Monté aux cieux

Après avoir confessé la résurrection du Christ, le Symbole de la foi poursuit avec ces mots : « Qui est monté aux cieux et siège à la droite du Père ».

Giotto Scrovegni Ascension

Qu’entendons-nous par l’ascension du Christ au ciel ? Il est particulièrement important de nous arrêter sur le sens de ce terme que les détracteurs de la foi commentent sans scrupule : selon eux, les chrétiens ont conservé une vision primitive d’un ciel pour ainsi dire « physique », en quelque sorte un lieu dans l’univers où siège Dieu.

En réalité, cette approche n’a rien de commun avec la signification et la perception chrétienne du mot « ciel ». Évidemment, le terme a été emprunté à la symbolique courante, répandue dans toutes les cultures, et en ce sens il faut l’analyser par analogie avec des mots tels que « haut » et « bas », « large » ou « étroit » etc. Car lorsque nous disons d’une action qu’elle est « basse » ou que nous parlons d’un « haut fait », il est évident que l’on ne parle pas de situation spatiale, mais qu’il s’agit d’une estimation morale et spirituelle de ces actions.

Ainsi le mot « ciel », dans le langage de presque tous les peuples, avait en plus de son sens « naturel », une signification symbolique, spirituelle : il renvoyait à quelque chose de grand, de pur, d’illimité. Dans ses représentations originelles du monde et du cosmos l’homme prenait ce symbole à la lettre. La cosmologie primitive divisait l’univers en trois parties : le ciel, la terre, l’enfer. Tout naturellement, ce qui était sain, divin, élevé se trouvait au ciel, tandis que ce qui était mauvais, coupable, terrifiant se situait en enfer.

Dans notre expérience physique du monde, le ciel est un « élément » splendide, lumineux, éthéré. Mais cette cosmologie n’a aucun rapport avec le christianisme, comme l’attestent les paroles de l’apôtre Paul qui appelle les chrétiens à « penser à ce qui est dans les cieux et non pas à ce qui est terrestre », ou encore comme dans cette exclamation de saint Jean-Chrysostome : « que me vaut le ciel puisque je deviens moi-même ciel ? »

Ainsi, toute tentative pour accuser les chrétiens de primitivisme ou de superstition naïve et anti-scientifique dans leur usage du mot « ciel » est une démarche non seulement inadéquate, mais malhonnête.

Or ce mot, ce symbole, a, sans aucun doute une signification capitale dans la foi chrétienne. Il suffit de se reporter au récit de la Genèse. La Bible s’ouvre sur ces mots : « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre ». Le ciel, pour les chrétiens, n’est pas un autre monde mais une réalité qui lui est inhérente : il est, en quelque sorte, sa dimension verticale, spirituelle. Le ciel représente la pureté, la grandeur : c’est ce que le christianisme appelle chez l’homme son esprit, son âme.

Les incroyants, les matérialistes nient l’existence de toute réalité spirituelle ici-bas. Pour eux, tout s’explique en partant de la matière, de lois purement physiques, impersonnelles.

Pour un croyant ce n’est pas la terre, la matière, qui permet de comprendre le ciel, mais inversement le ciel qui révèle la terre et ce qui est terrestre, et qui donne un sens à la vie. Selon la foi chrétienne, l’homme créé à « l’image et à la ressemblance divine » est le réceptacle du ciel sur terre. Il a été doté de raison, possède une conscience : par conséquent, il a le pouvoir d’accéder à la connaissance et de discerner le bien.

Il est pourvu d’un esprit, et a donc la possibilité de concevoir la beauté, la perfection. Mais l’homme dans sa liberté, peut se détacher de ce qui est céleste en lui, et décider de vivre uniquement de ce qui est terrestre, ou pour parler en termes imagés, il peut abaisser son regard, diriger sa vision spirituelle et son cœur vers le bas. C’est cela que le christianisme appelle le péché, la chute.

Le christianisme croit et affirme que le Christ est venu nous sauver précisément du péché, de cette chute, de cette rupture avec le ciel.

Par sa venue dans le monde, par son « incarnation », le Christ nous a de nouveau révélé « le ciel sur la terre », une manière de vivre tournée vers le haut, vers Dieu, c’est-à-dire vers tout ce qui est pur, sublime, bon, vrai et beau, vers tout ce que l’homme avait rejeté dans sa volonté de réduire la vie aux seules réalités terrestres.

Le Christ nous a fait découvrir le ciel, Il nous a indiqué que le sens de la vie doit être une élévation, une ascension, une force, une vérité. Il a rempli non seulement toute la terre de la perfection céleste, mais aussi l’enfer, pour reprendre la symbolique primitive.

Le Christ est descendu sur terre. Il est descendu aussi dans la mort. Mais avec le Christ, en Lui, le ciel fut restitué à l’homme dans sa mort comme dans sa vie. Il lui fraya le chemin de la victoire sur tout ce qui est uniquement terrestre et qui devait s’achever  sur les ténèbres désespérantes de la mort.

Ayant tout accompli, le Christ « est monté aux cieux ». Cela signifie que dans le Christ l’homme est associé à la vérité céleste : il retourne vers Dieu, vers la connaissance de Dieu, vers l’unique et véritable vie éternelle. Chaque fois que nous affirmons dans le Symbole de la foi qu’ « Il est monté aux cieux » nous parlons non seulement du Christ mais aussi de nous-mêmes.

Si nous croyons en Christ, si nous sommes avec Lui, alors nous aussi nous sommes au ciel, ou du moins, notre foi, notre esprit, notre amour sont dirigés vers le ciel, vers le Christ, vers Dieu. Nous percevons le ciel comme notre vie véritable et dès lors notre vie terrestre devient riche de sens, se remplit de joie car en Christ elle s’est élevée et s’est transformée en une ascension. 

Alexandre Schmemann
Vous tous qui avez soif, Entretiens spirituels, Paris, YMCA-Press/F.X. de Guibert, 2005
http://vivrecestlechrist.hautetfort.com/

 

26 réflexions sur “Monté aux cieux

  1. Il est vrai que le signification profonde de ces termes est difficilement explicable par le logos qui n’est que rationaliste et par là-même ne peut exprimer le sacré. Cela me rappelle les textes hiéroglyphiques qui on plusieurs sens, sens commun du sens commun au sens sacré compréhensible par les initiés. C’est donc « au cerveau droit » qu’il faut faire appel pour appréhender les connaissances du ciel et la seule traduction possible l’est par des termes imagés ou allégoriques qui éveillent ce sens sacré. Si on s’enferme dans un matérialisme, on ne peut partager et comprendre cette connaissance du spirituel et du sacré. Merci Elizabeth pour ce partage du ciel auquel j’aspire.

    J'aime

    • Il est vrai que réduit à la simple, voire simpliste signification profane, ce terme n’évoque rien pour l’homme qui se contente de l’horizontalité de sa vie, alors que de tout temps il est appelle à s’accomplir dans sa verticalité.
      Merci à vous, Jean-Michel pour cette belle aspiration au véritable Ciel

      J'aime

  2. C’est le problème des textes anciens religieux ou laïques, certains mots ont évolué et ne veulent plus dire exactement la même chose, bien que toujours écrite de la même façon.

    Aimé par 1 personne

  3. Il est des journées où il est possible de nous sentir pousser des ailes et d’autres où nous sommes au fond du trou ! Les premières sont tellement plus agréables que les secondes. Chercher à s’élever, corps et âme, quelles que soient nos croyances, quel beau projet à vivre. Merci pour ce partage Elisabeth. Très beau we🙂

    J'aime

  4. Merci de nous rappeler à cette belle spiritualité.

    Élevons notre esprit,
    ça fait toujours un grand  » bain de sérénité  »
    si essentiel dans ce monde agité.

    Passe un doux week-end.

    J'aime

  5. Bonsoir Elisabeth,
    Vraiment intéressant ces variantes de la notion du « ciel ». J’ai toujours eu du mal avec cette perception. Cet article m’éclaire d’avantage sur la portée du terme ciel.

    Mes amitiés sincères

    J'aime

    • Alors, j’en suis ravie car indépendamment de nos croyances, cette notion de verticalité que recherche l’Homme, a toujours été présente dans toutes les civilisations. Comme le désir de se relier à la Source, quelle que soit la signification que l’on lui donne.
      Amitiés, Kleaude, et belle fin de semaine

      Aimé par 1 personne

  6. Merci Elisabeth ….!

    Ciel, terre, enfer….trois états qui font partie de l’Humain …et nous voyageons
    parfois, d’un état à l’autre …!
    Cet article exprime ce que parfois je ne peux exprimer à mes proches …!
    Les mots sont parfois si importants ….ceux-ci me touchent profondément…
    Non seulement par leur simplicité et leur justesse , mais parce que j’y adhère
    en mon âme…Ma foi en Christ est …est…inébranlable ….oui…voilà le mot….
    Je ne cherche plus de nouveaux moyens de vivre ma spiritualité …et Dieu sait
    que j’ai participé à tellement d’ateliers de croissance, de consultations …etc….
    Ma seule voie à présent est le Christ …!
    Je ne cherche même plus à être digne de Lui…je me laisse juste aimer par Lui …telle
    que je suis …C’est mon Ciel …!

    Tendresse et Gratitude …
    Manouchka

    Aimé par 1 personne

    • Je pressentais que tu aimerais cet article car il parle de la Foi véritable, et surtout de la façon de l’incarner au quotidien, d’une manière simple mais si juste.
      Oui, tous ces états sont en nous et nous les activons, ayant encore besoin de descendre dans nos enfers, pour mieux incarner ce Ciel sur Terre.
      Tu me fais penser à Charles Rafaël Payeur, ce prêtre de chez vous que j’admire tant, et qui lui aussi a beaucoup exploré, avant de revenir à la source du christianisme, qu’il enseigne de si merveilleuse façon.
      Tu n’as pas besoin d’être digne, puisque, comme le Christ, tu es l’enfant du Père et tu sais que nous sommes aimés au-delà de tout, inconditionnellement.
      Merci à toi, et toute ma tendresse, Manouchka

      J'aime

        • Oui…J’ai lu sur lui …Tu en avais déjà proposé la lecture dans un précédent article et j’y suis allé…Contrairement à lui, je n’ai jamais pratiqué d’autre religions que celle de la Foi Chrétienne…Mais je n’éprouve plus le besoin d’aller à l’église pour me sentir près de Dieu et communier à Lui….Mais je dois dire que l’ambiance du lieu me touche toujours autant …J’y travaille encore pour des contrats de chant pour les mariages et funérailles …!

          Merci ma belle
          Bon weekend

          J'aime

          • J’étais quasi-certaine de t’en avoir parlé🙂
            Pas besoin d’aller à l’église pour trouver Dieu mais l’ambiance des cathédrales, bâties dans les règles de l’art, est faite pour y trouver une belle énergie et je regrette les vraies messes car justement, comme l’explique Payeur, elles sont un véritable moment de communion, dans tous les sens. Surtout quand elles sont accompagnées par les voix célestes…
            Tendresses et doux week-end, Manouchka

            Aimé par 1 personne

            • Oui..ces messes que tu nommes  » vraies  »….je vais à l’Abbaye St-Benoit du Lac, où nous pouvons assister à la messe en grégorien…chantée par les Moines Bénédictins…SUBLIME …!
              Je me réjouis toutefois que Vatican II , ait changé la liturgie austère en celle plus près des gens …j’approuve cette pédagogie qui enfin permet à l’assemblée de participer et aussi de comprendre les textes français…La nouvelle liturgie pour la préparation des jeunes aux premiers sacrements est beaucoup plus près de la vérité qu’elle l’était à l’époque…Dieu merci, on évolue …!

              Doux weekend à toi aussi Elisabeth …
              Tendresse

              J'aime

              • Ce n’est pas tant une question de la langue que de toute la symbolique et du rituel qui ont été abandonnés avec ces changements, puisque la messe ancienne avait une profonde signification et elle véhiculait une énergie, perdue depuis. Payeur en explique merveilleusement bien le sens mais c’est un long débat…
                Et si ces modifications te correspondent, c’est l’essentiel, d’ailleurs, je ne connais pas les nouvelles préparations.
                Tendresses, Manouchka

                Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s