Être simplement soi-même, voilà ce que l’on redoute le plus

Bien que la tradition toltèque ne soit pas une religion, elle honore tous les maîtres spirituels qui ont enseigné sur terre. Bien qu’elle comprenne une dimension spirituelle, elle est plus justement décrite comme étant un mode de vie qui se distingue par la facilité d’accès au bonheur et à l’amour qu’elle procure.

Brouillard

Le rêve

Rêver est la fonction principale de notre esprit qui fait cela 24 heures par jour. Il rêve lorsque le cerveau est éveillé et également lorsque ce dernier dort. Les humains rêvent en permanence. Avant notre naissance, les humains nous précédant ont créé un grand rêve extérieur que l’on appelle le rêve de la société ou le rêve de la planète.

Le rêve de la planète est le rêve collectif résultant des milliards de rêves personnels plus petits qui, ensemble, forment le rêve d’une famille, le rêve d’une communauté, le rêve d’une ville, le rêve d’un pays, et finalement le rêve de toute l’humanité. Le rêve de la planète comprend toutes les règles de la société, ses croyances, ses lois, ses religions, ses différentes cultures et modes de vie, ses gouvernements, ses écoles, ses évènements sociaux et ses jours fériés.

Nous naissons avec la capacité d’apprendre comment rêver, et les humains qui nous précèdent nous apprennent à le faire de la façon dont rêve la société. Le rêve de la planète a tellement de règles que lorsqu’un nouvel être humain naît, on capte son attention et on introduit ces règles dans son esprit.

Si l’on regarde la société humaine, on constate que la raison pour laquelle il est si difficile d’y vivre est qu’elle est régie par la peur. Présente à des niveaux différents dans chaque pays, la peur contrôle tout le rêve de la planète.

Si l’on compare le rêve de la société avec la description de l’enfer que les religions du monde entier ont promulguée, on constate que les deux sont identiques. Les religions disent que l’enfer est un lieu de punition, de peur, de douleur et de souffrances, un lieu où le feu vous brûle. Le feu résulte des émotions nées de la peur.

Chaque humain a son propre rêve personnel et comme celui de la société, il est généralement régi par la peur. On apprend à rêver l’enfer dans sa propre existence, dans son rêve personnel. Mais il n’est pas indispensable de faire des cauchemars. Il est possible d’avoir de beaux rêves.

Où que nous nous regardions, tout ce que nous voyons est la vérité, mais les accords que nous avons conclus et les croyances que nous entretenons nous privent d’yeux pour la voir. Nous ne voyons pas la vérité parce que nous sommes aveugles en raison des fausses croyances encombrant notre esprit. Nous avons besoin d’avoir raison et de donner tort aux autres.

C’est comme si vous viviez au beau milieu d’un brouillard, ne vous permettant pas de voir plus loin que le bout de votre nez, un brouillard qui n’est même pas réel, qui n’est qu’un rêve, votre rêve de vie personnel, ce que vous croyez, trous les concepts concernant qui vous êtes, tous les accords que vous avez passés avec autrui, avec vous-même…

Votre esprit tout entier est un brouillard que les Toltèques appellent un mitote (prononcez mi-to-té). Votre esprit est un rêve dans lequel des milliers de personnes parlent en même temps, et personne ne comprend personne. Telle est la condition de l’esprit humain : un grand mitote, à cause duquel il vous est impossible de voir qui vous êtes vraiment.

En Inde, on appelle le mitote « maya », ce qui signifie « illusion ».  C’est l’idée que se fait la personnalité du « Je suis ». Tout ce que vous croyez à propos de vous-même et du monde, tous les concepts et les programmes que vous avez en tête, tout cela est le mitote. Nous ne pouvons voir qui nous sommes vraiment, ni même que nous ne sommes pas libres.

C’est pour cela que les humains résistent à la vie. Être vivant est leur plus grande peur. Ce n’est pas la mort, mais le risque d’être vivant et d’exprimer qui l’on est vraiment qui suscite la peur la plus importante. Être simplement soi-même, voilà ce que l’on redoute le plus.

Prélude à un nouveau rêve

Vous avez conclu des milliers d’accords avec vous-mêmes, avec les autres, avec le rêve de votre vie, avec les Elohim, avec la société, avec vos parents, votre conjoint, vos enfants… Mais les plus importants sont ceux que vous avez passés avec vous-mêmes. Au moyen de ces accords vous vous dites qui vous êtes, ce que vous sentez, ce que vous croyez, et comment vous comporter.

Le résultat est ce que vous appelez votre personnalité. Dans ces accords, vous dites : « Voilà ce que je suis. Voilà ce que je crois. Il y a des choses que je peux faire, d’autres non. Ceci est la réalité, cela est imaginaire ; ceci est possible, cela est impossible. »

Si vous voulez connaître une existence faite de joie et de plénitude ; il faut trouver le courage de rompre ceux de vos accords qui sont fondés sur la peur, et revendiquer votre pouvoir personnel. Les accords dérivés de la peur nous font dépenser énormément d’énergie, tandis que ceux découlant de l’amour nous aident à conserver cette énergie et même à en avoir davantage.

Chacun d’entre nous est né avec une certaine quantité de pouvoir personnel que nous reconstruisons chaque jour en nous reposant. Nous avons tout juste assez d’énergie pour survivre chaque jour, car presque tout notre pouvoir sert à respecter les accords qui nous maintiennent dans le rêve de la planète. Comment pouvons-nous changer le rêve de notre vie alors que nous n’avons pas le pouvoir de modifier le plus infime de nos accords ?

Si nous sommes capables de voir que nos accords dirigent notre existence, et si nous n’aimons pas le rêve de notre vie, alors il nous faut changer ces accords. Quand nous serons prêts à le faire, il existe quatre accords toltèques très puissants qui nous aideront à rompre les autres accords issus de la peur qui nous vident de notre énergie.

Chaque fois que vous rompez un accord, tout le pouvoir que vous avez mis à le créer vous revient. Si vous adoptez ces quatre accords toltèques, ils produiront suffisamment de pouvoir personnel que vous puissiez changer toute la structure de vos anciens accords.

Il vous faut une volonté très forte pour adopter ces quatre accords toltèques, mais si vous parvenez à commencer à vivre avec eux, les transformations qui s’opèreront dans votre vie seront étonnantes. Vous créerez un nouveau rêve : votre rêve de paradis personnel.

Don Miguel Ruiz

Que votre parole soit impeccable
Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle
Ne faites pas de suppositions
Faites toujours de votre mieux

27 réflexions sur “Être simplement soi-même, voilà ce que l’on redoute le plus

  1. Merci Elisabeth pour cet article. J’ai lu ce livre il y a quelques annés et je viens juste de réaliser sa portée il y a une semaine. Cela a été pour moi comme une révélation et tandis que je pensais ces accords difficiles à appliquer, il en est un qui s’est imposé de lui-même à moi parce que j’ai fait depuis peu du chemin dans mon moi intérieur. Cela a changé beaucoup de choses dans ma façon de percevoir certaines choses. Merci pour ces messages d’amour et de tolérance que tu distilles chaque jour. Je vais relire ces accords, on ne devrait jamais les oublier.🙂
    Gros bisous !

    J'aime

    • Voilà un témoignage bien précieux…
      Ton expérience montre combien lire les livres les plus sages n’est pas suffisant, il faut les porter en nous, les intégrer au plus profond, et cela ne peut se faire que grâce à ce cheminement. Et ce que nous croyons difficile devient possible, et c’est en effet comme une lumière qui s’allume.
      Merci à toi, tu permets juste que je retourne la gratitude pour tes écrits, j’espère que tu trouveras le temps d’en mettre d’autres car ton blog me manque.
      Mais si tu es trop prise, y compris par ce travail, qui ne date pas de peu, à mon avis, porte toi juste au mieux.
      Toute ma tendresse, Gaïa

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Elisabeth,
    Etre soi est primordial, mais…est-il vraiment toujours possible d’être soi ? !
    J’ai un doute, car nos obligations, nos relations à l’autre ne poussent ils pas à mettre un bémol sur notre personnalité ?
    Sachant aussi qu’il y a en communication une différence de perception entre l’émetteur et le récepteur tout ceci n’est-il pas de l’ordre de l’impossible ?
    Je dois te sembler fort négative ce jour, mais je cherche à cibler au mieux ma compréhension et cela me questionne Elisabeth.
    Belle journée à toi, cela même si le soleil nous boude sérieusement, le coquin…
    Tendres bisous

    J'aime

    • Tu n’es pas négative, chère Fanfan, tu te poses des questions et bien justes, en plus. Je dirais, que les personnes qui sont arrivées à être vraiment authentiques et en accord avec leur Soi profond (difficile à trouver, d’ailleurs car il évolue aussi) sont très rares, et que toutes ces contraintes que tu évoques nous obligent à faire des concessions et à composer avec nos relations.
      Mais la notion du « compromis acceptable » celui où, sans blesser l’autre, nous restons tout de même fidèles à nos valeurs essentielles me semble la mieux adaptée. Et l’accord « faites toujours de votre mieux » nous y aide grandement.
      Ce n’est pas impossible, juste difficile mais cela n’est pas nouveau🙂
      Gros bisous et garde le sourire, le soleil finira par revenir

      Aimé par 1 personne

      • Bonjour Elisabeth,
        Merci de mettre au clair cela. Je ne pouvais argumenter car cela était brouillon pour moi. J’aime beaucoup ta façon de démêler ma pensée. Je suis entièrement en accord avec toi maintenant ma chère Elisabeth. Merci !
        Je te souhaite une très belle journée et t’embrasse tendrement

        J'aime

  3. Comment appliquer ces accords quand le mitote nous empêche de voir lucidement ? Ils paraissent simples, ce qui ne veut pas dire facile à faire. J’ai ces accords en tête et en coeur depuis que je les ai lus mais je n’y arrive pas toujours. Je me sens tellement désolée et frustrée quand je blesse quelqu’un, alors que je croyais avoir pris soin d’avoir une parole impeccable. Merci pour cet article de rêve Elisabeth🙂

    J'aime

    • Je dirais juste : « Faites toujours de votre mieux » et surtout, sans culpabiliser ni se juger, nous sommes humains et avons droit à l’erreur, d’autant qu’elle est involontaire. Tes intentions sont bonnes, tu as ces accords dans ton cœur, et avec une pratique consciente, le voile du mitote se déchirera peu à peu, Elisa

      J'aime

    • Je suis bien d’accord mais pour arriver à être soi il est nécessaire de discerner les propositions de sens qui correspondent à la vérité profonde que nous mettrons à l’œuvre dans notre vie. Il s’agirait donc, non de ne plus penser ou de tourner en rond dans les questions stériles du mental mais de penser bien, se nourrir de sens

      Aimé par 1 personne

  4. les quatre accords toltèques un des livres avec le cours en miracles qui fut un tournant dans ma vie , un de ceux qui change notre façon de penser et de voir ,quatre accords que de plus en plus je pratique , ces quatre accords de plus en plus sont dans mon quotidien avec avec la méthode ho’oponopono.
    tendresse

    Aimé par 1 personne

    • Comme je te comprends car ils sont si merveilleusement simples dans leur formulation, bien que difficiles à pratiquer au quotidien. Mais en les appliquant, en conscience, ils contribuent à notre évolution, comme le Hoʻoponopono, que j’adore également.
      Toute ma tendresse, Jeanne D’arc

      Aimé par 1 personne

  5. Bonsoir Elisabeth,
    J’aime le parallèle entre le rêve et la peur. La notion que le rêve même (celui en quelque sorte imposé par la société au fil des ans) suscite aussi une peur latente m’a paru surprenante de primes abords. Par contre à la lecture de l’article, je comprend mieux et j’abonde dans le même sens. Ainsi nos propres accords nous limitent.
    Il fait bon réfléchir à cet état de fait. Si on en prend conscience, on saura trouver des avenues libératrices pour alléger nos peurs.
    Mes amitiés sincères

    J'aime

    • La notion du rêve est utilisée dans le sens de l’illusion, d’une « création » qui pourrait s’approcher de l’inconscient collectif de Jung, dans ce qu’il contient de peurs et de limitations, donc il n’est pas étonnant que tu sois surpris de prime abord.
      Comme à être prêt de conscientiser le poids de ces accords pesants et dessiner « des avenues libératrices pour alléger nos peurs », comme tu le dis de si belle manière.
      Merci, Kleaude et douce soirée

      J'aime

  6. oui la peur mène nos vies, nos rêves , elle en brise tant ! notre conscient et notre inconscient en sont encombrés depuis notre enfance , pffft quelle tristesse !
    bon , bonne soirée Elisabeth sans peur ni reproche🙂

    J'aime

    • Abandonner le rêve du monde, certes mais ensuite, il faudrait s’entendre sur ce que tu définis par ce terme, Pierre car si le Nagual est un état du monde qui ne correspond à aucune conception humaine, cela devient une notion trop difficilement appréhensible, et qui peut mener à bien de dérives de certains prétendus chamans.
      Je ne suis nullement une experte dans ce domaine, j’aime juste l’approche de Castaneda qui relie connaissance et action, afin de les rendre opératifs. Dans le sens de ce qui fonctionne et nous aide dans la vie quotidienne, loin des théories désincarnées et trop New Age.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s