S’insérer dans le flux de la vie

Flux de la vie

Il n’y a rien que le moi puisse faire, si ce n’est s’insérer dans le flux de la vie, accueillir le mouvement, consentir au changement. Dans ce lent processus d’effacement, il s’allège du poids des désirs innombrables après lesquels il court et qui ne donnent à l’existence que le sens qu’amène leur satisfaction.

Car c’est cette entité en perpétuelle attente de plaisirs qui fait paraître les événements agréables ou douloureux en fonction de ses aspirations et qui crée les réactions émotionnelles en corrélation.

La voie des désirs – y compris celui de se débarrasser de l’ego – est la même que celle de la souffrance.

Tout est lié : nos souffrances sont centrées sur le moi et sa recherche permanente de plaisirs, sur cette image que chacun de nous crée de peur de n’être rien. Il nous faut découvrir qui est ce moi, suivre ses méandres compliqués, pénétrer ses voies contradictoires, comprendre que sa poursuite sans fin de tant de désirs est la quête dramatiquement faussée du sens véritable de la vie.

Aussi longtemps que nous construisons notre existence autour de la recherche et de la jouissance de plaisirs sensuels, matériels et spirituels, nous souffrons.

Si nous parvenons à comprendre qui est ce paquet de souvenirs qui s’accroche aux expériences agréables et donne vie à toutes les projections, la souffrance se dissoudra d’elle-même.

Observer et comprendre ce moi revient à découvrir les racines de la souffrance.

Elles ne sont pas à rechercher à l’extérieur, contrairement à ce que nos habitudes mentales nous poussent à faire. La souffrance vient du moi, c’est lui qui est à l’origine de cette manifestation.

Même si nous sommes persuadés que nous sommes innocents chaque fois que nous souffrons, même si nous croyons que nos tourments sont apportés par les expériences désagréables qui surviennent dans notre destinée, la souffrance ne vient jamais de l’extérieur.

Aucun dieu, aucune religion, aucun enseignant spirituel ou psychothérapeute ne peut donc nous en libérer. La souffrance disparaît d’elle-même lorsque le moi, ce centre qui se condamne lui-même aux tourments en refusant obstinément tout ce qui peut contrarier ses désirs, est compris.

Tant que tu ne te libéreras pas de ton vouloir, tu auras beau fuir, tu retrouveras partout obstacles et inquiétudes , dit Maître Eckhart.

Extrait de Déraciner la souffrance de Nicole Montinéri

http://www.laconscience-espace.com/index_fr.html

22 réflexions sur “S’insérer dans le flux de la vie

  1. Il est deux désirs que je ne renierai jamais, c’est celui de l' »attrait » de la vie ( l’instinct de vie des psychanalystes ? ) et celui de l’aspiration vers ce qui dépasse la condition humaine. La vie est si précieuse … Le mystère de Dieu si « honorable » ( puis-je le dire ainsi ?). Ces deux désirs m’ont sauvée ; ont-ils aussi sauvé tous ceux qui ont choisi la vie ? je ne sais pas. Gratitude et respect;

    J'aime

  2. Bonjour Elisabeth,

    Cet article est très juste et me fait penser à la notion de « responsabilité » qui fait tant peur à bien des personnes. Je pense également que chacun d’entre nous est responsable de sa vie. S’il est très facile de s’attribuer la responsabilité de ses succès, il l’est moins d’accepter aussi que les échecs/souffrances sont également de notre fait, du moins en partie.

    Il y a toujours une peur à la racine de chaque souffrance et de chaque échec. Nous sommes souvent nos propres saboteurs. En prendre conscience est le premier pas vers la libération, puis la liberté de choisir un autre chemin.

    Aimé par 1 personne

    • Merci, Scarlett pour ce bel et lucide constat, d’autant plus émouvant qu’il te vient de ton expérience si difficile…
      Sortir du rôle de victime, assumer les conséquences de nos actes et admettre que nous nous attirons bien des épreuves, est en effet de notre pleine responsabilité.
      Sans culpabiliser, en étant conscients de nos auto-sabotages et de cette peur, qui, si elle est bien vue et reconnue ouvre la voie vers la libération

      Aimé par 1 personne

  3. Bonsoir Elisabeth,
    S’insérer dans le flux de la vie…. Ce titre me parle tellement. Je pense que le plus beau cadeau qu’on puisse se faire est de s’offrir ça… et permettre à notre ego de se légitimer telle qu’elle est….ni plus..ni moins…lui accorder sa place en fait… la rassurer…. L’égo en déséquilibre se croira toujours obligée d’aspirer à autre chose…Il faut la préserver de soi pour s’accorder la paix de l’âme…

    Mes amitiés sincères

    J'aime

    • Se préserver de l’ego et le rassurer, c’est si bien dit, Kleaude…
      Car en effet, tant qu’il tiendra les rênes, nous serons toujours tiraillés, insatisfaits et incapables de laisser la Grande Vie passer à travers nous.
      Merci pour cette belle lecture du texte et toutes mes amitiés.

      J'aime

  4. Bonsoir Elisabeth,
    Oui, je suis en total harmonie avec cette publication😉
    Je souhaite que celle-ci puisse enfin alléger d’autres, j’ai fais suivre celle-ci d’ailleurs en espérant que cela servira.
    Beaucoup des personnes qui m’entoure pensent normal de subir la souffrance puisqu’elle est le fruit de l’autre, plus encore ceux-ci pensent qu’ils ne peuvent rien modifier, quelle tristesse…
    Lorsqu’on a acquis ces données que Nicole Montinéri décrit si bien, la vie est bien plus légère, car nous ne faisons plus équipe avec la souffrance😉
    Belle et douce soirée Elisabeth, ainsi qu’une douce nuit avec plein de doux bisous

    J'aime

    • Je l’espère aussi car tu as si bien décrit ces personnes qui « font équipe avec la souffrance »…
      Certes, la haute compréhension de cette dame n’est pas facilement accessible mais elle apporte une si belle lumière.
      Merci pour ton cœur grand ouvert, Fanfan et tendres bisous

      Aimé par 1 personne

  5. Super !!! ….
    J’ai particulièrement apprécié cet article Elisabeth …qui tombe à point …
    Je me demandais ce weekend pourquoi j’étais si fatiguée …
    Quand j’ai regardé ma liste de tâches ….j’ai compris …( sourire ) ….
    Ce matin je la révise …pour en alléger le temps de fin de tâche …Ouf …Je respire !

    Bonne journée chère amie …et Merci !
    Tendresse
    Manouchka

    Aimé par 1 personne

    • Nous nous mettons tant de pressions inutiles, sommes souvent trop exigeants envers nous, alors que faire des choses par désir, envie, en restant souples et en épousant le mouvement de la Vie est non seulement tellement plus aisé mais les rend bien plus faciles.
      Allégeons donc !
      Tendresses, Manouchka

      Aimé par 2 people

    • Nicole Montinéri souligne très justement que « La voie des désirs – y compris celui de se débarrasser de l’ego – est la même que celle de la souffrance ».
      Alors, bien sûr que l’ego restera toujours, et loin de moi les théories en cours qui veulent le tuer… juste le remettre à sa bonne place, comme la reconnaissance de sa valeur

      Aimé par 3 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s