Archives de tags | Évolution des consciences

Et ce fameux sens de la vie, alors…

échelle

Attention, je ne me lance pas dans de grands discours philosophiques, métaphysiques ou existentiels, je vous propose juste quelques pistes, outils et exercices pratiques.

Après avoir renoncé à trouver cette fameuse mission, reprenons le postulat que la vie est une grande école où tout être est appelé à travailler sur soi pour réaliser son plein potentiel.

Mais nombreux sont ceux qui tels des robots, avancent, sans savoir pourquoi. Rien ne les attire ou ne les motive et ils se contentent juste d’exister.

Ou encore, il y a des personnes qui se battent avec la vie, et en élèves rebelles, refusent d’apprendre les leçons qui leur sont proposées. Ils rejettent leur destinée et trouvent tous les moyens détournés pour la fuir.

D’autres la subissent, parfois, en espérant secrètement qu’elle s’achève au plus vite.

Sans en faire une sorte de quête du Saint Graal, nous pouvons néanmoins nous connecter constamment à ce qu’il y a de plus fort, de plus grand, et de plus noble en nous :

  • En retrouvant nos rêves d’enfance
  • Définissant nos passions, ce qui nous motive, ce que nous faisons avec joie
  • En nous inspirant des personnes que nous admirons

Pour bien le mettre à jour il existe un bel outil :

La baguette magique

Imaginez que vous la possédez et que, grâce à elle, vous pourriez modifier des choses dans les domaines de votre vie qui ne vous satisfont pas.

Que changeriez-vous ?

  • Quelle serait la plus haute vision de vous-même, quelle contribution pourriez-vous apporter au bien commun, quel héritage désireriez-vous laisser à vos descendants
  • Votre rêve le plus fou, le plus ambitieux. Sans y mettre aucune limite
  • Qu’est-ce qui rendrait votre vie riche et pleine de sens 
  • Si tout était possible, que choisiriez-vous de faire 
  • A quoi ressemblerait votre vie idéale ? Que voudriez-vous avoir accompli ?

Stephen Covey, en introduction de son livre Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent, propose un autre exercice. Certains risquent de ne pas le trouver drôle… car il s’agit de s’imaginer à son propre enterrement…

Vous regardez avec détachement ceux qui y sont présents, vos proches, vos amis ou collaborateurs.

Choisissez trois personnes qui sont significatives pour vous et entendez-les prendre la parole.

Que disent-ils ? En quels termes et par quels traits de votre personnalité vous évoquent-ils ? Quels souvenirs avez-vous laissé ?

Demandez-vous ensuite ce que vous aimeriez qu’ils expriment… Comment voudriez-vous que ces personnes se rappellent de vous ? Quel discours aimeriez-vous que chacun prononce ?

Et comparez les deux…

En relevant les points sur lesquels les écarts sont les plus importants car c’est à ceux-là que vous devriez vous consacrer prioritairement, en vous fixant des objectifs concrets.

Et c’est ainsi que vous vous donnerez toutes les chances de devenir vraiment l’homme ou la femme que vous voulez être.

En rétablissant vos priorités entre carrière, famille, couple, en vous concentrant sur l’essentiel.

Ainsi, vos petits manques n’auront plus tant d’importance.

Vous y gagnerez de l’assurance dans la vie et vous ferez de meilleurs choix.

Car il arrive que l’on se leurre soi-même et que certaines sphères que nous pensions secondaires ne le soient finalement pas.

Ces interrogations, loin d’être morbides conduisent à faire un bilan de sa vie, à reprendre contact avec ses valeurs profondes, voire à se donner l’impulsion nécessaire pour changer.

L’exercice agit également sur l’estime de soi, puisqu’il donne confiance en notre capacité de « créer » celui que nous désirons devenir.

Et la volonté de faire de notre mieux.

Il est bon de le refaire, surtout aux tournants de notre vie.

Vivre en accord avec ses valeurs

Les connaître et respecter, c’est faire un pas vers l’être entier. C’est affirmer qui nous sommes mais surtout agir en fonction de ce que en quoi nous croyons et ce qui nous semble essentiel au plus profond de nous.

Pour ne pas se laisser égarer par un quelconque bénéfice immédiat au détour de la vie.

Mettre par écrit ce que vous vous assignez comme objectifs, ainsi que les étapes qui y conduisent, vous aidera à les appliquer d’une façon concrète.

Cette « feuille de route » évolue régulièrement, se précise, se réajuste et s’affine.

La relire nous permet de voir si ce que nous avons décrit est toujours vrai, par la résonance intérieure avec ce qui fait « chanter notre cœur », ce qui nous fait « vibrer », nous donne l’envie de nous lever le matin, nous remplit de joie, d’enthousiasme, d’énergie.

« À quoi bon grimper plus rapidement à l’échelle pour réaliser qu’elle s’appuie sur le mauvais mur ? »

Nous rappeler cette phrase, d’une justesse rare, nous donne le recul nécessaire pour réaligner notre vie.

Stephen Covey, qui en est l’auteur, donne dans Priorités aux priorités d’autres outils, notamment, en parlant de la montre et la boussole. La montre, étant le temps linéaire, qui passe inexorablement mais que nous pouvons apprendre à utiliser au mieux, en gérant nos engagements, nos activités et nos obligations.

La boussole indiquera la bonne direction, nous guidera vers nos buts véritables, vers ce qui fait réellement sens pour nous.

Lorsque le décalage entre les deux devient trop grand, il est important de voir que ce à quoi nous nous affairons n’est plus au service de ce qui nous nourrit vraiment à l’intérieur.

Cet écart peut générer des sentiments de vide, de  confusion ou de  culpabilité, qui indiquent que nous nous nous sommes égarés en chemin.

Et qu’il est nécessaire d’en prendre conscience mais sans les alimenter.

Comme lâcher le passé, faire le deuil de nos regrets, nos erreurs, et nous libérer de tous les conditionnements ou attentes qui nous ont été inculqués par nos parents, l’éducation, la société. Mais aussi de nos propres désirs « de grandeur »…

Pour trouver son identité propre. Et l’affirmer.

Grandir en conscience, se respecter, entretenir des relations bienveillantes mais sans laisser les désirs des autres devenir un parasitage nous empêchant d’écouter les nôtres.

Savoir dire « non », pour que notre « oui » soit authentique.

Garder et exprimer notre gratitude, notre reconnaissance envers tout ce que la vie nous apporte.

Et surtout l’envie de se réaliser sur le chemin, celui qui ne finit jamais…

Pour ne plus jamais avoir l’impression de passer à côté de sa vie.

Pourquoi le développement personnel c’est du grand n’importe quoi

Développement personnel 2

  • Je vais encore moins bien depuis que je fais du développement personnel…
    C’est grave, docteur ?
  • Non, Madame, c’est normal, voire recommandé, ça passe toujours par là…
  • Ah bon, et pourtant je voulais résoudre mes problèmes ?
  • Vous étiez assise sur un tas de fumier, en vous bouchant le nez, les oreilles, comme le reste, à présent vous avez décidé de voir de plus près et vous vous étonnez que ça sente mauvais ? Vous vous croyiez confortable dans vos certitudes et maintenant que tout a volé en éclat allez-vous en chercher d’autres pour vous rassurer ?
  • Bah oui, sinon, comment vivre autrement ?
  • La seule certitude que nous puissions avoir est celle que nous allons mourir… et encore…
    Et de quoi donc voulez-vous être sûre ?
  • Que j’avance
  • Vers où ?
  • Le bonheur, la réalisation de soi, l’amour, la sécurité, l’abondance…
  • Et tout ça tout de suite ?
  • Il faut positiver, non ou alors, à quoi ça sert ?

On se le demande, souvent…

Dans cette société en perte de valeurs, minée par l’incertitude, l’impératif de réalisation personnelle fonctionne comme un puissant levier. Et cette promesse de bonheur déploie son attrait en période de crise.

Si l’évolution intérieure, le cheminement, les interrogations, la remise en question permanente sont nécessaires, voire vitales, les sages, depuis la nuit des temps, n’ont pas attendu pour donner l’exemple.

Mais cet engouement qui gagne du terrain, ne cacherait-il pas parfois un effet de mode et ne deviendrait-il pas la dernière « religion » en date ?

Avec, à la clé, tous ses effets pervers.

Les coaches de vie, les éclaireurs de consciences, les éveilleurs, nous font miroiter tant de promesses, nous annonçant, à grands coups de marketing, l’assurance d’une vie épanouie… en étalant leurs réussites, sur tous les plans et toutes leurs dents blanches dehors.

Les rayons de livres en débordent, nous croulons sous des vidéos, conférences et conseils en tout genre.

Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain mais… un peu de discernement, est plus que jamais de mise.

Car, dans ce grand fourre-tout, la barre est souvent placée trop haut et cette quête désespérée du bonheur, menée par des désespérés de la vie peut vite devenir inquiétante et surtout culpabilisante.

« Vivez la vie de vos rêves » : une simple phrase qui peut vous déprimer pour longtemps, pour peu que la vôtre refuse de suivre cette direction.

Un petit coup de « pensée positive » par-là, des injonctions sans appel : « soyez heureux » « créez votre réussite » ou « bougez-vous les fesses » par ci, n’entend pas implicitement que « si vous n’y arrivez pas, c’est de votre faute » ?

  • Je me sens de plus en plus coupable de ne pas être à la hauteur
  • J’ai 50 ans et je ne suis toujours pas arrivée, la honte !
  • J’en suis à mon dixième stage, cinquième thérapeute, centième livre… et rien ne change !
  • Mes relations empirent et mon auto-estime plonge vertigineusement.

Et cette sorte de pression qui vient de toute part.

  • Quoi, tu n’es pas encore heureux ? Tu ne réalises pas ton plein potentiel, ne nages dans l’abondance, tu n’as pas de partenaire qui te comble, un travail épanouissant (à aider les autres, bien évidement) ?

Accompagnée des injonctions : arrête de te plaindre, remue-toi, donne toi un coup de pied aux fesses, secoue-toi, décide-toi, pense positif, médite, reste zen, fais un stage, lis un livre, lâche prise, vis la pleine conscience, le moment présent…

Cela finit par vous rendre honteux et vous enfonce encore dans la conviction que vous n’êtes pas à la hauteur.

Donc, que vous êtes non seulement moins bien que les autres mais qu’en plus, personne ne peut vous comprendre.

Car, si vous appelez vos amis, qui « se développent » aussi, parce qu’une petite ou grosse « plongée » vous guette, sont-ils toujours compatissants ou vous disent-ils la même chose, en vous donnant l’impression de ne pas pouvoir vous « accueillir » dans tous vos états ?

Bien évidemment, nous sommes les créateurs de nos vies, qui ne fait que refléter nos pensées, nos croyances, nos convictions.

Comme nous attirons à nous ce qui correspond à nos blessures, manques et peurs.

Mais, sous prétexte que nous créons notre réalité, certains ont décidé de rejeter totalement tout ce qui leur parait « négatif ». Or, un être vraiment conscient ne fuit pas le « mal », il est simplement capable de le regarder en face ou de l’affronter sans que cela le fasse chuter.

Il a juste compris que l’important était de ne pas y rester trop longtemps mais sans pour autant devenir un forcené et s’infliger cette espèce de course perpétuelle à l’amélioration et au dépassement de soi.

D’ailleurs, peut-on dépasser ou seulement se mesurer à cette immense partie immergée de l’iceberg qui est notre inconscient, sans un véritable travail de fond, accompagné par un professionnel, de préférence ?

Et si la meilleure voie n’était pas de se développer mais de se dépouiller ?

Lotus

De tout ce qui empêche, bloque, freine, et en premier de cette envie d’y arriver ?

Arriver où, d’ailleurs ?

Celui qui me dit qu’il est arrivé, je m’en méfie car il y a de fortes chances qu’il se soit égaré en route ou qu’il se berce d’illusions.

Je caricature, forcément, j’accentue le trait mais n’y a-t-il pas une part de vérité dans tout ça ?

Dans cette course effrénée vers le bonheur le plus intense et le plus durable possible, dans ce rejet de tout ce qui n’est pas « positif ».

S’il est bon de savoir saisir les opportunités lorsqu’elles se présentent, il reste nécessaire d’aiguiser son radar à pièges.

Il n’y a pas d’autoroute qui mène à l’accomplissement.

Il n’y a que le chemin, et il est étroit, escarpé, difficile, souvent, et c’est pour cela qu’il est la voie le moins fréquentée.

Comme le dit Jung, si cher à mon cœur : « Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité. Mais ce travail est souvent désagréable, donc impopulaire. »

Et : « Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur comme un destin. »

Plonger dans ses « ténèbres » est un passage obligé car non seulement, c’est là que se trouvent des réponses à notre mal-être mais surtout, c’est en les sortant à la lumière de la conscience que nous pouvons les transformer. Pour ne plus subir.

L’introspection suppose une détermination, des efforts, une discipline quotidienne, et une souffrance, parfois. Elle nécessite de se confronter à sa part d’ombre, d’apprendre à s’ouvrir à ses émotions, à analyser leurs mouvements internes, à les appréhender, les saisir.

Apprendre à se poser les bonnes questions, à chercher les réponses au fond de soi, sans les attendre nécessairement de l’autre, de l’extérieur.

Et si nous ressentons le besoin d’être aidés, il est judicieux de se tourner vers un bon thérapeute et de bonnes méthodes, celles qui résonnent en nous, et non pas se précipiter sur le dernier objet qui brille, en suivant des modes ou des avis des autres car ce qui a fonctionné pour eux, ne nous conviendra pas forcément.

Les « boîtes à outils » débordent et si nous sommes constamment à la recherche du meilleur, le plus rapide, plus précis, plus efficace, et cela, sans jamais vraiment mettre en pratique ceux que nous avons déjà, n’est-ce pas totalement absurde ?

Comme les « touristes » qui se promènent d’un stage à l’autre, se revendiquent d’avoir pratiqué telle technique, rencontré tel thérapeute lu tant de livres.

Belle excuse pour une fuite. Sous prétexte de toujours « faire », ils n’appliquent jamais rien, s’évitant ainsi la confrontation avec leurs problématiques psychiques, et ils continuent de souffrir et de nier l’origine de ces souffrances.

Vous pouvez : « décider » d’être heureux, si cela vous parle, cela a fonctionné pour beaucoup mais quant à moi, je préfère : choisir.

Entre mes pensées ou émotions « négatives », qui ne le sont jamais vraiment car c’est juste l’expression de notre « ombre », et le précieux indicateur qui signale quel problème, quelle incohérence entre les différents niveaux de l’être sont en difficulté.

Choisir ce qu’il faut travailler, faire évoluer, comment, dans quel ordre…

Pour ne plus être malades de ne pas être ce que nous sommes vraiment.

Et ne surtout pas éviter ce qui fait mal, ne pas avoir peur d’être déprimé, triste ou traverser un passage à vide. Accepter ses pulsions destructrices, sa violence la puissance sourde de ses émotions.

Dans la quête de sens, la création de liens avec son histoire de vie, la prise de conscience de ses schémas de fonctionnement, de ses répétitions traumatiques et surtout de ses failles ne peut pas être négligée.

Et ce bonheur que l’on nous « vend » au sens propre, est-il le véritable but de notre vie ?

Pour les anciens, il résidait dans le travail sur la conscience et la connaissance de soi. Dans l’attention portée à la qualité et à la nature de ce que l’on sème et cultive.

Or, se connaître soi-même implique toujours une grande humilité face au mystère, la reconnaissance de ses limites et surtout, un respect des lois sacrées de la vie que l’on ne cherchera pas, à tout prix, à violer ni à transgresser.

Comme dans ce beau conte amérindien : nourrir le loup blanc mais ne pas se boucher les oreilles quand le noir hurle, parce qu’il est affamé et qu’il réclame notre attention.

Ne pas l’alimenter mais l’apprivoiser, voir ce qui fait mal, ce qui veut sortir… et l’accueillir, le mettre à la lumière de la conscience pour le dissoudre dans l’accueil inconditionnel de toutes les parties qui nous composent.

Nos facettes les plus sombres nous apprennent bien davantage sur nous que tout notre « positivisme », souvent forcé, derrière lequel se cache le déni.

Donc, je ne me développe pas, je me dépouille : de tout ce qui n’est pas mon « moi véritable » celui qui est lumière, paix, sérénité amour. Pour déterrer, ce diamant brut, enfui sous des tonnes de boue, faire pousser le merveilleux lotus, qui prend toujours ses racines dans de l’eau trouble.

Je laisse mes « bagages », tout ce « malheur qui vit en moi », qu’il soit le mien ou acquis dans l’enfance, à commencer par ce que nous avons pris dans le ventre de notre mère, venu des histoires familiales, des souffrances transgénérationnelles, comme celles du monde.

Je ne lutte pas contre, puisque c’est un combat perdu d’avance, j’accueille ou du moins je ne fuis pas, je m’observe dans toutes mes stratégies d’auto-sabotages, d’évitements.

Et si je n’y arrive pas, je me dis calmement, OK, j’en suis là, à ce jour, en ce moment, et je m’accepte avec tout ça. Sans jugement ni culpabilité.

Et s’il vous arrive (comme à moi, récemment) de constater que vous êtes encore victime de quelque chose… et bien, cette « claque », dure à admettre et à gérer, peut s’avérer salutaire si vous avez le courage de ne pas vous épargner cette leçon.

Persévérer mais surtout – et c’est un grand écueil qui nous guette – sans complaisance et sans attachement à nos souffrances.

Faire la différence entre l’accueil et la résignation, entre le non-jugement et les excuses que nous nous trouverons toujours, entre la compassion et l’auto-apitoiement.

En gardant toujours présent à l’esprit que si la responsabilité de ce qui est arrivé peut incomber aux personnes qui nous ont blessé, nous demeurons toujours les seul à « gérer » les conséquences que cela a engendrées.

Ne pas « se flageller » mais acquérir la conviction que le bonheur, la joie se trouvent dans la croissance, l’évolution constante, dans l’assurance que nous cheminons, et que nous faisons de notre mieux, à notre rythme, même si celui d’une tortue.

L’humilité, la patience et la prudence, nous éviteront de foncer tête baissée dans des mirages dont on ressortira déçu et découragé.

Comme le « bon sens » nous mènera dans la bonne direction.

Si l’ère de la consommation veut exonérer l’individu d’aller chercher au fond, ce qui l’enferme au lieu de le libérer, cette illusion ne leurre qu’un temps. La guérison n’est jamais miraculeuse ni extérieure.

Personne n’est et ne sera jamais parfait, nous sommes juste « perfectibles ».

Cela se joue toujours « sur le fil du rasoir » et nécessite une énorme vigilance, la conscience claire et la sagesse d’accepter que l’on ne gagnera pas toutes les batailles.

 

 

Devenir un individu libre et relié selon Jung

Les étapes du processus d’individuation peuvent donner sens à notre besoin de changement et nous permettre de l’accueillir avec davantage de confiance.

Libre et relié

La phase d’accommodation

Elle correspond à l’enfance et aux premiers temps de notre vie d’adulte, lorsque nous apprenons à obtenir une sécurité affective en réglant nos comportements en fonction de ce qui est attendu de nous. Cette tendance nous conduit à adopter un personnage qui ne reflète pas la totalité de notre être.

La prise de conscience

Avec l’âge, ce personnage commence à nous étouffer. Nous avons le sentiment de nous être perdus en route, parfois d’avoir été bernés, ou encore d’être un imposteur. Ce que Carl Gustav Jung appelle notre « ombre » – ce qui sommeille en nous et que nous n’avons pas encore choisi d’être – se rappelle par vagues de nostalgie.

Le face-à-face

C’est le temps du doute. Nous commençons à réévaluer les fondements de notre existence, jusqu’à remettre tout en question. Nous vivons une tristesse qui s’apparente à un deuil : nous croyons pleurer notre jeunesse, nous pleurons le personnage que nous avons été. Celui-ci se fissure et laisse émerger le refoulé, dans ses aspects positifs et négatifs. La colère, les dérapages sont au rendez-vous.

Le début de l’intégration

L’incertitude et la confusion perdent du terrain. Les ajustements progressifs vont dans le sens d’une plus grande cohérence. La quête d’approbation a cédé le pas au désir de ne plus se trahir. C’est le moment où nous pouvons choisir de réorganiser nos priorités, trouver le moyen d’exprimer nos potentiels. Ces transformations positives s’accompagnent de heurts relationnels.

L’individuation

C’est, dans l’idéal, le moment où l’on devient un individu complet, doté d’une meilleure connaissance de soi. Nous accueillons avec plus de souplesse nos qualités et nos défauts, nos désirs contradictoires, nos conflits intérieurs. Et accédons à l’intégrité : la capacité à nous voir tels que nous sommes en tant qu’individus, mais aussi membres de la communauté humaine, reliés au vivant et à l’ensemble de l’univers.

D’après Christophe Fauré, Maintenant ou jamais ! Albin Michel

Test : Vous sentez-vous libre ? Qui n’a jamais eu la sensation de subir sa vie, de ne pas être libre de choisir, de décider ? D’obéir à ce que les autres attendent de nous ? Découvrez où vous en êtes sur le chemin de liberté en répondant à ce test !

 

Je ne suis que ton reflet dans le miroir

Il y avait une fois un jeune prince qui trouvait les gens autour de lui méchants et égoïstes. Il en parla un jour à son précepteur qui était un homme sage et avisé et qui confia une bague au prince.

– « Cette bague est magique. Si tu la tournes trois fois sur elle-même, un génie t’apparaîtra. Toi seul le verras. Chaque fois que tu seras insatisfait des gens, appelle-le. Il te conseillera. Mais fais attention : ce génie ne dit la vérité que si on ne le croit pas. Il cherchera sans cesse à te tromper. »

Un jour, le prince entra dans une violente colère contre un dignitaire de la cour qui avait agi contre ses intérêts. Il fit tourner trois fois la bague. Aussitôt, le génie apparut :

– « Donne-moi ton avis sur les agissements de cet homme » dit le prince.

– « S’il a fait quelque chose contre toi, il est indigne de te servir. Tu dois l’écarter ou le soumettre. » À ce moment, le prince se souvint des paroles étranges de son précepteur.

– « Je doute que tu me dises la vérité », dit le prince.

– « Tu as raison », dit le génie, « je cherchais à te tromper. Tu peux bien sûr asservir cet homme, mais tu peux aussi profiter de ce désaccord pour apprendre à négocier, à traiter avec lui et trouver des solutions qui vous satisfassent tous deux. »

Parcourant un jour la ville avec quelques compagnons, le prince vit une immense foule entourer un prédicateur populaire. Il écouta un instant le prêche de cet homme et fut profondément choqué par des paroles qui contrastaient violemment avec ses propres convictions. Il appela le génie.

– « Que dois-je faire ? »

– « Fais-le taire ou rends-le inoffensif », dit le génie. « Cet homme défend des idées subversives. Il est dangereux pour toi et pour tes sujets. » Cela me paraît juste, pensa le prince. Mais il mit néanmoins en doute ce que le génie avait dit.

-« Tu as raison », dit le génie, « je mentais. Tu peux neutraliser cet homme. Mais tu peux aussi examiner ses croyances, remettre en cause tes propres certitudes et t’enrichir de vos différences. »


Pour l’anniversaire du prince, le roi fit donner un grand bal où furent conviés rois, reines, princes et princesses. Le prince s’éprit d’une belle princesse qu’il ne quitta plus des yeux et qu’il invita maintes fois à danser sans jamais oser lui déclarer sa flamme. Un autre prince invita à son tour la princesse. Notre prince sentit monter en lui une jalousie profonde. Il appela alors son génie.

– « Que dois-je faire, selon toi ? » 

– « C’est une crapule », répondit le génie. « Il veut te la prendre. Provoque-le en duel et tue-le. » Sachant que son génie le trompait toujours, le prince ne le crut pas.

– « Tu as raison », dit le génie, « je cherchais à te tromper. Ce n’est pas cet homme que tu ne supportes pas, ce sont les démons de tes propres peurs qui se sont éveillés quand tu as vu ce prince danser avec la princesse. Tu as peur d’être délaissé, abandonné, rejeté. Tu as peur de ne pas être à la hauteur. Ce qui se réveille en toi dans ces moments pénibles te révèle quelque chose sur toi-même. »

À l’occasion de la réunion du grand conseil du royaume, un jeune noble téméraire critiqua à plusieurs reprises le prince et lui reprocha sa façon de gérer certaines affaires du royaume. Le prince resta cloué sur place face à de telles attaques et ne sut que répondre. L’autre continua de plus belle et à nouveau le prince se tut, la rage au cœur. Il fit venir le génie et l’interrogea.

– « Ôte-lui ses titres de noblesse et dépouille-le de ses terres », répondit le génie. « Cet homme cherche à te rabaisser devant les conseillers royaux. »

– « Tu as raison », dit le prince. Mais il se ravisa et se souvint que le génie mentait.

– « Dis-moi la vérité » continua le prince.

– « Je vais te la dire », rétorqua le génie. « Même si cela ne te plaît pas. Ce ne sont pas les attaques de cet homme qui t’ont déplu, mais l’impuissance dans laquelle tu t’es retrouvé et ton incapacité à te défendre. »

Un jour, dans une auberge, le prince vit un homme se mettre dans une colère terrible et briser tables et chaises. Il voulut punir cet homme. Mais il demanda d’abord conseil au génie.

– « Punis-le », dit le génie. « Cet homme est violent et dangereux. »

– « Tu me trompes encore », dit le prince.

– « C’est vrai. Cet homme a mal agi. Mais si tu ne supportes pas sa colère, c’est avant tout parce que tu es toi-même colérique et que tu n’aimes pas te mettre dans cet état. Cet homme est ton miroir. »

Une autre fois, le prince vit un marchand qui voulait fouetter un jeune garçon qui lui avait volé un fruit. Le prince avait vu filer le vrai voleur. Il arracha le fouet des mains du marchand et était sur le point de le battre lorsqu’il se ravisa.

– « Que m’arrive-t-il ? », dit-il au génie. « Pourquoi cette scène m’a-t-elle mis dans cet état ? »

– « Cet homme mérite le fouet pour ce qu’il a fait », répondit le génie.

– « Me dis-tu la vérité ? »

– « Non », dit le génie. « Tu as réagi si fortement parce que l’injustice subie par ce garçon t’a rappelé une injustice semblable subie autrefois. Cela a réveillé en toi une vieille blessure. »

Alors le prince réfléchit à tout ce que le génie lui avait dit.

– « Si j’ai bien compris », dit-il au génie, « personne ne peut m’énerver, me blesser ou me déstabiliser. »

– « Tu as bien compris », dit le génie. « Ce ne sont pas les paroles ou les actes des autres qui te dérangent ou que tu n’aimes pas, mais les vieux démons qui se réveillent en toi à cette occasion : tes peurs, tes souffrances, tes failles, tes frustrations. 

Si tu jettes une mèche allumée dans une jarre d’huile, celle-ci s’enflammera. Mais si la jarre est vide ou qu’elle contient de l’eau, la mèche s’éteindra d’elle-même.

Ton agacement face aux autres est comme un feu qui s’allume en toi et qui peut te brûler, te consumer, te détruire. Mais il peut aussi t’illuminer, te forger, te façonner et faire de l’autre un allié sur le chemin de ta transformation. Toute rencontre difficile devient alors une confrontation avec toi-même, une épreuve, une initiation. »

– « J’ai besoin de savoir encore une chose », dit le prince. « Qui es-tu ? »

– « Je suis, moi aussi, ton reflet dans le miroir. »

Charles Brulhart

Les trois portes de la sagesse

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent. Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l’envoya auprès d’un Vieux Sage.

– Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie, demanda le Prince.

– Mes paroles s’évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d’entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t’en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton cœur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi.

Le Vieux Sage disparut et le Prince s’engagea sur le Chemin de la Vie. Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire :


Change le monde

« C’était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d’autres ne me conviennent pas. »  Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l’ivresse du conquérant, mais pas l’apaisement du cœur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d’autres lui résistèrent. Bien des années passèrent.

Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande :

– Qu’as-tu appris sur le chemin ?

– J’ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m’échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n’en dépend pas.

– C’est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise.

Et il disparut. Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire:


Change les autres

« C’était bien là mon intention, pensa-t-il. Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d’amertume et de frustration. »  Et il s’insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts. Ce fut là son deuxième combat. Bien des années passèrent.

Un jour, alors qu’il méditait sur l’utilité de ses tentatives de changer les autres, il croisa le Vieux Sage qui lui demanda :

– Qu’as-tu appris sur le chemin ?

– J’ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause ou la source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions et de mes déboires. Ils n’en sont que le révélateur ou l’occasion. C’est en moi que prennent racine toutes ces choses.

– Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu’ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Soit reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou frustration, car à travers eux la Vie t’enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir.

Et le Vieil Homme disparut. Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots :


Change toi toi-même

« Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c’est bien ce qui me reste à faire, » se dit-il. Et il entama son troisième combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal. Après bien des années de ce combat où il connut quelque succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda :

– Qu’as-tu appris sur le chemin ?

– J’ai appris, répondit le Prince, qu’il y a en nous des choses qu’on peut améliorer, d’autres qui nous résistent et qu’on n’arrive pas à briser.

– C’est bien, dit le Sage.

– Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de ma battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais ? Quand trouverai-je le repos ? J’ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise.

– C’est justement ton prochain apprentissage, dit le Vieux Sage. Mais avant d’aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru.

Et il disparut.

Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la troisième  porte et s’aperçut qu’elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait :

Accepte toi toi-même

Le Prince s’étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu’il avait franchi la porte la première fois, dans l’autre sens. « Quand on combat on devient aveugle, se dit-il. » Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu’il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons. Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s’aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer. Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda :

– Qu’as-tu appris sur le chemin ?

– J’ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c’est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J’ai appris à m’accepter moi-même, totalement, inconditionnellement.

– C’est bien, dit le Vieil Homme, c’est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la troisième  porte.

A peine arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut:


Accepte les autres

Tout autour de lui il reconnut les personnes qu’il avait côtoyées dans sa vie ; celles qu’il avait aimées comme celles qu’il avait détestées. Celles qu’il avait soutenues et celles qu’il avait combattues. Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l’avait tellement gêné et contre quoi il s’était battu.

Il rencontra à nouveau le Vieux Sage :

– Qu’as-tu appris sur le chemin ? demanda ce dernier.

– J’ai appris, répondit le Prince, qu’en étant en accord avec moi-même, je n’avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d’eux. J’ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement.

– C’est bien, dit le Vieux Sage. C’est la seconde Sagesse. Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte.

Arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut :


Accepte le monde

« Curieux, se dit-il, que je n’aie pas vu cette inscription la première fois. » Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu’il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer. Il fut frappé par l’éclat et la beauté de toute chose. Par leur perfection. C’était pourtant le même monde qu’autrefois. Était-ce le monde qui avait changé ou son regard ? Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda :

– Qu’as-tu appris sur le chemin ?

– J’ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n’est ni triste ni gai. Il est là ; il existe ; c’est tout. Ce n’était pas le monde qui me troublait, mais l’idée que je m’en faisais. J’ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement.

– C’est la troisième Sagesse, dit le Vieil Homme. Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde.

Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le Prince. Le Silence l’habita.

– Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil, dit le Vieux Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la Plénitude du Silence.

Et le Vieil Homme disparut.

Charles Brulhart

 

Épictète m’a appris à lâcher prise

Laurent Gounelle s’est replongé dans l’œuvre du stoïcien et y a puisé des conseils pour vivre dans le monde d’aujourd’hui, des « concepts applicables par chacun dans sa vie ». Une philosophie du bonheur qu’il décrypte pour Clés en cinq citations.

Épictète

Ce ne sont pas les choses qui troublent les hommes, mais les évaluations prononcées sur les choses

Notre réaction aux événements est en grande partie guidée par nos filtres, nos croyances, notre ego. Nous interprétons les faits, les étiquetons, leur donnons un sens subjectif. C’est donc souvent notre évaluation qui est responsable de ce que l’on ressent, plus que la chose évaluée.

Nous affirmons qu’il ne fait pas beau, alors que la pluie, en soi, est neutre.  Pour Épictète, notre énergie doit être au service de l’élévation de notre raison : si l’on ne peut contrôler les événements, on peut apprendre à choisir notre réaction. Et si cet apprentissage passait par une phase d’acceptation ? C’est parce que j’accepte les choses que je cesse de les juger compulsivement.

Ne cherche pas à faire que les événements arrivent comme tu veux, mais veuille les événements comme ils arrivent, et le cours de ta vie sera heureux

Un des éléments-clés de la philosophie d’Épictète repose sur la nécessaire distinction entre ce qui est de notre ressort (le jugement, l’impulsion, le désir…) et ce qui ne l’est pas (l’avoir, la réputation, le pouvoir…).

Quand les événements ne se déroulent pas comme on l’aurait souhaité, accepter ce qui survient, sans résignation ni regret, permet de rester centré, en phase avec l’instant présent, sans s’abîmer dans la colère, l’amertume ou le pénible sentiment d’impuissance.

L’ancien proactif que j’étais a découvert un certain plaisir à se laisser aller à accepter ce qui arrive sans chercher à reprendre en main les rênes d’un destin qui, pour une part au moins, nous échappe. Se glisser dans le flot de la vie et accueillir ce qu’elle nous donne…

Combien de temps différeras-tu encore de te juger toi-même digne du meilleur, et de ne transgresser en rien ce que décide la raison ? […] Quel maître attends-tu donc encore pour lui confier le soin d’accomplir ta propre correction ?

Ces questions m’interpelèrent, il y a des années, alors que je parcourais le monde à la rencontre de sages, de mentors et de maîtres spirituels. Elles furent un choc. Ce que je recherchais avidement à l’extérieur, c’était à l’intérieur de moi-même que je pouvais le trouver. La sagesse devait émerger du tréfonds de mon âme. « Fouille au-­dedans », conseillait Marc Aurèle, lui-même profondément influencé par la pensée d’Épictète.

L’empereur philosophe affirmait : « Il est absolument évident qu’il n’y a dans la vie nulle situation plus propice à la philosophie que celle où tu te trouves maintenant ! » Une phrase qui me vient souvent à l’esprit quand je dois affronter une situation désagréable…

Personne d’autre ne te nuira si toi, tu ne le veux pas. On te nuira à partir du moment où tu jugeras que l’on te nuit

Nous pouvons, en effet, décider de ne pas nous laisser atteindre par un événement extérieur, et choisir délibérément de conserver notre sérénité. Cette attitude ne nous est pas forcément naturelle, mais si nous en faisons l’effort initial, le bénéfice que nous en retirons est tel que nous en adoptons vite l’habitude.

Imaginez que vous parveniez à n’être en rien touché par la mauvaise action d’un autre à votre égard, par une injure, une marque de mépris, le jugement d’un collègue ou d’un voisin. Quelle liberté ! Quel bonheur !

Le maître de chacun est celui qui a pouvoir  sur ce que chacun veut ou ne veut pas, pour le lui dispenser ou le lui enlever. Donc : celui qui veut résolument être libre, qu’il ne veuille ni ne fuie rien de ce qui est à la portée d’autres que lui ; sinon, de toute nécessité, il sera esclave

La substance du bien est dans ce qui est à notre portée. Une seule voie conduit à la liberté : le dédain pour ce qui est hors de notre pouvoir, pour ce qui ne dépend pas de notre raison. Ainsi, celui qui brigue des honneurs, ou même simplement l’estime des autres, perd sa liberté au profit de ceux dont dépend son objectif. C’est pourquoi Épictète affirme par ailleurs : « Tu peux être invincible si tu ne descends jamais dans l’arène d’une lutte où il n’est pas à ta portée de vaincre.

L’Homme qui voulait être heureux (2008) – Éditions Anne Carrière
Les dieux voyagent toujours incognito  (2010) – Éditions Anne Carrière
Le philosophe qui n’était pas sage (2012) – Coédition Plon – Kero
Le jour où j’ai appris à vivre (2014) – Éditions Kero

Lâcher prise, c’est accepter ses limites

A force de vouloir contrôler tout ce qui nous entoure, nous gaspillons notre énergie et perdons notre sérénité. D’où le fameux « lâcher-prise » ! Une attitude intérieure d’ouverture à la vie et aux autres dont l’écrivain Gilles Farcet nous livre quelques clés.

Atlas Le Guerchin (1646)

Il faut, paraît-il « lâcher prise ». C’est en tout cas ce que tout un chacun peut lire ou entendre répéter dès qu’il est question d’une approche spirituelle de l’existence. Si cette expression a fait florès au point de devenir un cliché du développement personnel, ce qu’elle recouvre n’en reste pas moins confus. Elle est prétexte à bien des malentendus.

Qu’avons-nous, au juste, à « lâcher » ? Quelle est donc cette « prise » qu’il conviendrait de desserrer ? Cette attitude est-elle compatible avec un positionnement responsable ? Si oui, comment passer du concept à la pratique ? Les enseignements de sagesse traditionnels s’articulent tous autour de cette question. Nous pouvons donc nous tourner vers eux et y chercher des réponses, qu’il nous appartient ensuite de faire nôtres.

Avant de prétendre « lâcher », encore faut-il savoir ce que nous « tenons » ?

Au commencement de toute « prise » se trouve l’ego, une conviction, un ressenti dont tout découle. Moi, Pierre ou Paul, j’existe indépendamment du tout, séparé, seul face à l’autre, c’est-à-dire tout le reste, tout ce qui n’est pas « moi » et qui, étant « autre », n’obéit pas toujours
à ma loi.

L’identification à ce très cher moi se paie au prix fort : me ressentant séparé, je vis à la fois dans la peur et dans une illusion de toute-puissance. « Seul contre tous », « Après moi le déluge », telles sont en somme les deux croyances sur lesquelles se dresse l’ego. Lâcher-prise, c’est abandonner une illusion, celle de la séparation. 

Ce lâcher-prise ne sous-entend en rien une négation de l’individualité. Pierre reste Pierre, Paul demeure Paul. Simplement, la partie se reconnaît comme expression du tout, la vague se sait forme du grand océan et, du même coup, reconnaît les autres vagues comme autant d’expressions de ce qu’elle-même est au plus profond.

Par un apparent paradoxe, l’autre à la fois disparaît – nul ne peut plus m’être essentiellement étranger – et se trouve comme jamais reconnu dans sa différence existentielle. Le moi séparé cesse d’être l’étalon, la mesure de toute chose. Il n’y a plus de moi pour exiger de l’autre qu’il se conforme à mes critères. Le lâcher-prise se produit dès lors que le moi accepte de l’autre, de tout autre, qu’il soit autre.

Voilà pour la métaphysique, qu’en est-il de la pratique au quotidien ?

Le sens du moi séparé se maintient instant après instant par le refus plus ou moins conscient de l’autre (c’est-à-dire de ce qui est – « Moi, je ne veux pas qu’il pleuve ce matin », « Moi, je ne veux pas que ma femme fasse cette tête », « Moi, je refuse que ce qui est soit et je prétends mettre autre chose à la place » –), refus qui s’accompagne de la prétention sous-jacente à tout contrôler.

Le fait même que « moi, je ne veuille pas » implique la conviction qu’il pourrait en être autrement parce que tel est mon souverain désir. Nous refaisons sans cesse le monde à grands coups de « si », de « quand », au nom de ce qui « devrait être », « aurait pu être », « pourrait éventuellement être », et nos pensées vagabondent dans le passé ou le futur. Il est bien rare que nous soyons vraiment  » ici et maintenant  » – alors même que nous ne pouvons en fait être ailleurs qu’ici et à un autre moment que maintenant. 

Quoi que mon mental prétende, je me trouve là où sont mes pieds. Si je pense au passé ou au futur, c’est toujours maintenant. Passé, futur, ailleurs n’existent qu’en tant que pensées surgissant ici et maintenant.

La pratique la plus simple et efficace du lâcher-prise consiste donc à s’exercer à demeurer un ici et maintenant avec ce qui est ?

Cette pratique n’exclut en rien l’aptitude à prévoir, à organiser ni ne nous dispense de nos responsabilités. L’attitude d’ouverture inconditionnelle à l’instant ne conduit nullement à baisser les bras, à tolérer l’intolérable. Le lâcher-prise, dans l’immédiateté, est totalement compatible avec l’action dans la durée.

Le lâcher-prise n’est pas se résigner mais être conscient de ses limites. Je marche dans la rue, un vieillard se fait renverser sous mes yeux. Le fait que je pratique ici et maintenant le lâcher-prise (sur des questions comme : est-ce grave ? sa vie est-elle entre mes mains ?) ne me conduit pas à m’abstenir de lui venir en aide. Bien au contraire, en m’épargnant les pensées parasites ou les atermoiements, ce positionnement intérieur me permet d’agir plus vite, dans la mesure exacte de mes possibilités.

Ici et maintenant, il m’appartient de poser un acte, de proposer quelque chose… dont la vie disposera ?

Ainsi je garde toute mon énergie pour agir, plutôt que de la gaspiller. En renonçant à contrôler l’avenir, j’obtiens souvent de meilleurs résultats ici et maintenant. En vérité, notre seul pouvoir, notre seule responsabilité réelle, s’exerce dans l’instant présent, lequel, bien sûr, prépare les instants futurs mais sans que nous puissions obtenir de garanties quant à l’avenir, y compris la seconde suivante.

« La vie, c’est ce qui vous arrive pendant que vous êtes en train de faire d’autres projets », a dit John Lennon. Lâcher prise, c’est aussi cesser d’aborder l’existence avec une mentalité d’ »assuré tous risques ». Quelle que puisse être la prétention du moi à contrôler l’avenir, la vie n’est pas une mutuelle et n’offre aucune garantie.

Une pratique assidue du lâcher-prise soulage d’un grand poids ?

Elle nous affranchit du complexe d’Atlas portant le monde sur ses épaules. Elle fait coïncider le plus profond détachement avec le plus authentique sentiment de responsabilité envers soi-même et les autres. Elle est aussi le fondement de la vraie confiance en soi. Tant que je me crois séparé et m’attribue un pouvoir sur ce qui est, je ne peux que me surestimer ou me sous-estimer.

Dès l’instant où le moi est remis à sa place, il est reconnu pour exactement ce qu’il est, avec ses forces et ses faiblesses, ses limites naturelles totalement acceptées. Représentons-nous un instant notre rôle de parent, de citoyen, de conjoint ou encore l’exercice de notre activité professionnelle envisagés sous cet angle… Mais cette attitude, en elle-même simple, est difficile à pratiquer.

Elle va à l’encontre de nos conditionnements les plus ancrés. Toute la sagesse pratique du lâcher-prise se trouve sans doute synthétisée dans la magnifique prière des Alcooliques anonymes : « Donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer celles que je peux changer et la sagesse d’en voir la différence. »

Comment s’y prendre

Lâcher prise sur une rancœur, une peur, une émotion négative, revient souvent à détourner son regard de la difficulté… sans pour autant la fuir. Quelques pistes pour y parvenir :

Se centrer sur sa respiration quand l’obsession du problème réapparaît : imaginer qu’à chaque expiration on repousse la colère, la tristesse, les sentiments négatifs ; et qu’à chaque inspiration on inhale la confiance, la joie, la gratitude.

En relaxation, visualiser des horizons, des paysages ouverts. Se mettre en scène en se voyant libéré du problème. 

Créer des rites pour se séparer symboliquement de ce qui nous fait mal: écrire une lettre de ressentiment puis la jeter au feu, organiser avec soin une véritable «cérémonie de divorce », déclarer à haute voix, devant un entourage choisi, sa volonté de se libérer de ses émotions négatives…

Pascale Senk

Gilles Farcet, auteur, entre autres ouvrages, de Regards sages sur un monde fou (La Table ronde, 1997), un livre d’entretiens avec Arnaud Desjardins dont il était l’un des collaborateurs à l’ashram d’Hauteville, en Ardèche.