La tranquillité, libre de toute pensée

Panthère

N’essayez jamais d’arrêter les pensées. Votre nature réelle, la tranquillité, n’est pas dans l’absence de pensée, c’est la source même de la pensée et de la non-pensée. Toutes les techniques stoppant le mental font partie du devenir, de la réussite, du mental lui-même.

Prenez note simplement de ces moments où les pensées s’arrêtent. Accordez plus d’importance à ces moments. Lorsqu’on lui permet de faire cela le mental se met automatiquement à fonctionner, à agir, à se reposer correctement au moment approprié.

Le corps est fondamentalement en bonne santé, et possède une mémoire organique. Si nous ne la perturbons pas, il se prend lui-même en charge. Lorsqu’il n’y a rien à faire, lorsque aucune situation ne requiert la mémoire fonctionnelle et que la mémoire psychologique est en suspension, alors on est dans la tranquillité, libre du passé, du présent et du futur.

Cette tranquillité est autonome vis-à-vis de toute mémoire, individuelle ou collective. C’est la source de l’activité. La pensée créative ne peut surgir de cet arrière-plan que libérée de l’empêchement de l’ego.

Devenez plus conscient du moment où une pensée, une activité touche à sa fin. Vivez en identité avec ce moment. Vous sentirez l’ego chercher une nouvelle pensée afin de poursuivre son existence. Il est incapable de survivre sans le combustible de la relation sujet-objet.

Lorsque vous êtes libre de l’image du Soi, votre pensée n’est qu’un véhicule occasionnel. Lorsqu’il n’y a rien à penser, vous ne pensez pas. La pensée continue est une défense, une forteresse pour l’ego, rien d’autre. Habituez-vous dans la vie quotidienne à regarder les situations sans l’intervention du « je » et de ses désirs, aversions, résistances, préférences, etc. Maintenez ce regard sans motif et vous découvrirez que lorsque l’observateur et l’observé ne sont plus alimentés, ils disparaissent.

Vous vous trouverez alors dans le regard même. Ce regard simple libéré, de celui qui fait et de ce qui est fait, est la conscience éternelle, l’arrière-plan de toute activité.

Cela semble demander une vigilance énorme de maintenir ce regard et cette exploration de façon à ne pas être pris par des facteurs secondaires comme les sentiments, les états et les pensées. Il n’y a pas d’effort dans le fait d’être vigilant. Acceptez le fait que l’état naturel du cerveau soit l’attention, la vigilance, et détendez-vous dans cette acceptation.

Elle vous amènera dans une nouvelle dimension. Soyez comme les animaux sauvages qui sont parfaitement vigilants sans référence à aucune image de soi, passée ou future. Le corps naturel est aussi éveillé qu’une panthère. La vigilance n’est pas une action, c’est une réceptivité.

Jean Klein , Qui suis –je ? La quête sacrée, Éditions Le Relié

 

 

18 réflexions sur “La tranquillité, libre de toute pensée

  1. L’article est plus que top, merci Elisabeth🙂

    Je vais juste en dégager 1 élément (car sinon on en a pour des lustres à en parler….😉 ) :
    « La pensée créative ne peut surgir de cet arrière-plan que libérée de l’EMPECHEMENT de l’ego. »

    J’ai pu faire l’expérience à plusieurs reprises… que la « créativité » pure est complètement (allez soyons justes…) à 90% hors de tout contrôle de l’égo. Et la créativité coule comme une rivière sans heurts.
    Dès que l’égo remet son « grain de sel » et allez c’est parti! Le castor arrive et fout des barrages partout : on doute, on corrige, on édulcore ou le contraire! Je parle pour tous les domaines : artistiques, techniques, etc. et la créativité pour sa vie perso aussi, faut pas l’oublier celle-là)🙂

    Et à ce moment là, si on est vraiment honnête avec « soi », on doit reconnaître que ce n’est pas le « JE » qui a réellement créé…. Question : qu’est-ce qui créé ?….😉
    Alors là en général ça ne plaît pas à l’ego!!😀 Ceci plus ou moins suivant la force de ce dernier (le fameux « amour propre ») . L’ego devrait simplement se contenter de sa place de moteur pour « faire » (le côté pratique des choses, y basta!), c’est pas lui qui créé!!
    A titre perso, j’adore cette sensation, ce moment de création, plus ou moins long, où justement ce n’est pas « moi » qui « agit ». Après, il faut juste driver le cheval fou que peut être un ego, pour juste, je dis bien juste, mettre un peu les choses en ordre, pas trop….😉 Cause toujours des fois!😆

    J'aime

    • Merci à toi, Catherine pour cette si juste et drôle analyse. Tu as raison, l’ego est à dompter car il veut toujours faire à sa guise, alors quand c’est cette « chose » mystérieuse qui alimente notre créativité, tout coule de source.
      Et l’équilibre entre le côté pratique et l’élan pur est si bien compris aussi… comme la nécessité d’être honnête avec soi

      Aimé par 1 personne

  2. [Maintenez ce regard sans motif et vous découvrirez que lorsque l’observateur et l’observé ne sont plus alimentés, ils disparaissent.]… [La vigilance n’est pas une action, c’est une réceptivité.]
    C’est le moment où l’on devient très réceptif, car à l’écoute simplement, ouvert à la Vie, capable de ressentir « intuitivement », apaisé et en harmonie.

    J'aime

  3. Bonjour Elisabeth,
    Une publication qui devrait nous permettre un début de libération de notre pensée. Il m’a fallu y revenir à plusieurs reprises pour la comprendre parfaitement…
    Je me demandais si le faite de prendre de l’âge et donc de l’expérience ne créer pas cela. Plus jeune je ne connaissais pas cela, la jeunesse est son innocence est légèreté. Qu’en penses tu Elisabeth ?
    En attendant, je te dépose quelques notes bien légère justement et te souhaite une très belle journée !

    Doux bisous

    J'aime

    • Comme je répondais à Polina, je relis moi-même, alors merci pour cette lecture, pas facile…
      Se libérer de nos pensées est mission impossible, puisque le mental est programmé pour, nous pouvons donc juste ne pas « pédaler à vide » sans cesse mais apprendre à les observer et en prendre conscience.
      Toutes les jeunesses ne sont pas insouciantes, comme l’âge ne garantit rien par lui-même, tu es bien placée pour savoir que certaines personnes refusent d’évoluer et se rigidifient dans leurs postures.
      Mais tu as raison, ça aide… si nous y travaillons, ça non plus, ça n’a pas changé🙂
      Merci pour la légèreté, Fanfan, et tendres bisous

      J'aime

  4. Le seul truc que je connaisse pour ‘cesser de penser’ vraiment, c’est prendre mon appareil photo et m’immerger avec quelque part, là tu es juste l’instant et ta pensée suit le beau c’est tout et c’est tout cool bises

    J'aime

  5. Bonjour Elisabeth,
    Laisser son esprit libre de vagabonder…. lui laisser son autonomie sans la restreindre…lui permettre de nous surprendre…lui permettre d’être…..
    Voilà l’état de grâce à s’offrir….

    Mes salutations

    J'aime

  6. J’ai du lire à deux fois pour saisir la profondeur du message… Peut-être est-ce que je pensais trop au moment de ma lecture ? Sans aucun doute😉. Apprendre à observer en se débarrassant de l’ego, voilà une belle leçon de contemplation que tu me donnes.

    J'aime

    • Chère Polina, j’aimerais tant avoir la profonde légèreté de ta merveilleuse plume mais voilà, l’envie me prend souvent de publier les articles que je dois relire plusieurs fois aussi🙂
      Nous pensons tous trop, toujours identifiés à nos petits moi, qui ne seraient pas un obstacle, s’ils ne nous empêchaient pas de nous en extraire dans ces moments d’arrêt.
      Mais je sais que tu es parfaitement capable de vivre ces moments de contemplation pure…

      J'aime

  7. Un « regard sans motif ». C’est ce qu’il y a de plus dur à « faire »… Cela étant dit, les plus belles idées, celles qui arrivent en toute créativité, naissent souvent de l’ennui où l’esprit vagabondait sans but. Après ces semaines éprouvantes, je m’y remets dès demain. Merci Elisabeth pour ce partage🙂

    J'aime

    • Est-ce de l’ennui ou plutôt une sorte de relâchement de la pensée qui n’est plus fixée sur quelque chose de précis mais elle vagabonde, un peu vers cette frontière où il n’y a plus d’efforts ?
      Désolée pour tes semaines éprouvantes et belle période de créativité, Elisa

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s