapport avec vous consiste à tout transformer en compétition.

Recourez à la technique de l’interrogation calme. Exemple : « Est-ce que tu te sens mieux à présent que gagné ? »

Le Moulin à paroles

Il impose le flux de ses paroles, la plupart du temps inutile. Il est si absorbé par ses récits interminables qu’il ne voit pas votre air ennuyé. Si le moulin à paroles bavarde inlassablement, c’est pour être accepté et aimé, pour se sentir important.

La technique de l’expiration de la tension est la première à utiliser afin de garder votre calme. Par la suite, utilisez la technique du désamorçage : commencez par lui dire gentiment et poliment que vous l’appréciez (si c’est le cas), mais que parfois il parle trop.

Le Fauteur de troubles

C’est une commère qui souffre d’indiscrétion aiguë. Il ne semble vivre que pour semer la zizanie.
Le fauteur de trouble se comporte comme il le fait afin d’avoir le sentiment d’être important.

La technique de l’interrogation calme met généralement un terme à son comportement, car il se rend compte vous n êtes pas dupe de son petit jeu.

Le Plaisantin

Plaisantent

Il lance des piques en recourant à un humour sarcastique, pour ensuite prétendre qu’il plaisantait.
Il est incapable de parler sérieusement. Il se comporte ainsi parce qu’il est incapable de faire face aux émotions authentiques, qui lui sont trop douloureuses. Il camoufle donc sa blessure derrière une façade d’humour.

Utilisez la technique de l’affrontement. Ainsi, vous lui ferez savoir que vous ne le trouvez pas drôle que vous n’avez pas à subir ses sarcasmes.

L’écervelé

Il se met toujours les pieds dans les plats. Il dit toujours ce qu’il ne faut pas dire. L’écervelé est semblable a un enfant de quatre ans : il vous dit tout ce qui lui passe par la tête, sans aucune considération pour vos sentiments.

Commencez par la technique de l’expiration de la tension, car l’écervelé est effroyablement exaspérant : Passez ensuite à la technique de l’affrontement pour l’informer que son comportement est blessant et inacceptable.

Le Nombriliste

Il est incapable de parler de quoi que ce soit qui ne se rapporte pas à lui-même. Il monologue au lieu de dialoguer avec vous. Son égoïsme est dû à sa peur, à son insécurité de ne pas être aimé et accepté. Sachez que l’ego du nombriliste est généralement aussi fragile qu’une coquille d’œuf.

Parce que vous savez pourquoi il se comporte ainsi, utilisez la technique du désamorçage il vous sera ainsi plus facile de traiter avec lui. Mais sachez qu’il vous faudra cependant user de beaucoup de patience pour arriver à le supporter.

Le Fuyard

Il prend ses jambes à son cou à chaque fois qu’il se trouve dans une situation stressante.
Il ne prend jamais position et est allergique aux engagements. La vie du fuyard est assujettie à la peur : celle de déplaire aux autres, celle de commettre une erreur celle de ne pas être à la hauteur. Alors il fuit.

La seule technique qui semble valable auprès de cette personne est celle de l’affrontement
(si bien entendu vous parvenez à le coincer). Faites-lui comprendre que vous refusez d’accepter ce comportement.

L’hypocrite

Il utilise contre vous les confidences que vous lui faites. C’est un caméléon qui change de discours en fonction de ce qu’il croit que vous aimeriez entendre. Il éprouve du ressentiment à votre égard, mais il n’a pas le courage de vous avouer qu’il vous en veut ou qu’il vous envie.

Utilisez la technique de l’affrontement en lui disant que vous êtes conscient de son hypocrisie.
Ne laissez pas passer un tel comportement.

L’exploiteur

C’est un éternel quémandeur. C’est un ami des beaux jours qui ne s’intéresse à vous que tant que cela lui convient. Il ferait n’importe quoi pour réussir, car son estime de soi est en jeu. La technique de l’affrontement est la plus indiquée. Dites à cette personne que vous vous sentez exploité et que son comportement vous blesse. Si l’exploiteur tient à sa relation avec vous, il fera son propre examen de conscience.

La Victime

Elle réussit toujours à vous déprimer en vous racontant ses innombrables malheurs. Elle invente d’avance les pires scénarios et s’apitoie sot son sort. Son but est d’attirer votre attention. Mais parce qu’elle se sent incompétente et qu’elle est convaincue que la vie est injuste, elle ne s’intéresse nullement aux conseils que vous pourriez lui offrir.

C’est la technique de l’expiration de la tension qui est la plus utile quand on est en contact étroit avec une victime. Rejetez l’énergie négative qu’elle vous a transmise, autrement c’est votre propre moral qui va y passer.

Marie-Josée Turcotte

Ces gens qui vous empoisonnent l’existence, Lillian Glass Éditon Marabout

Advertisements

52 réflexions sur “Les différents types de personnes « nuisibles »

  1. J’ai été victime d’une PN à 14 ans, ouf, pas trop longtemps. Pendant plus de 20 ans elle a eu une influence sur moi ( je l’avais étouffée). Une fois libérée de cette influence négative ( quelque part j’étais toujours sous son emprise), j’ai eu des doutes sur une amie. Au bout de 3 ans d’amitié j’ai fini par me rendre compte que cette femme brillante n’était qu’une étoile terne qui avait besoin des autres pour briller. J’ai fini par voir tous ces défauts. Je lui disais auparavant tout ce que j’avais sur le cœur, même le sombre, mais quand j’ai eu des doutes sur elle, je n’ai rien dit. Quand je lui ai dit ce que je lui reprochais, elle m’a encore  » psychanalysée » mais comme je ne me confiais plus, elle a visé à côté. Enfin bref, je voyais clair dans son jeu. J’ai coupé les ponts, je n’ai pas répondu ã ses sms de joyeux noël, bonne année etc… Fin 2014 je lui ai demandé de me dés inscrire de son forum. La 2ème fois ( un mois plus tard) elle m’a bannie. Ce que j’ai ri! Apparemment elle devait penser que j’allais revenir. Elle n’a jamais bannie, j’ai eu un traitement de faveur! Personne ne le voit, ça paraît fou. Elle est tout le contraire de ce qu’elle prétend, n’est pas cohérente ( elle ne supporte pas les gens incohérents, qu’elle blague!), elle donne des conseils à tout le monde alors qu’elle n’est pas foutue de gérer sa propre vie et de reconnaître qu’elle a fait de mauvais choix par le passé ( quand je lui ai dit cela elle a tenté de me faire culpabiliser car elle sait très bien que je me remets toujours en question et que je culpabilise facilement) Je suis la seule ã bien la connaître dans la vraie vie, les autres ne la connaissent que par le blog ou le forum.
    Bref, finalement ces gens là, dans leur misère intérieure, nous aident à grandir et ne plus nous faire avoir.

    J'aime

    • Très belle conclusion à ce triste témoignage, en effet, bien que nous payions si cher ces leçons, elles nous font grandir.
      Reste telle que tu es, continue à te remettre en question mais si tu recommences à culpabiliser, dis-toi que tu as bien mieux à faire que de continuer à donner de ton énergie à ces « vampires ». Face à un(e) PN, il n’y a qu’une chose, fuir et couper les ponts, puisque ce sont des malades qui trouveront toujours une faille par laquelle s’engouffrer, pour continuer à exercer leur emprise.
      Tu es une belle personne, alors, suis ton chemin et reconstruis toi, en prenant bien soin, comme tu le fais avec ton magnifique jardin.
      Bisous, Lys blanc.
      Je donne toujours le lien vers un site ami, très riche en conseils et témoignages
      https://leperversnarcissique.wordpress.com/

      J'aime

  2. Tous ces articles sont tombés à pic…
    Je viens de faire « le deuil » d’une amitié de 30 ans.
    Et depuis 2 ou 3 ans je me rendais compte que je n’avais plus en face de moi la personne pour laquelle j’avais une grande estime et une vraie amitié.
    Je ne savais plus qui elle était, ne comprenais plus ses mots, ses attitudes, ses comportements.
    En fait, elle me polluait et me manipulait…
    J’ai mis très longtemps à admettre que nos n’étions plus les mêmes, que nous avions changées et l’une et l’autre, et que la souffrance s’installait en même temps que l’incompréhension.
    Et j’ai mis fin à notre amitié en lui envoyant un long mail d’explications chronologiques.
    Ce n’était pas du tout évident et très dur à écrire.
    Quand j’essayais de parler, elle faisait semblant de ne pas comprendre mes questionnements, mes doutes, niait les évènements sournoisement.
    Et depuis que j’ai réussi à faire ce pas, je suis un peu plus sereine.
    Je n’aurais pas pu continuer à tricher et à faire semblant.
    Et après la lecture de tes billets, je me dis que j’ai bien fait de ne pas continuer à me faire dominer et manipuler, au nom d’une longue amitié qui paraissait pourtant éternelle…
    Merci

    J'aime

    • Merci à toi, je suis très touchée par ton témoignage. Nos fidélités nous poussent souvent à entretenir des amitiés, surtout celles qui sont d’une si longue date mais apparemment, vous avez évolué, et si toi, tu désires rester honnête et droite, ce n’est pas le cas de ton amie.
      Si elle n’était pas capable d’avoir une discussion franche et ouverte, lui écrire était une bonne solution, et même si elle n’a pas compris ou admis tes explications, cela t’a fait du bien, comme rompre le contact.
      Nous sommes déjà suffisamment entourés des gens qui nous « polluent », alors, si sous couvert d’amitié, il y avait manipulation, domination et souffrance, tu as effectivement très bien fait.
      C’est triste mais j’espère que tu as fait ton deuil et que cette expérience t’a libérée. Il y aura d’autres amies, celles qui viendront à toi, attirées par les valeurs que tu représentes.

      J'aime

  3. il manque le manipulateur qui a toutes les « qualités » énumérées par Marie-Josée Turcotte… 🙂
    Comment repérer une personnalité manipulatrice:

    * * *
    bonne santé, bonne nuit et une semaine positive! amicales pensées, Mélanie… ❤

    J'aime

    • Merci, Mélanie mais cette vidéo, ainsi que de nombreux articles sur les « toxiques » et les pervers narcissiques sont déjà sur ce blog.
      Il faut juste que je revois mes « tags ».
      Belle et douce semaine à toi, bisous

      J'aime

  4. Chacune de ces attitudes est provoquée par la peur de la menace et le manque d’amour.
    Ces personnes sont en souffrance et cette quête d’amour comme réparation de leurs blessures est maladroite.

    J'aime

  5. je pense qu’on vit tous un peu avec un de ses personnages .;)
    cette société ne supporte pas les failles humaines et pourtant je trouve que c’est plutôt rassurant .nous somme pas des robots .
    les blessures nous font porter des masques qui nous font croire qu’on peut avancer sans se faire remarquer hélas .
    « les cinq blessures qui empêchent d’être soi même »de lise bourbeau.
    exprimer ses blessures est le début de sa propre guérison.
    bon dimanche elisabeth.

    J'aime

    • Si je suis d’accord que nous portons tous des blessures et qu’il est nécessaire de les reconnaître et les exprimer pour guérir, retourner leur poids ou rejeter la responsabilité sur l’autre, n’est pas la bonne solution.
      Nous ne sommes pas les robots et nous avons droit à nos failles mais elles ne doivent pas nuire à autrui.
      Excellent dimanche, JP.

      J'aime

  6. Super intéressant …..!
    J’ai reconnu quelques traits de caractère de personnes que je connais ….et ( honte à moi ) …quelques-uns des miens aussi ….Mais heureusement quelques-uns seulement ( sourire ) …
    Très éclairant ….j’ai beaucoup aimé ….Je prends bonne note de tout ça …et je partage ….!

    Bonne soirée Elisabeth
    Tendresse

    J'aime

    • Pas honte à toi mais félicitations d’avoir su reconnaître tes égarements, qui ne doivent pas être bien méchants 🙂
      Et lequel de nous peut dire n’avoir jamais été nuisible à l’autre, même involontairement ?
      Merci pour le partage et douce soirée à toi

      J'aime

    • Ces techniques d’affrontement que tu aimes car tu as besoin de vivre dans la clarté et la justesse. Si nous ne pouvons pas toujours choisir nos fréquentations, surtout dans le milieu du travail, nous pouvons toujours nous positionner et je sais que tu sais le faire 🙂

      J'aime

  7. L’insécurité, le manque de confiance en soi, le sentiment d’incompétence, le besoin d’affection sont donc les raisons majeures de tous ces comportements. Mais à notre époque existe-t-il encore des personnes complètement exemptes de ces défauts/besoins/sentiments… Ne les appellerait-on pas des super-personnes? Je crois que dans chacun de nous il y a des manques quelque part et qu’on a tous besoin de les combler.

    J'aime

    • C’est une très belle et juste analyse, Amina, tous ces comportements proviennent de nos manques, insécurités et surtout d’un besoin d’être acceptés et aimés. Et chacun de nous les possède. Après, il y a ceux qui en prennent conscience et travaillent à s’améliorer, tandis que d’autres les manifestent d’une manière douloureuse pour leur entourage et aussi pour eux car, derrière ses comportements il y a toujours une souffrance humaine. L’essentiel est de ne pas rendre l’autre responsable de nos manques et ne pas lui nuire.

      J'aime

  8. Je connais des dénigreurs, des fauteurs de troubles, des victimes… Dur dur à gérer :/

    Mais quelle horreur !!! Je m’aperçois que moi je fais partie souvent de la catégorie du Moulin à paroles 😄
    On me le dit quand c’est le cas et ça me rend triste (j’ai honte) mais je le comprends 🙂
    C’est vrai que je suis de nature angoissée et quand je parle je suis une pile électrique avec les gens proches…
    A travailler à travailler ^^

    J'aime

  9. Oulala , que le monde est mal famé …et si je te disais que je crois qu’on peut tous être au moins une fois dans sa vie l’un de ces  » monstres » …me prendras tu pour l’un d’entre eux ❓
    Bon week end

    J'aime

  10. Bonjour Elisabeth,
    Ce que je retiens de tout ça….Bien que l’on reconnaisse tous des individus de chaque catégorie…. souvent ils ne sont pas tous l’un ou l’autre… Pour ma part, j’aspire à porter attention pour ne pas sombrer ou du moins le moins possible dans aucun de ces « patterns »…
    Je considère de plus qu’on difficilement être bien dans sa peau à être un être « nuisible »… ça doit miner….
    Mes amitiés

    J'aime

    • Belles conclusions, Kleaude, merci. Bien évidemment, dans ce genre d’articles il est difficile de ne pas schématiser, et comme dit Coquelicot, il y a des « cumulards ». Et si nous ne sommes pas à l’abri des nuisibles, avoir conscience que nous aussi pouvons être toxiques est nécessaire, donc l’auto-surveillance s’impose.
      Vous avez raison, ces gens ne sont pas bien dans leurs têtes car remplis de complexes et de blessures, voire carrément de pathologies diverses.
      Et ce n’est pas pour les accuser, juste pour rester vigilants, afin de ne pas se laisser faire du mal…
      Belle soirée et toutes mes amitiés

      J'aime

  11. Je crois qu’on trouve dans cet article une liste assez complète de personnes à éviter. Avec ça il va devenir difficile de trouver quelqu’un avec qui sympathiser. Je dois avoir de la chance car j’en trouve (à moins que je sache regarder là où il faut), tout au moins sur facebook. donc un certain nombre que j’estime beaucoup, dont vous Elizabeth. Mais je dois reconnaître qu’en réel j’en ai assez peu?

    J'aime

    • Je crois, Jean-Michel, qu’il est préférable d’avoir peu d’amis mais de vrais, et vous êtes sûrement d’accord que la qualité prime sur la quantité. Et plus que la chance, c’est votre discernement et l’exigence que vous appliquez, d’abord à vous et ensuite, à ceux que vous fréquentez.Très touchée que vous me comptiez parmi le nombre et c’est pleinement réciproque…

      J'aime

  12. et oui c’est qu’il y en a des personnes nuisibles je ne les aime pas et en particulier les plaisantins qui sont sans cesse en train de se moquer des gens et les mots qu’ils disent blessent énormément

    J'aime

  13. merci pour les précisions dans cet article intéressant, ça me fait penser aussi au triangle de karpman  » victime, bourreau, sauveur  » quand on se trouve dans une de ses 3 positions, on est en souffrance – j’en suis sortie de ce triangle au moment où je me suis sentie sauveur et que ce rôle je n’avais pas à l’avoir, depuis je me sens beaucoup plus confiante et plus ouverte aussi bien dans le coeur que dans l’esprit …

    J'aime

    • Très juste remarque, merci, Fab, effectivement, quel que soit notre rôle dans ce triangle, il est toujours malsain et celui du sauveur, que tant de gens affectionnent, est tout aussi pernicieux. Vous avez eu la sagesse d’en sortir car le jeu est toujours perdant. Désamorcer l’effet négatif du triangle est susciter des relations plus saines. Faute des partenaires, les autres vont vite en avoir assez de jouer tout seuls.
      Et vous, vous y avez gagné le bien-être et la confiance en vous et en la Vie.

      J'aime

  14. Notre planète est bourrée de ces cas. Des types de personnalité très fréquent à la petite école, évidemment. Mais qui devrait normalement laisser tranquilement la place à des êtres matures vers la 20aine…

    Bonne journée Elisabeth!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s